Avertir le modérateur

mardi, 06 février 2007

François Bayrou ou le Tour de France tranquille

L’anti-people, l’anti-paillette, l’homme qui ne se rend jamais aux avant-premières, qui n’est jamais dans les feuilles de choux des célébrités, c’est bien lui.Pendant que certains font tourner à plein régime la campagne poubelle, lui continue depuis septembre dernier, dans le plus grand silence, son tour de France. Deux déplacements par semaine. Dans chaque ville, dans chaque village, des visites d’entreprises, des réunions publiques, des rencontres avec des étudiants, des chercheurs, des mamans… Pas de grands médias nationaux qui le suivent, un déjeuner presse avec les quotidiens locaux, régionaux. Il s’imprègne de la vie des gens, il répond, il est accessible. Loin de Paris, de son cabinet, de son agenda, toutes ces petites choses qui vous étouffent un personnage. Il a trouvé le rythme, l’équilibre.
Il est serein.

Bon du coup, je le vois plus. Mais pas question de quitter Paris et le QG.

Et puis moi contrairement à lui je suis parisienne, et j’aime cette ville.

Et moi, son cheminement je le vois de Paris. Je le vis à Paris.
Mi blogosphère-mi marchés.

Mes « nouveaux » amis de la blogosphère parient tous sur un Bayrou au 2e tour, je reçois des mails encourageants de connaissances de l’UMP et du PS, et sur les marchés, les passants nous demandent le tract « François Bayrou ».

Alors il est clair qu’il se passe quelque chose de beaucoup plus profond que les sondages qui sont pourtant unanimes sur l’ascension de François Bayrou. J’attends avec impatience la sortie des projets portés par les candidats et non par les partis. C’est à ce moment-là que les vrais choix se feront. Et que c’est sur le fond que nous serons amenés à nous prononcer.

A 29 ans, je n’ai jamais connu de programme électoral depuis que je suis née. Le dernier réel programme a été porté par François Mitterrand en 1981 avec ses 110 propositions. Depuis rien, que de la com’, que des promesses, que des constats (« la fracture sociale » de Chirac). Jamais de propositions, jamais d’engagements.

Mon choix de l’indépendance, de la séparation des pouvoirs, de la 6e République est déjà fait. J’attends de voir les budgets chiffrés des uns et des autres pour avoir un avis objectif sur le fond. J’attends de voir qui chargera encore un peu plus notre barque sur la dette publique. Ça, ce sera pour moi impardonnable.

medium_quitt.jpg

 

Commentaires

Dire que les 110 proposition était un programme est sémantiquement correct. Mais dire que c'était un tissus d'âneries dont nous n'avons pas encore fini de payer la note, est également factuellement correct. Je préfère pas de programme que ce genre de piège a...gogos.

Écrit par : Merlin | mardi, 06 février 2007

Cher Merlin,
quelque soit notre jugement sur le bien fondé des 110 propositions, les Français l'avaient choisi. C'est deux ans plus tard qu'a commencé la dégringolade qui ne s'est plus jamais arrêtée. Des promesses et des reculades : quelques illustrations : 110 propositions en 81, premier recul programmatique en 83 avec Pierre Mauroy et son plan de rigueur, ne parlons pas non plus des reculs de Fabius sur l'Europe, de Juppé sur la Sécu, d'Allègre sur l'Education, de Fillon sur les retraites, de Villepin sur le CPE, de Lebranchu sur la justice, de Chriac sur les baisses d'impôts et sur la TVA à 5,5 pour les restaurateurs, etc...
Une nouvuelle fois, le problème que je souligne n'est pas sur la justesse de ces réformes mais bien sur le fait que les Français les soutenaient et que les politiques n'ont pas eu le courage de tenir bon.
C'est aussi pour cela que je soutiens qu'il est nécessaire d'oeuvrer pour un gouvernement d'union nationale représentant la majorité des Français. Comment voulez vous tenir bon avec les "tous petits" et illégitimes 20% du premier tour ?

Merci pour votre commentaire et à bientôt.

Écrit par : Quitterie | mardi, 06 février 2007

La dette est certainement l'un des enjeux cruciaux de la France d'aujourd'hui pour celle de demain.

On vient de voir le prochain budget des États-Unis dont le déficit prévisionnel approche de 10% du montant global des crédits. Plus de 200 milliards de dollars de déficit, soit 800 dollars par habitant. Si l'on compare ce chiffre à celui du PIB par tête des États-Unis, il est effarant. D'autant plus que le retour à l'équilibre est prévu en coupant monumentalement dans les crédits sociaux.

Or certains candidats de la campagne actuelle (les deux qui s'effondrent, pour dire la vérité) proposent de suivre le même chemin. Les États-Unis l'ont fait ? Pourquoi pas nous ?

Après tout, c'est grâce à leur déficit et par une relance keynésienne inavouée qu'"ils" ontrelancé leur croissance.

Seulement voilà, les États-Unis disposent d'un outil que nous n'avons pas (et d'ailleurs scandaleux) : le jeu sur leur monnaie. Au beau temps de l'effervescence du Japon, ils se sont ainsi financés en vendant des bons du Trésor aux Japonais. Puis, quand les Japonais ont eu besoin des liquidités qu'ils avaient investies, ils ont tenté de revendre ces bons du Trésor. Hélas pour eux, il n'y avait personne pour les racheter : depuis belle lurette, ils en étaient les seuls acquéreurs. Ce n'était plus que de la monnaie de singe. Alors, les Américains ont joué sur leur propre monnaie et racheté les bons à bas prix.

Aujourd'hui, ils refont le même coup aux Chinois.

Et nous, à qui allons-nous le faire ? À l'Afrique qui peine ? À Monaco ? Soyons sérieux : nous n'avons d'autre choix que la rigueur.

Du reste, une relance unilatérale en France aurait des résultats désastreux sur nos relations avec nos partenaires européens et saperait l'un des piliers de la construction européenne : la convergence des économies.

Tout cela finirait en drame pour les plus fragiles d'entre nous, ce qui est intolérable.

Merci donc à Quitterie d'avoir insisté sur ce point.

Écrit par : Hervé Torchet | mardi, 06 février 2007

bonsoir,
Effectivement la dette est un vrai problème et n'oublions pas que Bayrou a voté les budgets (sauf 1 je crois) depuis 2002 qui ont contribué à son augmentation.
En fait, j'ai 1 question qui me paraît essentielle à partir de 2 hypothèses :
1. Bayrou est élu, suivent les législatives, que fait l'udf ? gardez-vous vos accords avec l'UMP ?
2. Bayrou est battu 2nd tour Sarkozy-Royal : pour qui appelez-vous à voter ?
merci

Écrit par : raph | mardi, 06 février 2007

Pour un point de vue légèrement plus ... critique :
http://www.toreador.fr/2007/02/04/banderille-n%c2%b055-une-taupe-nommee-bayrou/

Écrit par : Toreador | mardi, 06 février 2007

Reconnaissons à mr BAYROU d'avoir un site internet comme j'aurais souhaité voir celui de tous les candidats.
Vous avez un onglet propositions. Tous les sujets sont abordés. Il y a la position des candidats, puis c'est ouvert aux commentaires ( avec modérateur) .
Je regrette que cette idée n'est pas été reprise par tous, car les réponses aux attentes des uns ne sont pas les réponses qu' attendent les autres.

En ce qui concerne le futur, tout candidat élu, prendra les fonctions de président de la république et nommera le 1er ministre. A mon avis, pour un poste de ministre ( salaire, honneur, retraite ), il y en a dans tous les camps préts à collaborer. Et sur des sujets importants, les députés ne seront pas tous à jouer aux fauves et prendront leur responsabilités.
De toute façon, le président de la république peut proposer par référendum le scrutin proportionnel pour s'assurer un groupe UDF, dissoudre l'assemblée envoyant devant les électeurs les députés qui auront ainsi à se battre entre eux s'ils veulent conserver leur statut et ses avantages.
Avec un scrutin proportionnel, l'assemblée ne sera pas représentée de la même façon, et beaucoup de députés y perdraient.

Écrit par : stephan | mercredi, 07 février 2007

Il n'est pas vrai que Bayrou ait voté les budgets : avant de voter contre, il s'est en général abstenu, et à chaque fois qu'il l'a fait, c'était pour stigmatiser l'augmentation de la dette.

Aujourd'hui, la France est le pays du monde où les prélèvements obligatoires sont les plus élevés (il y a un doute sur la Suède, mais chez eux, de toutes façons, ça baisse). Il n'est donc pas réaliste d'imaginer d'augmenter encore la pression fiscale. Il n'est pas réaliste de promettre de nouvelles dépenses comme le font Sarko et Ségo : elles seront impossibles à financer.

On voit déjà que Bayrou hésite sur la façon d'économiser sur le budget. C'est que ces choses se font à chaud, sur la bête, et non pas d'une façon théorique. C'est au vu des réalités que l'on décide des réalités.

Ce qu'on peut dire, c'est qu'il le fera de façon équitable. C'est pourquoi il (et la France) a besoin d'une union nationale : pour qu'on ne se dise pas "c'est une France contre l'autre" ni "il y a des privilégiés". Un rassemblement de tous permettra de lever les suspicions. Tout le monde, rassuré, acceptera alors la période de redressement parce que chacun en prendra une juste part, qu'il soit de droite, du centre ou de gauche, qu'il soit patron ou ouvrier, fonctionnaire ou retraité, agriculteur ou pêcheur.

Cela étant, on sait qu'il y a deux secteurs où les économies sont impossibles : l'enseignement supérieur, déjà paupérisé à un point dangereux pour l'avenir du pays, et la santé où on ne pourra guère, au mieux, que stabiliser les dépenses.

C'est donc un défi colossal auquel le boutefeu Sarko, qui se laissera entraîner dans la guerre aventureuse et dépensière, ne peut en aucun cas faire face, et auquel Ségo, tout engoncée dans les réflexes paléolithiques de la vieille gauche (celle qui n'a gagné que par des triangulaires en 1997 et qui a carrément perdu en 2002), ne peut en aucun cas répondre non plus.

Leur campagne a consisté a crétiniser la population, ça n'a pas marché. Ils tentent autre chose, le retour aux catacombes, ça ne marchera pas non plus : c'est leur conception de la politique qui est périmée. Par leur gestion alternée depuis 25 ans, ils nous ont plongés dans le gouffre. Seule la logique prônée par Bayrou peut nous en sortir.

Écrit par : rêveur solitaire | mercredi, 07 février 2007

@ Toreador

Votre article sur la taupe est scandaleux, étant donné tout ce que Sarko a fait pour soulever la haine contre les immigrés. J'y ai vivement réagi.

Écrit par : rêveur solitaire | mercredi, 07 février 2007

@reveur solitaire
après vérification, Bayrou a voté contre un seul budget, celui de 2006, depuis 2002.
http://www.lefigaro.fr/france/20060514.WWW000000061_bayrou_appelle_a_voter_la_motion_de_censure_socialiste_contre_le_gouvernement.html
personnellement, ça nuit à sa crédibilité de pourfendeur de la dette.
A propos des prélèvements obligatoires, je suppose que vous savez qu'ils ont augmenté depuis 2002 (avec aussi le soutien de Bayrou) ? vous avez aussi sûrement que la baisse des impôts directs (votée par Bayrou) nous amène à être un pays où les impôts directs sont les moins élevés (par rapport à l'allemagne, les EU par exemple).
Et je me permets de vous rappeler aussi que la gauche a gagné les dernières municipales, régionales et européennes, combien a fait l'udf, déjà ?

Écrit par : raph | mercredi, 07 février 2007

@ Rêveur Solitaire.
Scandaleux me choque. Oui, nous n'avons pas la même vision de Bayrou. Moi, je vois un type agrégé, invertébré depuis des lustres, qui flirte avec un vocabulaire populiste pour se faire mousser. Vous, vous voyez le troisième homme. Moi, je vois le troisième type.
Je ne parle pas des thèses de M. Bayrou, je parle de sa démarche et des effets collatéraux non anticipés de son fantasme d'union nationale.
Les mots ont un sens, Rêveur. Le scandale a un parfum, alors mouchez vous.

Écrit par : Toreador | mercredi, 07 février 2007

Il a voté contre un seul, mais s'est abstenu plusieurs fois, c'est bien ce que j'ai dit.

@ Toreador

Le scandale est, quand on soutient Sarko, de prétendre que c'est Bayrou qui fait le lit de Le Pen. Est-ce Bayrou qui est allé insulter les banlieues ? L'odeur qu'a laissée Sarko est celle du grillé. C'est vous qui devez vous déboucher les narines, cher Monsieur, et en profiter pour avaler un peu de magnésium : il paraît que c'est bon pour la mémoire.

@ Raph

Et aux régionales, combien a fait l'UMP ? Quel est ce score si grisant qu'il vous permette de donner des leçons ?

Quand je vois Sarko soutenu par les trois premiers-ministres les plus impopulaires de la Ve, je me tiens les côtes de rire. Et en plus, il y en a un, chaque fois qu'il ouvre la bouche pour le soutenir, c'est en lui tirant une balle dans le pied.

Ah ! vivement le 6e ! On rigolera moins, mais on s'occupera des choses sérieuses.

Écrit par : rêveur solitaire | mercredi, 07 février 2007

Pour le reste, je pense que Quitterie Delmas m'a reconnu sous mon masque, et ça me suffit.

Écrit par : rêveur solitaire | mercredi, 07 février 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu