Avertir le modérateur

mardi, 23 janvier 2007

Lutte des clans moyenâgeuse

Et si les citoyens s’invitaient dans cette campagne ?

Pour se remettre en cause, que leur faudra-t-il de plus qu’un 21 avril, un 29 mai, une crise des banlieues, une crise de CPE ? Les deux gros partis mammouths s’entêtent et emploient les mêmes recettes qu’auparavant. Sourds aux avertissements de notre peuple. L’impression de revenir au Moyen Age, ou dans une guerre. Porte de Versailles, c’était l’état de Siège. Des cars de CRS, des cars de militants, les drapeaux, comme les blasons d’antan.
 
Chacun aligne ses troupes. L’heure des ralliements a sonné. S’égrainent les communiqués de presse annonçant ces bonnes nouvelles qui ne concernent que la vie interne des partis. Derrière le rideau, les tractations de l’ombre. Des postes sont promis, des circonscriptions sont réservées, échangées. Les dossards des investis aux législatives changent au gré des deals et des parachutages.
 
Ah ! les équipes des Etats majors sont belles ! Ces alliances sont fondées, non sur une vision de la France, mais sur des rapports de force interne. Ces alliés de la dernière heure tous au premier rang, tous soumis le temps d’un meeting devant leurs leaders consacrés, couronnés. Ces ennemis si critiques hier tous ralliés. Et les médias qui marchent encore ! Personne n’y croit, ni les acteurs, ni même les médias, mais tout le monde joue le jeu. Nos deux têtes couronnées paraissaient si isolées dans cette mise en scène du pouvoir qu’ils ont tant souhaité, tant rêvé.
 
Le projet politique de ces ceux leaders : vaincre la droite, vaincre la gauche. Ne croient-ils pas que les Français sont lassés par leur guerre partisane qui se résume à faire campagne un clan contre l’autre ?
 
On aurait pu croire qu’ils auraient appris l’humilité, la sincérité et l’exemplarité.


L’humilité de dire qu’ils n’ont pas à eux seuls la solution. (Cela ferait belle lurette qu’ils auraient mis en place les politiques adéquates s’ils l’avaient, n’est-ce pas monsieur le ministre d’Etat, numéro 2 du gouvernement).
 
La vérité. Reconnaître leurs erreurs du passé et la situation dans laquelle nous sommes : la dette publique, les retraites, la détérioration de l’environnement autant de fardeaux sur les épaules de la jeunesse d’aujourd’hui et des générations futures. Contrairement à ce qu’ils pensent notre peuple est mature et prêt à entendre la vérité. Ce sont les mensonges proférés, les belles promesses jamais tenues qui créent un climat de peur et d’insécurité.
 
L’exemplarité. A l’heure de dire aux Français que la situation est grave, et qu’il va falloir se serrer la ceinture, les millions engloutis dans les campagnes présidentielles laissent un goût amer.
 
Deux bonnes nouvelles montrent pourtant que tout est possible cette année : les inscriptions massives sur les listes électorale et l’apparition des nouveaux médias.

Une fois encore, l’espoir est de mise chez les Français, ils sont des centaines de milliers à s’être inscrits sur les listes, 192 000 à Paris. Ils veulent y croire. Ils sont 6 sur dix à se déclarer intéressés par cette campagne. Ils étaient 38% à la même époque en 2002. Voilà l’espoir de cette campagne. Et en voilà l’enjeu. Les politiques seront-ils à la hauteur ?
 
Pour accompagner cette démarche citoyenne, l’entrée en scène des nouveaux médias est providentielle ! Le bipartisme a du souci à se faire. Les modes de pensées uniques aussi. Les outils collaboratifs sont nés, les moyens d’expression plus équitables.
 
Les électeurs sont les décideurs. Ils ont la main. Leur vote personnel aura des conséquences sur notre destin collectif.
 
Cette campagne promet des surprises, de belles surprises, nous avons rendez-vous avec l’Histoire.
Cette Histoire, c’est notre histoire. D’où que nous venions.

medium_quitt.jpg

Commentaires

certes la campagne promet vu qu'internet va jouer un facteur important mais au final, je ne pense pas qu'on aura un révolution car quelque soit le candidat élu, on aura droit encore à des... paroles, paroles, paroles !

Écrit par : jacques | mardi, 23 janvier 2007

Deriere des telles paroles paroles paroles on doit choisir une personalite integre et credible.

Écrit par : simbad | mercredi, 24 janvier 2007

Bonjour Quitterie...

Je me suis moi aussi inscrit récemment sur les listes électorales au mois de Décembre, et cela pour la première fois... Si je me suis inscrit, ce n'est pas à cause des hommes politiques, ni mêmes des partis politiques, mais bien à cause d'associations ou d'actions citoyennes, à l'instar de l'appel lancé par Joey Starr...

Aujourd'hui, je m'interesse fortement à la campagne, et je suis en droit de me demander ce que pourrait apporter comme sang neuf le candidat Bayrou... Certes, il se revendique d'un centre, qui accueillerait à la fois des hommes et femmes de droites et de gauches, mais croyez vous vraiment que ce rassemblement d'idéologies differentes peut vraiment changer notre pays, et les difficultés qu'il rencontre acutellement?

Aujourd'hui, les actions qui ont un réel impact sur les Français, ce sont les actions non politisés ( cela dépend des fois) de personnalités ou d'assoctions à but citoyenne. Leurs démarches ont beaucoup plus d'impact que plus d'un milliers de discours. Ce sont ces actions qui ont une réel influence sur le comportement des gens. Pourquoi alors ne pas prendre exemple sur ces actions et mener un réel projet politique en ce sens?

Écrit par : Wayne | mercredi, 24 janvier 2007

tous les même vermines politiciennes, tenant des promesses qu'il ne pourront pas tenir ou pire encore, des promesses totalement farfelues. pourquoi ne pas parler franchement de la dette de l'Etat (de la dette globale : 2000 milliards) et qui en 5 ans va augmenter de 450 milliards supplémentaire ( environ) et qui nous même tous droit à la banqueroute. Qui aura le courage de reduire drastiquement les budgets de fonctionnement des institutions (Etat, collectivité locale : region et departement...) ; de faire la reforme des hopitaux, des ecoles, ..... ; va t'on devoir passer par le chaos (banqueroute) pour enfin mettre en oeuvres toute les reformes INDISPENSABLES.

Écrit par : Edouard | mercredi, 24 janvier 2007

Pour ces élections, il me paraît plus que clair que les électeurs s'expriment davantage. Plus généralement les citoyens, y compris ceux qui n'ont pas voix au chapitre, diffusent leurs opinions sur la toile via des blogs. Pour autant, est-ce que ça change beaucoup la donne par rapport aux média traditionels que sont la presse écrite, la radio, et la télévision ? A mon humble avis, non.

La raison en est simple, les média traditionels sont en nombre restreint, et plus facilement accessibles : il suffit de dîner devant le JT pour savoir, ou pour le moins recevoir des informations. Preuve s'il en est, le dernier pseudo-scandale de la SCI Sapinière était sur la toile depuis des mois et il aura fallu que les media traditionnels s'y intéressent (avec un peu d'aide) pour que le sujet devienne un sujet brulant d'actualité. Au final, un grand bazar, beaucoup de bruit pour rien, un peu plus de confusion et un retour de flamme : le revenu des candidats est désormais une information diffusée sur la place publique.

Les blogs et autres outils du Web 2.0 ne sont pas enrichis par des équipes de rédactions rodés à la publication d'informations sous couvert de vérification préalables et de prudence au conditionnel, mais par des individus lambda qui ont pour objectifs premiers de défendre leur poulain avec le manque d'objectivité propre aux débats passionnés, quitte à faire de l'expression "la meilleure défense, c'est l'attaque" un sujet de travaux pratiques.

De là, Quitterie, dire "qu'une fois encore, l’espoir est de mise chez les Français, ils sont des centaines de milliers à s’être inscrits sur les listes, 192 000 à Paris" et de penser "qu'ils veulent y croire", et voir en cela un intérêt soudain pour la politique est à mon sens se berner d'illusion. C'est, je crois, plus simplement que les habitants de notre beau pays en ont assez du mode de gouvernement actuel et de ce que cela implique dans leur quotidien. 2002 était un premier signe, le réferendum européen sa confirmation : le vote était contestataire. Bref, c'est du changement qui est demandé. En ce sens, je crois que les deux actuels candidats leaders sont les mieux perçus pour répondre à ce besoin, en apportant toutefois une différence majeure dans la façon d'appliquer ce changement : les hommes au service des capitaux dans un cas, les capitaux aux services des hommes dans l'autre, en simplifiant.

De là, est-ce que les nouveaux médias changeront la donne ? J'en doute. N'oubliez pas que nos candidats ont aussi internet et que si ils ne savent pas manier eux-mêmes l'outil, leurs équipes sauront palier ce manque et en faire un allier à l'avantage de leurs chefs. Un oeil sur sarkozy.fr ou sur www.desirsdavenir.org et du buzz de la blogosphère qui va autour permet d'en prendre toute la mesure. Et aussi tous les dangers : ça fait bien longtemps qu'on a entendu parler de Loïc Le Meur, non ?

Écrit par : MaxLeMans | mercredi, 24 janvier 2007

soyons lucides!! les nouveaux médias internet ne sont que les anciens médias qui se sont mis sur la toile!! en revenche, ce sont les lecteurs qui ne sont pas les mêmes! Ceux qui viennent s'informer sur la toile sont justement ceux qui ne venaient plus dans les kiosques; Ils viennent donc s'ajouter aux lecteurs papiers traditionnels. Ce ne sont pas les mêmes et ne demandent pas à lire sur la toile ce qui se lit sur papier, en tout cas pas dans les mêmes formes. Le ton est "djeun's" sur la toile, il reste classique et propret sur papier. Sur la toile, le lecteur est souvent face à soi même, tandis que sur papier, il est face à l'auteur. Sur la toile, le droit de réponse ou de commentaire est immédiat, instantané, tandis que sur papier, on pense, on réfléchit, on construit une critique que l'on s'inflige à soi même, et que l'on mûrit dans le temps, tandis que sur la toile, le cycle lecture/réponse/réflexion est immédiatement et définitivement consommé!! c'est du fast food intellectuel, du prêt à penser politique. Sur papier, l'information est apparentée à un courant de pensée sur son fond, tandis que sur la toile, elle l'est dans sa forme et son ton, peu importe le fond; c'est comme ça que ségolène peut aisément reprendre à son conte des idées qui sont le fruit de la réflexion de la droite; elle a même été capable de faire croire qu'une loi qui existe déja sera si elle est élue le fruit de son premier acte politique à venir, c'est dire!! Cela génère un fort sentiment de citoyenneté qui précède son engagement politique; sur la toile, on est d'abord cotoyen avant d'être un militant, ce qui renforce sa fierté de militant; cette impression d'avoir compris, d'avoir choisi son camps seul, face à la toile, c à d face à soi même, tandis que sur papier, il faut d'abord choisir son journal, c'est à dire se définir avant de s'instruire!! La toile, c'est le forum d'une génération de l'éphémère, qui disparaitra politiquement pour réapparaitre au prochain scrutin. Ceux qui continueront de faire de la politique sur la toile entre deux scrutins perdront en crédibilité. La toile, c'est la galerie marchande, on y vient quand c'est les soldes!

Écrit par : Enzo | mercredi, 24 janvier 2007

@Enzo. Sans commentaire. Sauf un. Je n'ai jamais écrit ce que vous dites, notamment que je vous reprochais d'être politiquement incorrect. Je vous demandais de cesser de multiplier vos commentaires sur l'ensemble des débats et articles car cela ne favorisait pas le débat. Nous avions d'ailleurs échangé plusieurs mails sur ce sujet. Manifestement, vous avez mal compris puisque vous venez de multiplier un copié - collé de mon message sur l'ensemble des posts de ce blog. Les internautes jugeront.
Johan Hufnagel. Pour mon téléphone, voir ci-dessus.

Écrit par : Johan | mercredi, 24 janvier 2007

@Enzo : Je reviens sur tes propos et je commente.

"Ceux qui viennent s'informer sur la toile sont justement ceux qui ne venaient plus dans les kiosques"
C'est possible, mais pas une obligation. Lire un journal papier n'est en rien compatible avec la lecture d'un blog et vice-versa. Preuve en est, nous sommes toi et moi lecteurs de 20 Minutes, et on se retrouve sur la toile.

"Le ton est "djeun's" sur la toile, il reste classique et propret sur papier"
Maitre Eolas n'a pas un ton d'jeuns et pourtant c'est une personalité incontournable de la blogosphère et le Canard Enchainé n'a rien d'un journal classique et propret...

"Sur la toile, le droit de réponse ou de commentaire est immédiat, instantané, tandis que sur papier, on pense, on réfléchit, on construit une critique que l'on s'inflige à soi même, et que l'on mûrit dans le temps, tandis que sur la toile, le cycle lecture/réponse/réflexion est immédiatement et définitivement consommé!! c'est du fast food intellectuel, du prêt à penser politique."
Il est clair que la lecture d'un journal demande un peu de sens critique et de savoir lire entre les lignes. En clair, le fruit d'un travail qui appel au fruit de la réflexion. Sur la toile, c'est plus le comptoir du commerce où tout et n'importe quoi est parfois déversé, et vue la quantité, on ne prend forcément de sous-peser ce qui est lu. Mais entre-nous, entre un fast-food et la poule au pot de ma grand-mère, y a pas photo.

"Sur papier, l'information est apparentée à un courant de pensée sur son fond, tandis que sur la toile, elle l'est dans sa forme et son ton, peu importe le fond; c'est comme ça que ségolène peut aisément reprendre à son conte des idées qui sont le fruit de la réflexion de la droite"
Quel est le rapport ? Ségolène a fait cette déclaration sur le plateau de Canal+ si je ne m'abuse.

"Sur la toile, on est d'abord cotoyen avant d'être un militant, ce qui renforce sa fierté de militant; cette impression d'avoir compris, d'avoir choisi son camps seul, face à la toile, c à d face à soi même"
Il me semble présomptueux de faire un choix seul quand il s'agit d'un programme qui concerne tout le monde. Comment faire un choix quand on écoute que soit alors même que le choix d'une couleur politique est soumise à la confrontation des idées, et en particulier celle des autres dans un mode interactif qui dépasse la seule lecture de l'avis ou l'opinion d'Untel, de l'anecdote croustillante et pas forcément fondée (ex : Ségolène est seule : fini avec François), de la confiance donnée à une source d'information unique. Bref, quelle est la part d'objectivité dans tout ça ?

"Ceux qui continueront de faire de la politique sur la toile entre deux scrutins perdront en crédibilité."
Ceux-là n'auront pas attendu ton conseil pour faire de la politique sur leurs blogs au moment des dernières émeutes. On ne parlait pas encore de scrutin. Et, au contraire, je parie fort que les billets de politique continueront de fleurir sur la toile une fois mai passé. La politique ne se résume pas à un rendez-vous tous les cinq ans ou alors le militantisme que tu défends ne serait finalement qu'un militantisme d'oppotunité et, par extension, ton impression de citoyenneté ne serait qu'une illusion rassurante d'exister. Un acte égocentré pour se trouver une place sur la toile à défaut d'en avoir une en dehors.

Écrit par : MaxLeMans | mercredi, 24 janvier 2007

Bonjour M'dame,
Les citoyens se sont invités dans la campagne : ils participent à l'élaboration du projet presidentiel de Ségolène Royal. Venez dans un de ces debats participatifs organisés par la campagne de Ségolène Royal ! Et vous verrez des citoyens qui font + que s’inviter qui agissent.

Et vous aurez l'embarras du choix, rien que pour ce soir :

Développement Durable et Ville
Jeudi 25 à 19h30
Passage Dubail – 75010

Comment aider les enfants à réussir leur scolarité ?
Jeudi 25 à 20h30
Local PS, 150 av. Daumesnil - 75012

Insécurité Sociale
Jeudi 25 à 20h00
Café « le petit défi de Passy »
18 av du Président Kennedy - 75016

Egalité d’accès à l’éducation tout au long de la vie
Jeudi 25 à 20h30
Salle de l’Indépendance
48 rue Duhesme – 75018

Forum sur les thèmes « lutte contre les violences », « vie chère » et « éducation »
Samedi 27 – 10h à 17h
Patronage laïc – 72 av Félix Faure 75015

Insécurité civile, insécurité sociale
Samedi 27 à 13h30
gymnasse Bedassoa - 75020

Forum sur la démocratie participative
Lundi 29 à 20h00
Bilan des débats participatifs à Paris et expériences de terrain.
FIAP 30 rue Cabanis 75014 - ce lundi soir à 20h.

Quelles alternatives à la prison ?
Lundi 29 à 20h30
Salle de l’Indépendance – 48 rue Duhesme – 75018

Comment agir pour mieux défendre les droits de l'enfant?
Mardi 30 à 20h00
l'Ecole Elementaire, 3 rue d'Alésia - 75014

Avenir de l'université
Mercredi 31 à 20h00
Maison de la culture Arménienne, 17 rue Bleue - 75009

Écrit par : Richard ... | jeudi, 25 janvier 2007

Monsieur Bayrou ne devrait pas toujours aller chercher ses références politiques en Allemagne. Dans notre pays nous avons assisté a une renationalisation de la politique. Les themes de Patriotisme et de Nation ont evincé ont remplacé ceux de l Europe. De cela c est le parti de Madame Merkel, le CDU qui en est responsable. NON AU RETOUR DES PATRIOTES. LES CITOYENS EUROPEENS DOIVENT APPRENDRE A SE SERVIR DE LEUR LIBERTE EUROPEENNE NOUVELLE, CONFORMEMENT A L ART. 11 DE LA CHArTE DES DROIT FONDAMENTAUX.

Écrit par : unionsbuerger.de | jeudi, 25 janvier 2007

Rien que de savoir qui restait des jeunes à l'UDF, ça méritait un post. Bravo pour l'info...Au fait, Delmas, c'est pas de la famille de Chaban, le même qui s'était fait eu par notre grand Jacques, le président à 80% au 2ème tour avec moisn de 1/5ème des électeurs au premier? Comme quoi, on peut être jeune et rancunier. N'est-ce pas Monsieur Sarkozy...A quand le MJRG, le mouvement des jeunes rancuniers gaullistes !!!

Écrit par : JOUJOU DE PARIS | jeudi, 25 janvier 2007

Autre chose, ça me rappelle les "d'estaing" s'invitant chez les Français pour le repas. Si maintenant on peut faire l'inverse, tenez moi au courant, je viendrais volontiers manger à l'élysée avec ma femme...avec ou sans les Chiracs (de préférence sans) !!! Tout ça pour vous dire que je suis pour qu'on s'invite dans la campagne, et si possible chez les gouvernants...Petit déj au sénat, repas à matignon et diner à l'élysée, à l'instar des journalistes d'opinion...

Écrit par : JOUJOU DE PARIS | jeudi, 25 janvier 2007

Bravo Quitterie. Sortons de cet affrontement droite / gauche stérile.

A lire aussi :

http://blog-pl-seguillon.lci.fr/article-120058.html


Pierre-Luc Séguillon :


"C’est le dernier bruit qui court au parti socialiste. Il terrorise les militants mais commence également à sérieusement inquiéter l’UMP. Si Ségolène Royal continue à multiplier les faux pas, elle pourrait bien s’effondrer piteusement et passer à la surprise générale derrière… François Bayrou . Un second tour Bayrou Sarkozy pourrait bien donner la victoire finale au champion centriste !"

Écrit par : Axel | jeudi, 25 janvier 2007

Chers acteurs du débat public,
tout d'abord, laissez moi vous remercier pour vos commentaires et vos interrogations, qui sont le signe de la vitalité de notre démocratie.
Je vais essayer de vous répondre de manière succincte, je profite de quelques minutes de pause dans cette campagne rythmée !

@ Simbad : à chacune et chacun de se forger sa propre opinion. Les sources d’informations sont multiples. Je suis sûre que vous trouverez des réponses.

@ Jacques : évolution, révolution, qu'importe le terme, c'est avec les citoyens que doit se faire cette campagne. Le 29 mai a symbolisé une contestation claire de notre classe politique. Cela ne semble pas avoir été entendu. Je salue donc ces initiatives citoyennes qui influencent directement l'agenda des présidentielles. (Don Quichotte, Nicolas Hulot et d'autres arrivent).

@ Wayne : sur le même sujet, on ne peut que se féliciter de cette invitation de la société civile dans la campagne. J'aimerais d'autant plus que chacun se convainc que ces initiatives sont déjà de la politique et qu'au-delà de la contestation et de la mise en lumière, la politique permet d'aller jusqu'au bout et de trouver des solutions. C'est la prise de responsabilité ultime. Il y a des échéances pour cela : législatives, municipales, cantonales, et bien sûr, les conseils de quartiers, les associations de terrain, les syndicats. Il existe mille et une manière de faire de la politique.
Votre inscription sur les listes électorales est une lueur d'espoir. Merci pour ce rayon de soleil.
Je vous laisse découvrir la personnalité de François Bayrou et son projet au fur et à mesure de cette campagne. Prêtez l'oreille, notamment grâce aux nouveaux médias qui permettent de jauger la cohérence d'une vision pour la France loin des coups de com médiatiques.

@ Edouard : Entièrement d'accord sur les réformes primordiales en premier lieu pour notre génération sur laquelle pèsent les énormes fardeaux : dette publique, retraites, chômage et exclusion, détérioration de notre environnement.
Effectivement les promesses sont vaines, il y a longtemps que les Français, à raison, n'y croient plus. J'attends des leaders politiques qu'ils proposent, contraints ou forcés, un programme-planning de réformes.

@ MaxleMans : les nouveaux médias sont une chance unique de nous réapproprier le débat public. Et d'aborder vraiment le fond. Ni les médias classiques, ni les Etats Majors des grands partis n'avaient anticipé ce phénomène. Pour 2007, il est trop tard pour essayer de mettre la main dessus. Les stratégies pyramidales à grand renfort de budget sur la Toile n'ont pas eu les effets escomptés face à la parole d'innombrables citoyens.

@ Enzo : s'il vous plaît, pas de pessimisme à l'heure où un espace de liberté s'ouvre. A nous de le sauvegarder, notamment en instaurant des règles éthiques dans les forums, dans les blogs, etc..

@ Richard : Merci pour ces informations et ces invitations adressées à tous les internautes de 20 Minutes. Je suis heureuse d'avoir trouvé un créneau pour me rendre à l'une des réunions que vous proposez. Je vous rejoindrai donc le lundi 29 sur la thématique des prisons.

@ Unionsbuerger.de : L'Allemagne est un exemple pour la France sur le plan économique, notamment sur le plan de relance de son industrie, de la recherche et de l'innovation, ainsi que de l'accompagnement de leur PME et TPE à l'export. J'admire les réformes courageuses et difficiles qu'ils ont entamées grâce à une union nationale.
A l'heure de la crise que nous subissons, je me battrai en ce sens pour que la France rassemble toutes ses forces vives réformatrices politiques, syndicales et citoyennes de sensibilités diverses et représentatives.

@ Joujou de Paris : Je ne suis évidemment pas seule. Nous sommes plus de 4 000 à avoir moins de 35 ans. Et chaque jour, nous sommes rejoints par de nombreux jeunes. Le grand ménage de 2002 a fait la place au renouvellement des responsables de l'UDF avec des visages, des parcours totalement éloignés de l'image de l'ancienne UDF de notables. Le parti libre est ainsi né de la résistance à l'UMP. Merci !

Écrit par : Quitterie Delmas | jeudi, 25 janvier 2007

Une adjointe d'Alain Juppé et un haut fonctionnaire mis en examen
Reuters 25.01.07 | 16h17

Alain Juppé c'est bien le maire qui vient juste d'être élu avec les voix et le soutien de l'UDF après avoir été condamné?
L'UDF c'est bien le parti ont tous les députés sont élus grâce que voix de la droite ?
L'UDF c'est aussi le parti qui pendant 4 ans a voté toutes les lois du gouvernement de droite ?

Écrit par : Dick | jeudi, 25 janvier 2007

Bienvenu Quitterie à ce debat participatif sur la Prison:
Ces débats sont ouverts à l'ensemble des français.
Je ne doute pas que vous contriburez efficacement au projet presidentielle de Segolene Royal.

Avez-vous seulement eu l'opportunité de contribuer à celui de Francois Bayrou ?
Et de quelle maniere ?
Avez-nous pu, nous citoyens francais pu contribuer à celui de Francois Bayrou ? Sinon pourquoi ?

Merci d'avance pour vos reponses.
/R

Écrit par : Richard | jeudi, 25 janvier 2007

Avons-nous pu, nous citoyens francais, contribuer à celui de Francois Bayrou ? Sinon pourquoi ?

Merci d'avance pour vos reponses.
/R

Écrit par : Richard | jeudi, 25 janvier 2007

"Les électeurs sont les décideurs. Ils ont la main. Leur vote personnel aura des conséquences sur notre destin collectif."
Belle phrase ! Cela donne du sens au 5eme pouvoir ...

Oui, blog ou pas blog, les individus - que nous sommes - discutent entre eux. Les blogs, c'est juste une maniere d'intervenir differente, mais je ne pense pas que cela change le resultat des elections ? si ?

Écrit par : Pierre | jeudi, 25 janvier 2007

Bonjour Quitterie, on vous voit beaucoup sur internet et dans les soirées mondaines de blogueurs. Apparemment, vous y avez beaucoup de succès et vous êtes très sympathique.

Mais à part ça, si vous voulez faire de la politique, il serait temps de vous y mettre. Vous avez quoi à nous dire, à part que les médias sont méchants, mais qu'heureusement, il y a de nouveaux médias. Et que les citoyens sont cons, mais qu'heureusement, il y a de nouveaux citoyens.

Au lieu d'utlliser cette tribune pour critiquer vos compétiteurs, ce que passe son temps à faire votre patron, parlez-nous plutôt de votre vision, de vos idées, de vos propositions, ça nous changera.

Qu'est-ce que vous nous dites sur votre projet en matière de politique de l'environnement ? Et quid de la raréfaction progressive des matières premières, de la mondialisation, des flux financiers incontrôlés, de l'exode rural en Asie et en Afrique, de la surpopulation des villes, de l'évolution du coût du travail en Europe, de l'Europe justement, de l'avenir des services publics, du pouvoir d'achat des gens, de qui paiera leurs retraites, etc ?

Comment voyez-vous la France, l'Europe, le monde dans 5 ans, dans 20, dans 30 ans ?

C'est ça qu'on attend d'une femme ou d'un homme politique... Le reste...

Écrit par : José Ferré | vendredi, 26 janvier 2007

En attendant la réponse de Quitterie, je voudrais juste dire, au sujet des remarques de José Ferré, qu'il n'y a pas de bon programme sans bonnes méthodes. Enoncer des projets, c'est très bien, mais si les méthodes ne changent pas, ça ne sert à rien d'aligner 100 propositions qui ne pourront jamais être réalisées.

Montrer que les méthodes de la Ve République ne fonctionnent plus, parce qu'elles ne donnent plus de légitimité au pouvoir, c'est important.
Montrer que d'autres méthodes sont possibles, c'est essentiel.

L'idée de gouvernement d'union nationale, par exemple, est une vraie idée, complexe, qui mérite d'être exposée, débattue, présentée aux Français, et Bayrou a raison d'en parler. C'est quelque chose de positif, de constructif. Il faut arrêter de présenter Bayrou comme s'il ne proposait rien, comme s'il n'existait que dans la critique. ça c'est la caricature qu'en donne TF1, très loin de la réalité.

ça ne m'intéresse que très moyennement qu'on me fasse des promesses sur mille sujets, en présentant cela comme un programme. C'est trop facile d'avoir un programme.

ça m'intéresse davantage qu'on me présente des façons de faire qui permettent aux Français de se rassembler. Et de ce point de vue, il suffit d'avoir croisé Quitterie (et sa partenaire Virginie) pour savoir que chez elle l'esprit de rassemblement n'est pas un discours marketing, c'est une pratique. Un sens de l'ouverture et de l'écoute que j'ai rarement vu chez les autres militants politiques, qui le plus souvent sont prisonniers d'un sectarisme de droite ou de gauche.

Écrit par : Axel | vendredi, 26 janvier 2007

Axel, vous aurez noté que je ne parle pas de programme, mais de vision et de propositions. Je suis d'accord avec vous sur le fait qu'un projet sans méthode ne vaut pas cher, et j'imagine que vous me suivrez si je vous dis qu'une méthode sans vision ne vaut pas cher non plus :)

Sur le rassemblement et l'unité nationale, je n'ai rien contre, bien évidemment. En revanche, je ne pense pas qu'il suffise de chanter “l'Union, l'Union“ pour que ses conditions soient réunies. Pour le coup, ce n'est pas de bonne méthode. J'en dis quelques mots ici : http://carnetsdenuit.typepad.com/carnets_de_nuit/2007/01/brves_politique_2.html

Écrit par : José Ferré | vendredi, 26 janvier 2007

Bonjour José,

je parle de la vision (qui me semble une attente prématurée pour son âge. Quelle vision de Gaulle avait du monde à 28 ans ? La compréhension de l’Orient compliqué c’était encore loin devant lui…)

et pour la différence propositions / programme je ne la comprends pas trop. Vous savez bien José que rien n’est plus facile que de faire des propositions pour quand on sera élu… Cela fait longtemps qu’on ne peut plus prendre ces propositions au sérieux.
Autant ne pas en faire trop, ni trop en demander aux politiques, et jugeons-les sur autre chose que sur des propositions si faciles à ne pas tenir.
Jugeons-les sur leur conduite, sur leur écoute, sur leur capacité à travailler en équipe, à ne pas être sectaires, à apprendre, à se corriger…

Pour la méthode, bien sûr qu’elle pourrait développer davantage, mais son billet en parle, lorsqu’elle s’en prend au système bi-partisan :

“Le projet politique de ces ceux leaders : vaincre la droite, vaincre la gauche. Ne croient-ils pas que les Français sont lassés par leur guerre partisane qui se résume à faire campagne un clan contre l’autre ?”

Quitterie défend une méthode, où le Parlement a davantage de poids, avec une part de proportionnelle, ce qui laisse moins de place à l’opposition binaire.
Où le gouvernement réunit, non pas un seul bord politique, mais une coalition, ce qui donne une plus grande légitimité aux lois votées, et donc évite que tout finisse en eau de boudin après un troisième tour dans la rue.
(voir le papier de Jean-Claude Casanova :
http://www.page2007.com/?p=1949 )

Bien sûr que ce n’est pas l’annonce du paradis. On ne va pas tous se mettre autour d’une table comme ça, en oubliant toutes nos divergences, ne pensant qu’au bien commun, comme dans un mythe néo-athénien.

Un gouvernement d’union nationale, ce n’est pas quelque chose qui va de soi, ni dans sa constitution, ni dans sa pratique, on est d’accord. Mais il y a matière à essayer, à remuer l’idée.

Une sixième république, c’est très facile de transformer cette idée en gadget marketing et de ne rien en faire.
Mais ce n’est pas ce que j’ai senti chez Quitterie, lorsque je l’écoutais discuter avec des militants du PS, de l’UMP, des freeWOmen, de l’UDF… Se rendre en banlieue aussi, à Vaulx en Velin… Préférer venir à la soirée intime de Thierry Crouzet mardi, qu’à la grande réunion mondaine de “Paris blogue-t-il” (qu’elle n’a rejoint qu’après, tardivement, et pour refaire le monde avec Casabaldi…)

Écrit par : Axel | vendredi, 26 janvier 2007

à josé ferré: dis donc tu y vas vraiment fort avec quitterie je trouve; attend un peu qu'elle prenne du ventre avant de taper fort! la tite elle débutte seulement, et déja tu nous l'abîmes!et puis c'est vrai, axel a raison, elle peut pas encore avoir une vision du monde ou de la nation! tu te rends compte de ce que tu lui demandes ? quand à toi, fo réduire la coke hein! pasque bon, on a tous des visions mais c pas toujours les bonnes ! et puis elle s'est pas présenté à l'élection à la fonction de président ! alors tout doux l'ami! fais lui plutot une bise!!en plus tu sais bien qu'elle n'est pas comme toi, collé sur son 21!! (pouces, bien sûr)!! elle va te répondre dès qu'elle peut mais bon, laisse lui le temps de se remettre des émotions que tu lui causes la!! je te propose de tout effacer et de recommencer, ok? bon, alors euh.. commence par l'inviter à boire un verre dans une soirée TAG, ensuite, parle lui de ta vision des choses ok? et puis doucement, tranquilement, demande lui ce qui la motive dans cette vie de fous dans le cosme politique et pourquoi l'UDF! Après si tu veux, propose lui ta vision du monde la nuit! mais bon , José, sois gentil avec les filles stoplé, et si ta envie de t'en bastonner une virtuellement, prend ségo!! ele adoore ça!! et en plus elle en redemande !! y parait que c son truc !! allez ciao et n'oublie pas, fais les choses sérieusement, mais ne te prend pas tro au sérieux, ça desèche la peau!!

Écrit par : Enzo | vendredi, 26 janvier 2007

@ Quitterie : Vous me dites que ni les médias classiques, ni les Etats Majors des grands partis n'avaient anticipé ce phénomène. C'est oublier le site Désir d'Avenir de Ségolène Royal qui a permis à ceux qui le voulaient de prendre la parole auprès de l'intéressée. Tous les autres, y compris votre patron, ont ensuite pris le train en marche...

Écrit par : MaxLeMans | vendredi, 26 janvier 2007

@ max: tu te trompes cher Max, les autres candidats n'ont certes pas voulu maquiller la duplicité de langage comme la candidate socialiste l'a fait, en organisant des débats participatifs qui n'ont de participatifs que le nom, mais qui sont en fait une grande machine à laver les cerveaux plus roses, particulièrement les cerveaux des jeunes, mais sache que tous les candidats ont toujours permis de pouvoir être interpellés sur leurs sites et ont toukours(enfin en ce qui me concerne ) acceptés de répondre !souvent par chargé de com interposés certes, mais bon, c'est compréhensible! Personelement, il m'arrive régulièrement de prendre la parole! et puis il y a autre chose Max: est ce que le seul débat participatif qui soit digne de s'appeler ainsi n'est il pas le débat national? La gauche socialiste 'a rien inventé! la forme qu'elle a décidé de donner dans sa responsabilité de gestion de ses militants ne doit pas nous faire perdre de vue que le seul débat duquel on peut valablement tirer quelque chose, c'est le débat public!! pas les débats partisans tels ces débats participatifs! Personne n'est duppe en ce qui concerne ces débats participatifs tu sais! ce ne sont rien d'autre que des rassemblements de socialistes à qui on va tout simplement du monde faire croire que ce sont eux qui feront l'avenir de la france (cf désir d'avenir); c'est oublier un peu vite les autres citoyens tu ne crois pas? qui eux aussi participent à des débats, mais sans qu'on leur fasse croire que le débat national se joue dans un camps! et pas dans les autres ! alors je crois qu'il faut en finir avec ces débats participatifs qui ne sont qu'une stratégie de com destinée à maquiller la dyuplicité de langage des acteurs du PS; dans ces débats on dit blanc, pendant que les ténors du PS disent noir dans les médias, aund ils ne disent pas gris parce qu'ils ne savent pas véritablement quoi dire! si on me dit que ces débats participatifs sont des lieux ou on va chercher des argumentaire, alors je dis oui; mais ensuite, il faut aller en débattre avec celles et ceux qui ne partagent pas les mêmes idées ! c'est ça un débat! une confrontation d'idées !pas une grand messe !!L'idée qui consiste à faire croire que le débat national ne se tient que au PS dans ses débats participatifs est une tromperie!! et tout le monde l'a vu! personne n'est duppe!!et puis franchement, y es tu allé? eh bien moi oui! on était douze!! lol je me suis cassé aussi sec!! en plus il y avait des paumés qui s'en foutaient bien de la politique et qui étaient la pour les boissons et c'est tout!!il n'y a même pas eu de débat! juste une vague petite discutte entre amis !! ou on échangeait les dernières vannes sur ségo et sarko! alors bon, faut arrêter avec ces débats, ça devient grotesque !!et puis autre chose en passant; ce qui paye ces débats, ce sont les budgets locaux pas le PS, alors ça, si ça ne s'appelle pas du détournement de fonds, fo qu'on me dise comment ça s'appelle!! parce que un maire qui prend dans la caisse de la mairie et qui fournit les locaux de la mairie pour financer des actions de campagne présidentielle, je voudrais bien qu'on me dise comment ça s'appelle hein!! remarque, quand on voit HUCHON, on sait comment ça fonctionne avec les socialistes! ils savent bien qu'une petite augmlentation des taxes ne fera pas trop de mal, surtout que dans la foulée ils déploieront des moyens faramineux en comunication pour nous expliquer que c'est la faute de l'état qui ne leur file pas de pognon!! bref ils nous expliquent en gros que le fric qu'on a filé à l'état sous forme d'impots, on aurait dû le leur refiler à eux sous forme de taxes régionales et locales; et comme on ne l'a pas fait, ben ils nous le prennent directement ! bref, on paye deux fois quoi!!et on nous dit ça en nous filant un ptit four et une coupette de mousseux !! nan mais oh!! ça va aller de nous prendre pour des benêts de compétitions oui?

Écrit par : Enzo | vendredi, 26 janvier 2007

CE QUE J AI ENVOYE SUR LE SITE DE L UMP
Bonjour
C'est une blague votre démocratie participative?pourquoi M Gaudin ne répond pas, ni M vialatte député UMP de ma circonscription 7e du var?Ni M tonelli 0603240717 Permanence de l'UMP
voir ce que je veux faire dans le cadre de la création de mon entreprise sur le site en construction: www.oh-secours.fr
CENSURE???
recevez mes salutations P muléro

Écrit par : muléro philippe | vendredi, 26 janvier 2007

@ José,

Merci tout d'abord pour l'intérêt que vous me portez et que je ne suis pas tout à fait sure de mériter.
Je suis un peu prise par le temps aujourd'hui, mais puisque vous m'y invitez, je ne me déroberai pas à l'exercice proposé et je vous répondrai donc dès que possible.
Je ne pense pas, contrairement à ce que disent certains commentateurs qui ont gentiment "pris ma défense", qu'on ne puisse pas avoir une "vision du monde" à 28 ans ou à n'importe quel âge. Chaque personne qui s'exprime ici ou ailleurs porte une vision du monde personnelle forgée par le vécu, les expériences, les écrits, et les rencontres.
Je vous livrerai donc, modestement, la mienne. Je n'ai pas la prétention de croire qu'elle soit pour autant la seule ou la bonne et ne souhaite en aucun cas l'imposer aux autres. J'aimerais simplement que nous ayons plus, tous, l'occasion d'échanger, de partager, nos diverses visions afin de construire, peut-être, ensemble, un monde meilleur.
L'engagement des citoyens dans cette campagne me semble donc être une chance et un espoir pour nous tous, contrairement à une vision bipolaire que je ne crois bonne qu'à dresser les gens les uns contre les autres.


Quitterie.

(j'aimerai juste préciser, concernant votre première phrase ("dans les soirées mondaines de blogueurs") que j'ai simplement, mardi soir, rejoint quelques amis que je respecte, même si leurs idées sont parfois très différentes des miennes. Nous étions quelques-uns dans une librairie, et tout ça n'avait rien de "mondain"). Sauf si nous considérons que mondain veut dire "fréquenter du beau monde", alors oui, les personnes que j'y ai rencontrées sont belles, vu ce qu'elles ont dans les tripes et leur capacité à construire l'avenir.

Écrit par : Quitterie | vendredi, 26 janvier 2007

@Enzo, excuse-moi, je n'avais pas l'impression qu'on était dans une réunion bac à sable :)

Si c'est trop demander à quelqu'un qui est candidat à une élection législative, dirige un mouvement de jeunes partisans et soutient un présidentiable que d'avoir une vision de l'avenir, pas de souci, je ne le referai plus.

Je ne m'offusquerai pas non plus qu'un candidat à la présidentielle, ancien ministre de l'éducation, annonce sans frémir dans son programme en 6 “E“, au chapitre Education : “Je suis pour que l'on garantisse aux enfants arrivant en sixième la maîtrise de la lecture, de l'écriture et du calcul".

Entre ça, l'autre qui sait pas combien on a de sous-marins et le troisième qui envoie des sous-marins (les RG) partout pour espionner ses compétiteurs, on va pouvoir jouer à la bataille navale, à défaut de faire de la politique. Touché. Coulé :)

PS - Sans coke et sans rancune :))

Écrit par : José Ferré | vendredi, 26 janvier 2007

Bonjour Quitterie,

Je suis rassuré par votre début de réponse. Je pense, en effet, que si l'on s'engage, à 16, 18, 28 ans ou plus tard, en politique ou ailleurs, c'est au nom de valeurs et avec une “vision“ des choses.

Ce qui a motivé mon intrusion d'hier est simple : les occasions de prises de parole [médiatique] de François Bayrou et de ses partisans ne sont pas si nombreuses qu'elles puissent être “dilapidées“. Tout le monde a maintenant compris qu'il n'apprécie pas le traitement médiatique qui lui est réservé et qu'il n'envisage pas de gouverner avec le seul groupe UDF à l'Assemblée, mais on connait peu sa vision, ses idées, ses projets, les moyens qu'il entend se donner pour les réaliser. C'est de ça qu'il faut parler.

L'Union nationale dont il a besoin pour exister ne naîtra pas, d'un coup de baguette magique, parce que tout le monde est gentil, mais parce qu'il aura su imposer un rapport de forces et parce que ses idées seront plus fortes, plus simples, plus lisibles, plus enthousiasmantes que celles des autres. C'est de ça qu'il faut parler.

Le reste... La philosophie de comptoir sur les nouveaux inscrits, les nouveaux médias, les institutions et tout ces trucs de bobos branchés, ça ne vous fera pas gagner une voix. La vraie vie est ailleurs. Les vrais votes aussi :)

Écrit par : José Ferré | vendredi, 26 janvier 2007

Bonjour Madame,
Je compléterais volontiers votre analyse par l'idée selon laquelle, quelles que soient les divergences sur le fond des programme, l'un des enjeux de la campagne devrait être de REDONNER A LA POLITIQUE TOUTE SA PLACE.

La tendance aujourd'hui est au contraire au dessaisissement du politique, tendance nourrie par la technicisation des sociétés modernes et par le néo-libéralisme économique. Prenons quelques exemples :

Pour chaque sujet économique complexe (régulation de la concurrence, des grands services publics de réseaux etc.) ou pour chaque sujet juridique sensible (protection des données nominatives, lutte contre les discriminations etc.) la création d’une autorité administrative indépendante devient quasi systématique.

Les questions budgétaires relèvent encore du politique (national ou communautaire), mais elles sont de plus en plus encadrées par des règles « automatiques », imposant un comportement normé : « rules rather than discretion » enseigne l’économie néo-classique. Par exemple, « toutes les marges de manœuvre doivent aller à la réduction du déficit ».

Les questions monétaires sont réservées à une banque centrale indépendante : le fait même qu’un semblant d’autorité politique comme l’Eurogroupe ait pu laisser entendre qu’il entretenait des relations informelles régulières avec la Banque centrale européenne devient une information qui doit être formellement démentie ! Comme si dialoguer et échanger portait atteinte à l’indépendance.

D’une manière plus générale, tous sujets confondus, le pouvoir politique multiplie les conseils d’orientation et autres commissions d’experts et s’abrite derrière eux lorsqu’il s’agit de prendre des mesures, au lieu d’en faire de simples outils d’aide à la décision. En ce sens, c’est le politique qui se saborde lui-même.

Inverser cette lourde tendance est une condition nécessaire à la réhabilitation de la politique. Il ne s’agit pas de tout « re-politiser », mais de vérifier le bon exercice des compétences déléguées, de contrôler les différentes autorités et agences, de dialoguer franchement avec les autres pouvoirs (monétaire, judiciaire, médiatique..) etc. Bref, sortir du pilotage automatique et reprendre les commandes.

Plus de développement ici:
http://c6r-paris.blog.lemonde.fr/2007/01/25/les-hommes-politiques-servent-ils-encore-a-quelque-chose/

Écrit par : GG | vendredi, 26 janvier 2007

Quitterie Delmas je suis entierement d'accord avec vous

cette campagne sera celle d'un homme qui a rendez vous avec l'histoire j'en suis convaincu
un renouveau si cet homme est a la hauteur de nos esperances
son role : redonner au francais le gout de la politique, la vrai, celle qui est noble et au service du citoyen
parce que le spectacle du barnum ridicule de deux parties sclerosees qui se partage le pouvoir depuis 25 ans, sans jamais servir la noble cause qui devrait etre la leur, les francais en ont assez

cet homme va reussir son pari parce que les francais ont bien compris la lecon du 21 avril 2002
il ne s'eparpilleront plus dans des votes hasardeux qui ont conduit a la catastrophe
le vote sera encore protestataire mais il sera cette fois utile, construit, porteur d'espoir
cet homme je lui cherche pourtant des failles sur le net et plus je cherche et plus ca semble une evidence
dans l'ignorance quasi-totale des medias l'hommage a jean-francois deniau qu'il a prononcee a fini de me convaincre que j'avais affaire a un homme entier et sincere
preparez votre candidat Quitterie a la lourde charge que nous allons lui remettre, car ce vote sera massif et liberateur j'en suis convaincu!
pour la premiere fois de ma vie je vais mettre un vote le coeur leger portant le nom d'un homme auquel je crois : Bayrou
mais prevenez le bien que la deception de sa part n'est pas une option, car il aura alors la rue pour seule reponse!

Écrit par : esperance | vendredi, 26 janvier 2007

"si l'on s'engage, à 16, 18, 28 ans ou plus tard, en politique ou ailleurs, c'est au nom de valeurs et avec une “vision“ des choses."


On est d'accord José, mais ce n'est pas forcément sur ce terrain-là qu'on peut être original.

En disant qu'on n'attend pas d'une personne de 28 ans une vision du monde, je ne voulais pas dire qu'à 28 ans on n'avait rien dans la tête.

Je me doute que Quitterie a une vision du monde, faite de sa nature propre et de ses expériences, de sa sensibilité et de sa culture. Mais je ne pense pas qu'elle puisse exposer, si jeune, une vision des problèmes du monde qui s'impose par une originalité absolue, par exemple sur l'Europe, sur l'Iran, sur le nucléaire, etc.

En revanche, dans sa démarche militante, elle a une pratique originale, en ceci qu'elle n'est pas sectaire, qu'elle est à l'écoute, et c'est hélas rare, et précieux.

De là que je préférais mettre l'accent sur l'originalité de sa pratique, qui peut faire bouger les lignes, et qui me semble une vraie qualité politique, plutôt que de lui demander des propositions politiques, qui auront moins de chances d'être originales. Il est aussi facile de mentir sur la vision du monde (on peut dire qu'on se soucie des pauvres, faire des déclarations sur la paix universelle, et s'en moquer). Il est plus difficile de mentir sur les actes, la pratique.

Sur beaucoup de sujets, les réponses sont connues. Il y a plein de bonnes réformes dont les projets dorment dans les tiroirs des ministères. Ce dont on manque le plus, ce n'est pas de propositions de réformes, c'est de savoir-faire, pour rassembler les Français et les convaincre de les mener, ces réformes. C'est la pratique qui le plus souvent fait défaut, plus que la vision.

Écrit par : Axel | vendredi, 26 janvier 2007

Sur le fond, la démarche même de ce blog à plusieurs têtes donne raison à Quitterie.

Sur la campagne et les pratiques éculées des deux partis politiques qui se sont réparti l'essentiel du pouvoir depuis 25 ans, je ne vois pas qui peut la contredire. On vient d'en voir de nouveaux exemples. Pendant la misère, les magouilles continuent, a-t-on envie de dire. Continuer comme si de rien n'était à troquer les postes et les investitures pendant que le pays n'avance pas et que le chômage stagne à un niveau effrayant malgré tous les mensonges qu'on profère, continuer à rouler carrosse dans les dorures du pouvoir pendant que les toiles de tente se multiplient non seulement sous le feu des projecteurs mais surtout là où on n'en parle pas, sur les berges de la Seine par exemple (allez vous y promener, vous verrez), continuer à se partager des gâteaux imaginaires en creusant une dette publique qui ne peut que produire encore plus de misère demain, faire de la politique comme d'habitude sans voir que l'habitude en question enfonce chaque jour un peu plus les faibles dans des situations au mieux de dépendance, au pire de dénuement, tout cela est révoltant pour n'importe quel être humain. Et il faut bien que quelqu'un le dise.

Quand Quitterie dit que les nouveaux médias permettent de renouveler le lien entre ceux qui ont accès au pouvoir et ceux qui en sont éloignés, j'espère bien qu'elle a raison. J'espère bien qu'internet contribuera à rendre intolérable la situation des démunis. J'espère bien qu'une onde d'internet pourra finir par faire bouger les puissants qui dansent sur l'égout en le masquant d'un tapis de roses fanées.

On nous endort, on nous berce avec de l'asepsie, du néon de paccotille, on lénifie et on crétinise. On ne cherche plus à répandre le savoir, l'info et la connaissance sur ceux qui en ont le plus besoin. Que les gens de gauche se regardent dans un miroir au lieu d'asséner leurs réunions de campagne rutilantes ; quel est aujourd'hui la réalité de leur engagement dans ce qui constitue le coeur de la démocratie : faire partager la liberté par l'accès aux lumières de la connaissance dont parlait Victor Hugo ? Ils vont me répondre des chiffres, mais ces chiffres n'ont plus aucun rapport avec la réalité. La France est devenue la Russie de la Grande Catherine, une Russie où l'impératrice qu'on berne avec du carton-pâte, c'est le peuple ; et la gauche, quoiqu'elle en dise, est aussi coupable en ce domaine que la droite.

Alors, si l'on propose de déposer les armes, de se serrer la main et de travailler tous ensemble un bon coup pour remettre l'essentiel d'aplomb, ça vaut le coup d'y réfléchir.

Écrit par : Hervé Torchet | samedi, 27 janvier 2007

Quand je dis que ça fait réfléchir, en fait ma réflexion est toute faite : je suis tout à fait d'accord avec Quitterie.

Écrit par : Hervé Torchet | samedi, 27 janvier 2007

@ Espérance, merci de votre témoignage.
@ Richard,
Je suis là, à chaque fois que je le peux, où se trouvent les personnes qui s'engagent et qui débattent. J'ai eu ainsi le plaisir de rencontrer un nombre impressionnant de personnes passionnantes dans des réunions d'autres partis. Ces rencontres sont l'occasion de vérifier sur le terrain comme sur internet que nous sommes beaucoup moins clivés que ce que les partis veulent nous faire croire.
L'élaboration du projet porté par François Bayrou a commencé il y a maintenant plus d'un an et demi (septembre 2005).
Des colloques thématiques organisés, l'entrée y est publique, les contributions demandées à l'avance tant aux fédérations UDF jeunes et aînées, qu'aux sympathisans et citoyens, une synthèse réalisée à chaque début de colloque, des avis d'experts de la société civile, et des questions-réponses-contributions des personnes présentes. Les synthèses des journées étant réalisées à chaque fois par François Bayrou. Vous pouvez évidemment retrouver tous les actes des colloques sur le site www.udf.org
Nous n'avons pas attendu comme vous le constaterez que les spot lights de la campagne soient allumés pour construire notre projet avec tous ceux qui le souhaitaient.
C'est la démocratie collaborative !

@ José, il y beaucoup trop de questions importantes dans votre post pour que je puisse prétendre y répondre sérieusement en un seul commentaire.
Je vous propose donc, pour toute la partie "propositions, programmes, mesures" de nous retrouver sur la partie "propositions" du site de François Bayrou www.bayrou.fr, où vous pourrez en prendre connaissance et en discuter, pas seulement avec moi, mais avec tous ceux qui le souhaitent. D'autant plus que je ne saurai présenter seule toutes ces propositions, qui sont le fruit du travail de toute une équipe ; ma réponse ne concernera ici si vous le voulez bien, que ce que vous appelez ma "vision".

Le format m'impose de faire court, je la résumerai en un mot : environnement.
Mais environnement au sens le plus large. Pour moi, l'environnement de chacun, c'est bien sur, la planète, le climat, l'eau, la terre, l'air qu'il respire, mais aussi et surtout les autres. Et les autres, ce sont tout à la fois tous les peuples du monde bien sur, l'humanité entière, mais aussi, plus simplement, les plus proches, les amis, la famille, les collègues, les concitoyens et encore, et on les oublie trop souvent, ceux qui ne sont plus là, nos anciens, notre héritage, notre histoire, notre culture et ceux qui ne sont pas encore là, les générations futures.
Je crois que tout engagement en politique aujourd'hui se doit de comprendre et d'embrasser cette immensité là. Cette diversité, cette complexité là.
Tout celà pourra vous paraître à ce stade bien naïf, mais je crois que ça change tout.
Comment celà se traduit pour moi ?
Je crois que nous devons, ensemble, inventer jour après jour, concrêtement, un nouveau mode de développement, respectueux de la nature et de l'humanité, y compris, je le répète, des générations passées et futures.
Sur ce point, je vous invite, sincèrement, à lire ces deux discours de François Bayrou :
http://www.udf.org/discours/bayrou_220406.html
http://www.udf.org/discours/bayrou_211006.html
(vraiment, lisez les, s'il vous plait, et au moins le dernier paragraphe du second, à partir de "ces questions, qu'on présente toujours comme des menaces, sont aussi une chance ")

Maintenant, la nécessité de ce nouveau mode de développement pose aussi une autre question très importante pour moi. Qui va décider ? Comment allons nous faire pour nous entendre et pour le construire ensemble, en France, en Europe, dans le monde ?
Et j'en arrive à la question de la représentativité et du fonctionnement de nos systèmes politiques, aujourd'hui en crise.
Je crois qu'il nous faut non seulement une nouvelle République, la 6ème, mais aussi une nouvelle Europe et une nouvelle ONU.
Nous faisons face aujourd'hui à des problèmes d'ampleur mondiale qui nécessitent des organisations politiques adaptées en conséquence.
Et pour construire tout celà ensemble, il est indispensable que chacun puisse être représenté et puisse avoir confiance dans ses représentants. C'est le sens que prennent mes combats aujourd'hui, dans ce pays et dans cette campagne, pour la représentation notamment des jeunes dans l'hémicycle, pour l'exemplarité des représentants et pour une 6ème République.
Et je ne crois pas que nous arriverons à relever ensemble ces défis immenses en faisant deux camps et en dressant les français les uns contre les autres. gauche droite, public et privé, jeunes et vieux, pauvres et riches, ce n'est pas comme ça que je fais et que j'aime la politique aujourd'hui.

Voilà pour l'essentiel (c'est déjà un peu long, j'en suis désolée).
Maintenant, je vais vous avouer quelque chose, José : à toutes ces grandes idées, je me reconnais beaucoup plus dans le fameux "penser global, agir local".
Pour moi la politique, c'est avant tout des centaines, des milliers de rencontres avec des gens, tous différents. Sur des marchés, dans le métro, dans les cafés, les taxis, avec des jeunes de banlieue ou avec d'anciens résistants, des blogueurs activistes ou des abstentionnistes "récidivistes", c'est des heures de galère et de joie, avec des militants ou des inconnus, des ras-le-bol et des grands éclats de rire, c'est voir tout d'un coup renaitre l'espoir dans les yeux de ceux qui n'y croyaient plus.

Enfin, c'est une méthode, celle du travail en commun, du respect mutuel, celle de l'écoute, de la proximité, de l'empathie.

Pour finir, je voudrais dire qu'il m'arrive d'être inquiète.
Je suis plutôt d'un naturel optimiste et volontaire, mais je sens, je vois, presque tous les jours, grandir, partout "la rage" de beaucoup de gens. Comme elle s'exprime dans cette vidéo de Keny Arkana :
http://www.dailymotion.com/video/x2r0m_keny-arkana-la-rage-clip
Une rage que bien souvent je partage, même si je l'exprime et la vit autrement.
Et je ne sais pas si je serai assez forte, si nous serons tous ensemble assez forts pour comprendre, dépasser et faire quelque chose de beau de cette rage là.
J'espère, José, je compte sur vous, sur nous tous, pour y arriver !

Pour finir, je vais vous avouer une dernière chose, parce que je n'avais que très peu de temps, parce qu'on me l'a proposé, parce que le ton et le contenu de votre message méritait qu'on essaie de se comprendre malgré nos différences présumées, quelqu'un que vous connaissez bien m'a aidée à vous répondre.
Tout le monde sait que beaucoup d'hommes politiques n'écrivent pas leurs discours seuls. Mais souvent ils ne le disent pas. Moi, je vous le dit, simplement, humblement. Travailler ensemble, reconnaître qu'on ne peut pas avoir réponse à tout tout seul, être honnête et sincère, ça commence par des petites choses ça.
Enfin, je tenais à vous dire merci du fond du coeur car c'est sur votre blog que j'ai découvert l'appel du Conseil National de la Résistance Créer c'est résister, résister c'est créer. http://carnetsdenuit.typepad.com/carnets_de_nuit/2006/04/crer_cest_rsist.html
Ce texte m'a marqué. Alors merci.

Écrit par : Quitterie Delmas | samedi, 27 janvier 2007

Bonjour Quitterie,

Merci de “votre“ réponse, encore que mon petit doigt me dit qu'elle n'est pas du tout de vous, ce que vous semblez d'ailleurs confirmer. L'utilisation même de mots comme ce “humblement“, qui fait partie d'un vocabulaire piqué chez Marcos, m'en indique assez la provenance, dans la forme comme dans le fond.

Le texte de votre nègre est plein de bons sentiments, c'en serait même touchant s'il était moindrement sincère. Mais craignez que tout ceci ne soit que jeu de rôle, posture et imposture.

Un conseil, puisque vous voulez faire de la politique : vous aurez besoin d'aides, d'appuis, de lieutenants. Mais prenez garde à les choisir avec vigilance. Vous croiserez, jusqu'au dégoût, des flatteurs, des hypocrites, des menteurs, des jésuites et des malfaisants.

Préservez-vous, ne vous laissez pas envahir ou dicter vos idées par des manipulateurs qui essaient simplement de jouer avec vous, de se jouer de vous. Pensez, pensez même des bêtises, mais pensez par vous-même, Quitterie. Vous y gagnerez en sincérité et en force.

Je rêve, comme vous, de participer à refaire le monde, afin qu'il soit meilleur pour chacune et chacun. J'ai bien lu les discours de François Bayrou et ses livres. J'adhère à une partie non négligeable de ce qu'il dit -et, au-delà, de ce que votre nègre vous fait dire ici- (vous pouvez lire à cet égard, si vous en avez le temps et l'envie, quelques textes de mon blog ou du blog www.imagine2012.net, qui vont dans ce sens).

Mais ce que j'essayais de vous dire dans mes commentaires précédents, maladroitement sans doute, car vous l'aurez noté, ma sincérité ne s'embarrasse pas d'un excès de diplomatie, c'est que ni François Bayrou, ni vous, n'utilisez de manière optimale le peu d'espace qui vous est accordé par les médias.

Aujourd'hui, vous donnez le sentiment de compter sur la faiblesse ou les erreurs de vos adversaires pour figurer au second tour. C'est une méthode courante en politique. Mais il me semble qu'on se donne plus de chances encore si, en plus de cela, on cultive sa propre force, si l'on cesse de servir la soupe à ses adversaires en passant trop de temps à les critiquer et si l'on se concentre à rendre son propre message audible.

Voila, Quitterie, je ne vous embête pas plus. Désolé si j'ai pu vous paraître agressif, mettez ça sur le compte de la maladresse. Sincèrement. Take care.

Écrit par : José Ferré | samedi, 27 janvier 2007

A noter justement, sur le thème "résister c'est créer", la récente préface de Lucie et Raymond Aubrac à l'ouvrage collectif L'Autre campagne: http://www.lautrecampagne.org/article.php?id=125.

Plus d'informations sur ce livre, qui tend à faire émerger des contributions originales, du monde social ou intellectuel:
http://c6r-paris.blog.lemonde.fr/2007/01/16/lautre-campagne

Écrit par : GG | samedi, 27 janvier 2007

Bon, là pour le coup, je suis d'accord avec José. Même si je sais vos contraintes d'emploi du temps, Quitterie.

Il vaut mieux ne pas répondre, dire simplement "je n'ai pas le temps", que de répondre avec le discours d'un autre, Quitterie, sous votre signature.

Ou alors, il fallait que cette autre personne réponde en son nom, et dise : "Quitterie est débordée, elle m'a demandé d'exprimer sa pensée". Alors, oui, ok, pas de souci.

Mais lire un texte personnel signé "Quitterie Delmas", qui est écrit par quelqu'un d'autre, non, ça c'est la politique à l'ancienne, débarrassons-nous de ça. ça provoque un malaise, ce n'est pas net.

Il faut distinguer un discours qui s'adresse à tout le monde, et une réponse personnelle.

Pour un discours à tout le monde, la base peut être préparée par une équipe, pas de souci.
Pour une réponse personnelle comme celle à José Ferré, il faut soit répondre directement, avec vos mots, soit ne pas répondre, ou faire répondre par un collaborateur qui signe de son nom, ou qui signe "l'équipe de Quitterie Delmas", sans employer votre Je.

Par exemple, c'est sympa de lire les réponses de votre partenaire et amie Virginie, qui signe de son nom. Je n'aimerais pas lire un message signé Virginie écrit par Quitterie, ou un message signé Quitterie écrit par Virginie.

Dans un discours, le Je peut être un Nous. Dans un message personnel, une réponse ciblée, le Je doit être un Je.

Écrit par : Axel | samedi, 27 janvier 2007

Quitterie a l'honnêteté de reconnaître que les mots ne sont pas tous d'elle. Les idées le sont. Bon, on peut ronchonner, mais accordez-lui l'essentiel.

Elle a eu à coeur de vous répondre et elle n'a menti ni dans son texte ni au sujet de son texte. Elle est de bonne foi et ce qu'elle donne est adapté à ce qui est attendu d'elle. Je vous trouve bougons. Elle mérite mieux. Vous aussi.

Écrit par : Hervé Torchet | samedi, 27 janvier 2007

On se croirait vraiment à une réunion d'arbitres ou chacun donne son avis sur chacun; c'est beau, gentil, polissé, mais bon , est ce vraiment l'essentiel aujourd'hui et ici? ça va les petits fours!! place aux discours !!

Écrit par : Enzo | samedi, 27 janvier 2007

@ tous,
parfois, sur internet, il est difficile de savoir ce que chacun met derrière chaque mot. Dans chaque contribution réside une attente, un questionnement, une conviction personnelle et profonde. Il est bon parfois, quand on a la chance de connaître quelques "intermédiaires", de comprendre la réelle attente de cette personne, d'avoir la chance de la connaître un tout petit peu mieux et de savoir comment créer la connexion, s'il y a, sur le fond, un infime point de convergence qui existait au préalable.
José, je vous remercie de vos questions, j'espère que nous aurons la chance de nous rencontrer et de confirmer, ou pas, que nous avons parfois des visions de l'avenir qui se croisent. En ce qui concerne François Bayrou, je compte autant sur lui que des centaines de milliers de personnes pour ouvrir une brêche que nous attendions depuis longtemps.
Je n'ai jamais été attentiste de ma vie. Je crois fermement que l'on peut sortir du cadre aujourd'hui. Nous pouvons le faire. A nous d'en définir les règles et les contours : séparations des pouvoirs exe et législatif, réappropriation du débat public par les citoyens, renouvellement du personnel politique, proportionnelle etc... afin que nous puissions mener les réfomes souhaitése par le plus grand nombre qui sont aujourd'hui otages des guegerres stériles des partis.
Alors, vu l'état actuel des choses, ma philosophie est plutôt dans l'attaque et l'engagement plein et entier.
Nous avons tous besoin de confronter nos idées pour avancer ! C'est l'aventure que nous permet aujourd'hui internet ! A très bientôt

Écrit par : Quitterie | dimanche, 28 janvier 2007

C'est bien de l'expliquer comme ça. Je l'avais compris autrement. Si c'est un moyen d'augmenter la compréhension mutuelle, donc de favoriser le débat en le déplaçant jusqu'à un plan de meilleure clarté, c'est très constructif.

Écrit par : Hervé Torchet | dimanche, 28 janvier 2007

Quitterie je m'inquiete d'une censure qui pourrait etre appliquee sur les forums de france 2 concernant Bayrou

sur le forum a vous de juger j'avais decide de poster un topic : "pourquoi je voterais Bayrou"

voila la reponse de la moderation :
ftvi@francetv.fr
à moi Autres options 27 janv. (il y a 20 heures)
Bonjour,
Le message suivant a été refusé :
Raison :
Les sujets similaires ne sont pas publiés, merci de poster votre message sur des fils déjà créés. Merci.

etant curieux de nature je tape dans le moteur de recherche les mots Bayrou et Udf sur les forums de france 2
le nombre de reponse est ridicule et mon sujet ne faisait donc absolument pas doublon!
par contre le topic "pourquoi je voterais le pen" trone en bonne place
le reste des post concernant Sarkozy ou Segolene

je suis par ailleurs etonne qu'aucun post sur ce forum ne questionne sur l'absence de Bayrou ou d'un membre de l'Udf dans la derniere emission d'a vous de juger!

http://forums.france2.fr/france2/avousdejuger/liste_sujet-1.htm

ce genre de comportement insidieux de moderation est une entrave a la democratie! pourriez vous vous renseigner a ce sujet ?

Écrit par : esperance | dimanche, 28 janvier 2007

Quitterie je m'inquiete d'une censure qui pourrait etre appliquee sur les forums de france 2 concernant Bayrou

sur le forum a vous de juger j'avais decide de poster un topic : "pourquoi je voterais Bayrou"

voila la reponse de la moderation :
ftvi@francetv.fr
à moi Autres options 27 janv. (il y a 20 heures)
Bonjour,
Le message suivant a été refusé :
Raison :
Les sujets similaires ne sont pas publiés, merci de poster votre message sur des fils déjà créés. Merci.

etant curieux de nature je tape dans le moteur de recherche les mots Bayrou et Udf sur les forums de france 2
le nombre de reponse est ridicule et mon sujet ne faisait donc absolument pas doublon!
par contre le topic "pourquoi je voterais le pen" trone en bonne place
le reste des post concernant Sarkozy ou Segolene

je suis par ailleurs etonne qu'aucun post sur ce forum ne questionne sur l'absence de Bayrou ou d'un membre de l'Udf dans la derniere emission d'a vous de juger!

ce genre de comportement insidieux de moderation est une entrave a la democratie! pourriez vous vous renseigner a ce sujet ?

Écrit par : esperance | dimanche, 28 janvier 2007

desole pour le doublon voila ce que je pensais poster la bas meritait t'il une moderation d'apres vous ? :

"deja merci a france 2 en partie pour m'avoir permis de faire ce choix citoyen

il est le fruit de plusieurs etapes :

1er etape vision du documentaire Chirac de Rotman diffusee sur France 2 :

je prend en pleine face des arcanes du pouvoir puantes
Chirac et Mitterand furent de brillant tacticien politique mais a quel prix ?
combien d'hommes brillant a t'il fallu detruire pour qu'il puisse garder leur priviliege ?
beaucoup beaucoup trop
sincerement c'est la rage qui m'habitait apres avoir vu ce documentaire
combien de rendez vous manque avec de vrai hommes politiques a cause de ces deux escrocs ?

2eme etape : je decouvre sur la toile le politic show sur daily motion
et je part a la rencontre de Francois Bayrou
3 heures passionnante d'interview qui me pousse a me renseigner sur l'homme et ses idees
de cette recherche une evidence se fait jour : cette homme vrai republicain a une demarche coherente et authentique

3eme etape : France 2 encore qui diffuse un complement d'enquete consacre a la campagne presidentielle, puis le A vous de juger de cette semaine
la vacuite et le vide sideral d'idee qu'affiche les 2 partis au pouvoir depuis 25 ans fini si il en etait encore besoin de me convaincre

alors oui, assez des rendez vous manque a cause de parti qui confonde politique et interet personnel!
au nom de tout les hommes de bien qui ont ete foules au pied par les 2 pires hommes politiques que la france ait connu, je vais voter Bayrou

ma seule crainte : la route est longue jusqu'en avril et le pouvoir en place ne va pas longtemps ignorer la menace reelle de l'homme du bearn car le bruit sourd de la fronde tranquille citoyenne monte peu a peu de la toile

quand on a vu le documentaire de Rotman on ne peut que craindre le pire..."

ce post vous semble t'il relever de la moderation ?

Écrit par : esperance | dimanche, 28 janvier 2007

MUUUUUUUUUAAAAAAAAAAHHHHHH !!!!

Demian West

Écrit par : Demian West | dimanche, 28 janvier 2007

Bravo Quitterie, et tu brilles dans le ciel des blôÔôgues aux atmôôôsphères atmôÔôsphère est-ce que j'ai une blôÔôgue d'atmôÔôsphère ?

Bises de Demian West

Écrit par : Demian West | dimanche, 28 janvier 2007

C'est toujours agréable de voir chez les centriste, des (anciens) personnes de gauches, socialistes , voir d'extreme gauche comme Pierre Mauroy avec autant d'humour : http://www.dailymotion.com/relevance/search/Alternative%2Blib%E9rale/video/x2olk_sabine-herold-tfj
, des libéraux (un peu moins de puis quelques temps, on en trouve plus à l'UMP, celà ce sont des traites corrompu, et plus encore plus nombreux au P.S), et des démocrates...

Écrit par : morrigan | dimanche, 28 janvier 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu