Avertir le modérateur

mardi, 27 février 2007

«Monsieur le Maire, les femmes n’ont pas assez de «couilles» pour élire une femme»

Ce mail, il m’est arrivé tôt ce matin. Il avait un titre suffisamment accrocheur pour que je le lise en premier dans la multitude accumulée dans la nuit et même le reprenne en titre de ce premier billet. Le sujet et la tonalité que j’avais prévu pour ce retour à un blog collectif devaient être tout autre. J’étais parti sur une analyse très sérieuse du programme social et économique de Bayrou. Sérieuse nécessairement, car il faut se les coltiner les 12 pages, sans intertitre et en interlignage simple. Bref, je voulais montrer et montrerai une autre fois qu’avec ce programme, le Béarnais avait abandonné les habits du Che pour reprendre ceux de Raymond Barre . Que ces attaques contre la classe médiatico-politique faisaient écho aux critiques sur le « Microcosme » de l’homme de la Réunion. L’Ile ! Et non, pas la grande alliance politique. Mais, tout cela sera pour une autre fois. Car ce petit mail, m’a bel et bien interloqué. En effet, pourquoi dans les enquêtes d’opinion, Ségolène Royal ne fait pas le plein de voix chez les femmes ? Loin de là. Rien que du très classique, en fait dans l’histoire de la domination. Historiquement, une partie de la gauche a longtemps été réservée face aux votes des femmes par crainte qu’elles votent comme le disait le curé. Mais, quand même ! Il demeure aujourd’hui à l’égard de Ségolène Royal une suspicion très forte. Plus que je ne l’aurais cru. Et elle va se réfugier dans des recoins de notre inconscient collectif pas toujours évident à traquer.

Suspicion, sur sa compétence, bien sûr. Le lynchage du début de l’année nous a montré son intensité. J’attends de voir les réactions aux approximations d’hier de Nicolas Sarkozy sur RMC. Plantage sur les sous marins nucléaires, vision plus que floue sur Al Qaïda et pour l’instant pas grand-chose. Mais, il n’y a pas que la compétence de la candidate socialiste qui soit mise en cause. Ce débat a été en partie clos avec le discours de Villepinte. Solide, charpenté, global. L’examen de passage a été réussi pour reprendre les commentaires des habituels chroniqueurs. Il reste aujourd’hui autre chose. Et c’est bien elle même, et c’est bien l statut qu’on lui réserve du fait de son état de femme.

Et c’est là, qu’on retombe sur François Bayrou. Après avoir percé en jouant au trublion, il veut consolider ses positions en apparaissant désormais comme le seul raisonnable. C’est celui qui rassure, surtout les milieux bien pensant. Il renvoie dos-à-dos Sarkozy et Royal, sur des arguments en fait dissymétriques. C’est éclairant quand il attaque la prodigalité des deux principaux candidats, En fait, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy ne se comportent pas de la  même façon. Le chiffrage du projet de la candidate socialiste n’a pas connu les mêmes approximations que celui de l’UMP. Il n’y a pas eu de dérapage contrôlé sur la baisse de 4 points des prélèvements obligatoires, sur 5, 10 puis 20 ans. Et pourtant, le candidat de l’extrême centre peut continuer à creuser son sillon. Il joue bien sûr sur la caricature des socialistes dispendieux, même si celle ci commence à être vraiment has been. La gauche est devenue bien souvent plus exemplaire que la droite. Il suffit de comparer l’état des finances publiques en 1995 après le Gouvernement Balladur avec François Bayrou comme numéro 2 et Nicolas Sarkozy comme Secrétaire d’Etat au budget avec celui de 2002.

Mais, en fait il peut continuer d'exploiter ce créneau de l’homme rassurant car il y a bel et bien autre chose.  Ce n’est pas compliqué de vouloir rassurer quand on veut se démarquer de Nicolas Sarkozy. Ses comportements, ses interpellations inquiètent. On a tous en tête son trouble jeu de pompier pyromane comme Ministre de l’Intérieur.  On peut effectivement se demander ce qu’il ferait sans garde fou. Mais, il y  aussi la volonté de rassurer face à Ségolène Royal. Et, là on cherche les raisons. Quels sont les actes, les dérapages verbaux, les propos qui nécessitent de devoir rassurer les Français face à Ségolène Royal. Quand a-t-elle été borderline, comme ils disent ? En rien, si ce n’est qu’elle est une femme. Nicolas Sarkozy fait peur, à raison. Ségolène Royal, inquiète, sans raison, mais par abus de clichés.   Clichés sur l’incompétence des femmes, sur cette vieille et éculée étymologie du mot hystérie … C’est aussi cela qu’il va falloir surmonter chez les Français, et les Françaises.

 

medium_vin.jpg

Commentaires

C'est un peu facile de tout remettre sur le dos des misogynes, hommes et femmes confondus! Je suis une femme, j'aurais voté pour MAM si elle s'était présentée, mais je ne supporte pas les réponses de Ségolène Royal sur le ton" c'est parce que je suis une femme que je dois me justifier" Il y a beaucoup de femmes qui travaillent dans des milieux masculins et qui n'ont jamais ni remis en cause ni pris pour excuse le fait d'être une femme... Si demain je prends du retard ou je suis à découvert, est-ce qu'à mon patron ou mon banquier je peux répondre "vous me critiquez parce que je suis une femme"?
Les femmes n'aiment pas Ségolène Royal car elle présente le fait d'être une femme comme une faiblesse, elle met en avant sa féminité comme si tout le monde la lui reprochait. C'est la seule à faire cela, les autres (et elles ne manquent pas: MAM, Martine Aubry, Elisabeth Guigou, Dominique Voynet) se sont elles aussi battues, mais sans jamais présenter leur sexe comme une particularité...
Martine Aubry restera connue pour les 35 heures et Arlette Laguiller pour son obstination présidentielle, en d'autres termes pour leur parcours politique.
On ne peut en dire autant de Ségolène "je suis une femme" Royal...

Écrit par : Claire-Marie | mardi, 27 février 2007

je ne vote pas pour ségolène car je ne suis pas d'accord avec ses idées ce n'a t'ai peut ètre pas venu a l'esprit non ????
Quand on est une femme on a aucun jugement on doit donc voter en faisant appel a ses sentiments??
ton mépris pour les femmes me dégoutte, tu les prends vraiment pour des imbéciles.
effectivement ségolène inquiète mais tu ne t'ai pas dit que c'était peut etre pour son programme ???
oui elle a fauté sur le nombre de sous marins nucléaires
Sarkozy a dailleurs fait la meme erreurs
http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=16907
tu aurait pu défendre le programme de ségolène dire par exemple que c'est un programme de gauche novateur (social démocrate) mais tu sais très bien que au moment ou ségolène a rappeler les éléphants du PS elle a perdu son autonomie et maintenant quoiqu'elle fasse elle devra jouer avec les courants les plus extrèmes de la gauche donc a faire une politique immobiliste.
du coup vu que tu a quand même envie que ton camp gagne tu va essayer d'attirer les votes pour ta candidate en appelant au coeur des femmes .
si il y a des femme qui viennent lire cet article j'éspère quelles y laisseront leurs impression pour te montrer qu'une femme a aussi un cerveaux et qu'elle l'utilise même quand elle vote.

Écrit par : guillaume badin | mardi, 27 février 2007

Apparemment, vos 'talking points' ont encore besoin d'un peu de travail...

En tant qu'indécis, cette propention des politiques (toutes tendances confondues) à être quasi systématiquement de mauvaise foi commence à me taper sur les nerfs.

Sarko qui inquiète, ségo incompétente, depuis peu ça tape sur bayrou parce qu'il perce (extrème centre, ça vient de sortir...). Vous prenez vraiment les gens pour des cons (parce que ça marche bien sûr).

Sur la totalité de votre billet, il y a peut-être 5% d'intéressant, le reste c'est du rabachage. Pourtant on pourrait en dire des choses sur la place des femmes en politique, faire une comparaison (la plus objective possible bien sûr) entre les paroles et les actes pour chacun des camps, proposer des idées pour améliorer leur représentabilité.

Que compte faire le PS à ce sujet une fois au pouvoir? Quelle place sera réservée au femme dans le futur gouvernement et sur les listes électorales pour la députation ? Faites-nous une analyse de ce qui a marché ou pas dans le passé, toutes tendances confondues, et les axes d'amélioration que vous envisagez. Donnez-nous du contenu au lieu de ses basses petites attaques qui n'amènent à rien.

Écrit par : Julien | mardi, 27 février 2007

@Claire-Maire qui aurait voté MAM si ...

Vue de Norvège : Cachez cette femme
24/02/2007
Vibeke KNOOP RACHLINE : correspondante d'«Aftenposten», quotidien norvégien (centriste)
Source : Libération

Pour la Norvège, l'élection présidentielle en France n'est pas comme les autres. En effet, pour la première fois, une femme, Ségolène Royal, est en mesure de l'emporter. Mais ­ c'est le moins que l'on puisse dire ­ elle ne sera pas aidée par les électrices. Il était temps. En Norvège, Madame Gro Harlem Brundtland forma le premier gouvernement paritaire au monde en 1986. Le 9 mai, les photographes immortalisèrent 8 femmes sur 18 ministres devant le château royal à Oslo. Journée historique. La France a tardé. Les femmes ont dû attendre 1944 pour avoir le droit de vote (que les Norvégiennes eurent dès 1913), et jusqu'en 1965 pour pouvoir ouvrir un compte bancaire ou prendre un travail sans le consentement de l'époux. Jusqu'à une date beaucoup plus récente, celui-ci ne les encourageait pas non plus à s'engager dans la politique. Ni d'ailleurs les féministes, plus préoccupées par la libération du corps et par les études, pour gagner leur autonomie.

Malgré quelques exceptions, la France n'occupe qu'une place honteuse (84e au monde) pour ce qui est de la représentation féminine politique au niveau national. Et la loi ­ tardive ­ sur la parité permet aux grands partis de payer une amende plutôt que de céder la place aux femmes. En Norvège, ce sont les femmes elles-mêmes qui prirent le pouvoir dans une campagne locale en 1977, par un subterfuge, en rayant les hommes des listes. Aujourd'hui, la parité est acquise. Aucun parti politique n'oserait s'y soustraire.

Ici, Ségolène Royal a certainement dû faire des sacrifices pour réussir une si belle carrière politique. Mais elle a osé briguer la candidature suprême. Les commentaires qui fusèrent, notamment dans son propre parti, en disent long. Et cela continue. Les médias, si prompts a relever ses «bourdes» ou son «incompétence», qualifient d'office les candidats masculins de «compétents».

Les femmes devraient voler à son secours. Ne serait-ce que par solidarité. Il n'en est rien. Au contraire. Elles sont les premières, j'en connais beaucoup, à la critiquer. Sur tout, y compris ses chaussures. Je n'en reviens pas. Que l'on ne soit pas d'accord avec la politique qu'elle propose, c'est une chose. On peut la combattre comme adversaire politique. Mais qu'on l'attaque personnellement, parce que c'est une femme, c'est totalement incompréhensible. J'y perds mon norvégien.

A propos de la Norvège, justement. Après ce jour historique de 1986, le philosophe japonais Shunzo Tomimura fut tellement content qu'il fit ériger un monument à Kyoto avec le nom des huit femmes-ministres gravé dessus. Devra-t-il ajouter un neuvième nom ­ français ­ en mai ?

Vibeke KNOOP RACHLINE : correspondante d'«Aftenposten», quotidien norvégien (centriste) / Source : Libération

Écrit par : Richard... | mercredi, 28 février 2007

"Et, là on cherche les raisons. Quels sont les actes, les dérapages verbaux, les propos qui nécessitent de devoir rassurer les Français face à Ségolène Royal. Quand a-t-elle été borderline, comme ils disent ?"


Au sujet de Ségolène Royal, ce qui peut inquiéter c'est surtout le fait que le parti socialiste reste dans une logique où l'assistance prime la création de richesses, et cela risque d'être contre-productif pour le pauvre lui-même.

Où le riche est l'ennemi (on se souvient de François Hollande - "je n'aime pas les riches"), alors que sans production de richesses on ne peut pas répartir.

Où l'on cherche à maintenir les emplois à vie au lieu de comprendre que le monde actuel impose une plus grande mobilité d'un poste à l'autre.

Ce n'est pas une inquiétude sur la personnalité, comme pour Nicolas Sarkozy, mais une inquiétude sur les pesanteurs du socle idéologique de gauche, trop antilibéral, sur lequel elle s'appuie.

Le début du discours de Villepinte était bon : insistance sur la dette, sur l'importance des entreprises. Ensuite il y a eu un catalogue de promesses d'assistance.

Avec l'aspect contre-productif résumé par Thierry de Montbrial :

"en édictant au nom de la justice sociale des lois qui multiplient les obligations des propriétaires et les droits des locataires, on ne peut qu’aggraver à terme le problème du logement des plus démunis, alors que l’on avait l’inverse pour objectif. Voilà typiquement un exemple de ce que Vilfredo Pareto appelait “action non logique du quatrième genre”, c’est-à-dire le cas où le résultat d’une action en est la conséquence prévisible, mais contraire aux intentions de la personne agissante.”"
(L’action et le système du monde.)

Ce sont bien ces "actions non logiques du quatrième genre", qui inquiètent, dans la gauche française, plus déconnectée du monde que toutes les gauches européennes.

Écrit par : Axel - Page2007 | mercredi, 28 février 2007

Vous êtes à pleurer avec votre bilan Jospin, à toutes les sauces, même quand il est question de "féminisme".. J'aime bien Lionel Jospin mais la croissance de l'économie mondiale de l'époque était phénoménale! en Espagne la droite explique que c'est Anznar qui a tout fait.. en France les socialistes nous disent que c'est le gouvernement Jospin qui est responsable.

Et 90% des électeurs de tous les pays pensent: "Ils nous prennent vraiment pour des Kons"


http://www.place-publique.fr/article2133.html

http://www.place-publique.fr/article2058.html

Écrit par : LG | mercredi, 28 février 2007

V. Feltesse : "... ceux de Raymond Barre "

Trop d'honneur ! Monsieur, merci.

Écrit par : FrédéricLN | mercredi, 28 février 2007

Effectivement, je suis une femme et ne soutiens pas Royal, même si je me place plutôt à gauche. Certes je n'aime pas son programme, pour plein de raisons qui sont manifestement partagées par bien d'autres sympathisants du PS. Mais il est vrai que je lui suis aussi opposée à cause de sa conception de la féminité et de l'utilisation qu'elle en fait. Un coup c'est je suis une femme donc on m'attaque (on n'a pas oublié le "me poseriez-vous la même question si j'étais un homme" à un journaliste l'été dernier qui lui demandait ce qu'elle ferait pour la crise au Liban...), le coup d'après c'est je suis une femme et ça c'est un atout (je vous comprends, parce que je suis une femme; une femme est plus intuitive et plus sensible, bla bla bla...), sans oublier le couplet sur la mère de famille protectrice (après le ministère des mamans, la maman de tous les Français? Désolée, j'ai déjà une mère). Oui ça me hérisse, et quoique je ne doute pas du positionnement de Royal en faveur des femmes, je pense que sa campagne les dessert.

Écrit par : encore une femme | jeudi, 01 mars 2007

C'est bien beau tout ça mais si les femmes n'ont pas de couilles pour élire Royal ça n'a rien à voir avec Bayrou. Donc, cet article ne répond pas à son titre.
Alors Vincent? On manque d'inspiration pour aider Royal et on préfère taper sur l'ambulance Bayrou?

Écrit par : Globbyboy | jeudi, 01 mars 2007

Je suis une femme qui vote en fonction des programmes et de la personalité des candidats:


Quel est le projet de Bayrou?

- une enième réduction de charge pour les entreprises qui embauchent: on sait qu'on finance ainsi des emplois qui seraient créés de toute façon. Je préfère que l'on aide les PME, qui concentrent une grande part de l'offre d'emploi, et dont les PDG roulent rarement sur l'or.

- des réductions d'impôts pour les riches.

- Royal est beaucoup plus claire que lui sur le focus à faire sur la recherche et l'innovation.

- pas un mot de Bayrou sur la nécessité de redonner du pouvoir d'achat aux bas salaires. Depuis les années 1980 le partage de la Valeur Ajoutée s'est déplacé nettement en faveur des profits (les profits globaux ont augmenté beaucoup plus fortement que les salaires), et tous les économistes sérieux, même au niveau européen reconnaissent que le pouvoir d'achat des petits salaires s'est réduit et est devenu trop faible, et qu'il faut augmenter les salaires dans la période actuelle.


Bayrou a été allié à la Droite de Pasqua, et à celle de Chirac. Quand a-t-il dénoncé ces crapules?
Quand a-t-il crié contre cette république bananière?
Seulement aujourd'hui, parce qu'il veut être élu. Moi je le trouve très opportuniste.

Sans compter que moi ce que je perçois chez lui c'est un caractère mou.

Il n'a aucune chance d'attirer le vote des classes populaires, parce que fondamentalement il ne les défend pas. Face à Sarkozy, il y a donc toutes les chances qu'il perde.

Je craints franchement qu'il ne fasse perdre la gauche et au final qu'il ne fasse gagner Sarkozy.

Écrit par : Orange | jeudi, 01 mars 2007

Orange : avez-vous lu le projet de François Bayrou ? il ne me semble pas !

Par exemple, sur les réductions de charges, regardez-y de plus près : ses propositions conduisent à transférer plusieurs milliards de charges sociales des grandes entreprises vers les PME.

Quant aux impôts, j'ose une URL, cela ne vexera pas le SN-TIC hôte de ces lieux :
http://bayrou.fr/propositions/impots.html

Écrit par : FrédéricLN | jeudi, 01 mars 2007

Ma mère m'a demandé dimanche : si Ségolène passe, qui va gouverner ? son mari ?
Aurait-elle posé la question si Royal en avait ?
Non bien sûr, la misogynie ambiante n'épargne en effet pas les femmes, surtout celles d'une certaine génération.
Quant aux autres femmes citées plus haut, elles n'ont jamais été en position de gagner une élection présidentielle. Et Ségolène, lorsqu'elle était ministre, n'était pas victime de critiques sur son incompétence. C'est donc bien parce qu'elle est en piste pour la plus haute fonction que tout le monde lui tombe dessus.

Écrit par : anna | jeudi, 01 mars 2007

Vincent, bravo pour ton papier : je pense qu'il aurait gagné à être plus concis pour plus d'impact (dur dur de lire autant de ligne sur un écran après une très longue journée de labeur).

En résumé: Sarko & Bayrou ont enfoncé le coin du "machisme" qui sommeille dans pas mal de femmes et d'hommes français(e)s à savoir le doute sur la compétence féminine.

Pas mal de camarades ont tenus de tels discours avant l'investiture et se disent pourtant hypers progressistes sur les femmes, l'homosexualité etc...
Ce sont les memes qui parlent de B. Delanoe comme de "la folle du palais" etc.

Très franchement, beaucoup au PS & ailleurs parle d'exploitation de la condition féminine par notre candidate mais soyez réalistes, elle tente juste de rappeller que chacun de ses gestes est scruté avec un oeil négatif & méprisant quand Sarko et Bayrou n'ont jamais droit à de tels critiques.

Et pourtant, ils font des bourdes, leur programme est soit mauvais (Sarko) soit ultra light (Bayrou)... Mais ce sont des hommes, ils savent ce qu'ils font n'est ce pas ? Ah moins que nos gouvernements depuis 25 ans aient été tenus par des hommes...

Écrit par : Fabien-Pierre NICOLAS | vendredi, 02 mars 2007

Lisez l'ouvrage qui vient de sortir de Claude Alegre, vous verrez que la suspicion que l'on peut nourrir à l'égard de Ségolène Royal n'est pas liée à son sexe mais à son ego surdimensionné...

Écrit par : patricio | samedi, 03 mars 2007

Je suis une femme et je ne voterai pas pour Ségolène.
La première fois que j'ai entendu parler d'elle, je me suis dit que c'était une bonne chose, et que j'aimerais que notre président soit une présidente, enfin!
Mais au fil de la campagne, mon envie s'est changé en rejet épidermique.
Tout comme Claire-Marie je ne supporte pas ses allusions incessantes à sa "différence parce qu'elle est une femme". A ce que je sache, Edith Cresson aussi était une femme, de même que Mme Thatcher...
Et je n'ai jamais entendu Arlette laguiller jouer sur ce registre, ni Corinne Lepage par exemple...
Les femmes sont des hommes comme les autres! On se bat pour ceci, ce n'est pas pour avoir une présidente qui sans arrêt nous rappelle qu'elle est une femme, que les femmes sont différentes, etc.
D'autre part, non, elle ne m'a pas "humainement" convaincue: où est la sincérité qu'on attend d'une personne sensée défendre les français? Que de flottement lors des interviews, que d'hypocrisie, que de démagogie (au bout de 5 "vous avez raison" dans les réponses aux questions de l'émission de TF1 on se dit qu'elle nous prend pour des cons)! Sans parler de son passage en Chine... sans parler de la différence entre le patrimoine qu'elle a déclaré et ce qui semble être la réalité.
Un président est tout de même sensé représenter les français, non seulement en France, mais aussi à l'étranger.
Et évidemment, comme j'avais pas mal de doutes dans cette élection, et que j'ai un cerveau (enfin je crois) j'ai épluché les programmes, essayé de regarder le plus d'interviews possibles (heureusement qu'il y a internet... mais du coup je me dis que la majorité des français doit être bien mal informée si elle se base juste sur la TV). J'ai écumé les sites des candidats... et je trouve que les socialistes sont bien mal inspirés de critiquer les programmes des autres soit-disant vides. Quand on regarde le programme du PS c'est une suite de promesses vagues ou démagogiques, dont certaines laissent même les membres ou sympathisants du PS perplexes (ex: l'augmentation de l'allocation de rentrée).

Bref, pour la première fois, je m'intéresse vraiment à la politique (il a fallu quelques années, comme quoi le vote à 18 ans c'est bien, mais on a rarement la maturité pour s'intéresser à la politique), et j'ai l'impression de ne pas être la seule, au vu de ce que je lis sur de nombreux forums. Et j'ai de plus l'impression d'être loin d'être la seule à avoir été convaincue par Bayrou, alors que mon coeur penche plutôt à gauche qu'à droite (pas envie de promesses non tenues, de gouvernement qui ne donne qu'à ceux qui font le plus de manifestations, qui distribue l'argent public n'importe comment cf. l'allocation de rentrée, et gaspille l'argent de nos impôts...).

Quand à la parité et la place des femmes et au renouveau, quelle déception...

On aura beau nous seriner que "voter Bayrou est voter à droite", ça ne changera pas grand chose à ma décision, voir au contraire, car j'ai horreur des personnes essayant de faire pression sur les autres en tentant de les culpabiliser. Et de toute façon, un président ne gouvernant pas seul, si trahison il y a, il nous reste les législatives ;-)

K

Écrit par : Karine | samedi, 03 mars 2007

Je me doutais bien qu'un jour ou l'autre, on allait nous sortir un truc de ce genre: "il faut que les femmes votent une femme". Même si c'est exprimé de façon négative (Pourquoi les femmes n'aiment-elles pas les femmes? ou le plus élégant "n'ont pas les c...?").
Croyez-vous que les hommes voteront Sarko (ou tout autre) parce que c'est un homme? C'est dire l'absurdité de tel raisonnement...

J'espère, je prie, j'invite toute française à ne pas se déterminer dans cette élection en fonction de son sexe (ou de la couleur de la jupe de la dame...) mais en fonction de ce que la dame (ou tout autre) propose pour les 5 années à venir.

Je suis une femme. J'ai voté Jospin en 2002. Je ne pense pas que je voterai Ségolène Royal en 2007 non pas parce que je ne lui fais pas confiance, ni parce que j'aurai peur de son incompétence mais parce que tout simplement elle ne m'a pas convaincu jusqu'à présent.

Et si le parti socialiste ne se décide pas à parler idées et programme plutôt que de faire des discours socio-poncifs sur le vote des femmes prétendûment hostile aux femmes, je ne suis pas prête de changer d'avis!

Écrit par : twigette | lundi, 05 mars 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu