Avertir le modérateur

mardi, 30 janvier 2007

Ce que les internautes préfèrent

Ce que les internautes préfèrent ? la vie privée de Ségolène plus que son programme. La candidate PS remporte un sondage à double tranchant. Xiti Monitor (1), institut d’études et de mesures d’audiences web, a mené début janvier une enquête sur les recherches des internautes concernant les deux favoris actuels (des médias surtout) de la présidentielle, à savoir Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.

Durant la période observée, la première a plus attiré la curiosité que le second. Sur 100 visites, 63 ont concerné la candidate socialiste. Un résultat qui reflète principalement une plus grande apparition médiatique de Ségolène Royal. En revanche, les requêtes analysées montrent que sa vie privée et certains de ses propos intéressent plus les internautes que son programme.

  1. La première des recherches concerne son nom à 53%.
  2. Viennent ensuite sa vie privée (9,4%),
  3. ses maladresses médiatiques (6,0%),
  4. sa campagne et son programme (5,7%),
  5. François Hollande (1,3%)…

Concernant Nicolas Sarkozy,

  1. 43,8% des requêtes se font sur son nom.
  2. Le deuxième centre d’intérêt est sa femme, Cécilia Sarkozy (4,5% des recherches, à comparer au score de François Hollande)
  3. Le programme (3,7%).
A noter que cette enquête a été réalisée avant l’affaire des RG, avant la suspension d’Arnaud Montebourg, et aussi avant certaines déclarations concernant la Corse.

(1) Etude menée sur un périmètre de 67 sites web d’actualité et média généralistes entre le 1er et le 15 janvier.

medium_carzon.3.jpg

Commentaires

Et vous David? vous en pensez quoi?

Écrit par : Enzo | mercredi, 31 janvier 2007

Contre de Gaulle, contre le gaullisme, l'UMP remet le couvert…

Pierre Lequiller, secrétaire national UMP en charge des affaires européennes, remet le couvert. Ignorant avec dédain le vote du 29 mai 2005 (55% des Français ont rejeté le projet de constitution européenne), Pierre Lequiller, à titre personnel dit-il , propose de passer outre.
Il préconise un texte plus court reprenant le Titre I du projet de constitution européenne qui, affirme-t-il sans s'étrangler dans un communiqué AFP du 25 janvier, n'a pas été contesté pendant la campagne référendaire. Sourd avant l'âge !...
Rappelons néanmoins que ce Titre I confirme l'orientation supranationale de la construction européenne, Europe dans laquelle les lois fédérales s'appliqueraient dans tous les domaines et s'imposeraient à tous les Etats membres, même en contradiction avec nos propres lois, y compris celle fondamentale : la constitution française.
En outre, serait conservée, se réjouit-il avec une constance jamais prise à défaut, l'extension du vote à la majorité qualifiée ; la marche, inéluctable à ses yeux, vers une Europe fédérale et ultralibérale est donc confirmée.
Il s'agit bien, dans ce cas, d'un transfert de souveraineté nationale, et non d'une délégation qui serait la règle dans une Europe confédérale, conception gaulliste faut-il le préciser, laissant le choix aux Etats composant l'Union de mener, librement, des politiques et projets communs (Ex: politique agricole commune, Airbus,…).

Le choix de la méthode est, elle aussi, anti-démocratique. Il convient, pour Pierre Lequiller, de contourner le votre populaire du 29 mai 2005 : donner au parlement le pouvoir de supprimer le vote majoritaire (55%) lors du référendum scélérat, celui où les Français "se sont trompés, ou "ont été trompés" comme se plaisent à radoter ceux qui, de l'UMP au PS et alliés, ont défendu avec acharnement le "oui".

Avec l'Allemagne d'Angela Merkel, tout est clair. La présidence européenne actuelle qu'elle assure se propose de faire la promotion du texte nouvellement rédigé, mais tout aussi dangereux pour la France et les Français, auprès des Etats européens, puis la présidence française de conclure dans la foulée en 2008. Et pour donner l'imprimatur nécessaire, le texte devrait être publié par la Fondation Robert Schumann, l'un des pères de l'Europe fédérale et ultralibérale.

Contre de Gaulle, contre ceux qui assument l'héritage du fondateur de la Vème République, avec l'accord fondamental du candidat Sarkozy et la bénédiction de Valéry Giscard d'Estaing, sous l'œil réjouit du monde anglo-saxon, Pierre Lequiller remet le couvert.

Extrait de l'éditorial n° 23 du 20/10/2004 d'Objectif-France Magazine :

"Mais, à toujours vouloir défendre sans retenue, ses convictions, Pierre Lequiller va bien plus loin. Le Secrétaire national UMP chargé des questions européennes porte un jugement historique négatif sur l’échec de la C.E.D. (Communauté européenne de défense) en 1954. Parlant de l’arrogance française il précise : « Cinquante ans après sa responsabilité historique dans l’échec de la C.E.D., notre pays va-t-il à nouveau mettre un coup d’arrêt brutal à la construction d’une Europe politique ? » Cette position est un acte d’agression envers ceux qui, à cette époque, ont évité que l’Armée française soit mise en tutelle sous domination américaine. Cette position est une attaque frontale contre le général de Gaulle, contre les gaullistes d’hier, notamment contre Michel Debré guerrier impitoyable contre ce projet, contre les gaullistes de conviction d’aujourd’hui qui se battent afin de conserver l’indépendance et la souveraineté de la France. Contrairement à ce qu’il affirme pour justifier le projet supranational, souhaiter une Europe différente n’est pas une arrogance française. Il s’agit aujourd’hui de préserver la France, de lui assurer la maîtrise de son destin, c’est-à-dire de ne jamais transférer (Mais accepter une délégation ciblée) une quelconque partie de sa souveraineté."

Dans cette campagne présidentielle, au-delà des clivages traditionnels gauche-droite d'un autre âge, une voix s'élève malgré le boycott des grands médias nationaux. Nicolas Dupont-Aignan porte l'espoir des gaullistes de conviction et des républicains des deux rives attachés à la Nation et à une France libre, moderne, sociale et solidaire.

Electeurs, attention ! Les candidats portés par la "vague people", Sarko et Ségolène depuis le début, mais aussi Bayrou aujourd'hui, demandent vos suffrages en 2007 pour mieux s'asseoir sur vos suffrages 2005. Une arnaque !

Alain KERHERVE
www.gaullisme.fr

Écrit par : Alain KERHERVE | jeudi, 01 février 2007

La recherche sur le nom, ça veut dire quoi?
Cela dit, on sait ce que donne un programme, une fois le candidat élu!
Alors...
pressagrun, sur blog.20minutes

Écrit par : Christine STROHL-GRÜN | jeudi, 01 février 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu