Avertir le modérateur

lundi, 05 mars 2007

Carnet de campagne (2)

Commune de Crespin, le 2  mars, à la frontière Belge. Porte à porte pour le vote Marie George Buffet. Il faut voir l’état des immeubles et des maisons de cette cité. En France, 6ème puissance économique au monde, au 21ème siècle, il existe encore des endroits où le sentiment d’abandon domine tout. Des familles, des ouvriers de chez Toyota, des employés communaux, des enfants, des personnes âgées habitent ici, avec leur fierté et leur dignité, avec les sourires et les malheurs de la vie. Pour eux la vie continue.

Mais l’état de ce quartier donne le sentiment que le temps s’est arrêté dans les années 50. La peinture défaite, la rue qui ressemble plus à une piste, les portes en bois, les fenêtres sans double vitrage… autant de signes extérieurs qu’aucuns travaux n’ont été entrepris ici depuis longtemps. Comment voulez vous que les gens aient confiance dans le rôle des élus ?
A la porte d’une de ces maisons, une jeune femme est assise sur les marches de son entrée. Trente ans, le regard perdu dans le vide, avec de longs cheveux blonds, très fine, elle ne tourne pas la tête quand je m’approche d’elle. Je force un peu les présentations et j’apprends qu’elle travaille à Toyota Onnaing, l’entreprise de cet arrondissement qui emploie 3 950 salariés. Je rentre dans le vif du sujet :

- «Avez-vous fait votre choix pour les prochaines élections?»
- «Non» me répond-elle.
- «Je ne vote pas. Ca ne sert à rien. J’aimerai un peu plus d’écologie mais, de toute façon, ça ne sert à rien de voter. Je ne m’occupe pas de la politique», poursuit-elle.
Après un bref échange pour essayer d’éveiller son intérêt pour la présidentielle en lui expliquant que la politique, elle, s’occupe d’elle, je n’arrive pas à susciter son intérêt. Le regard reste perdu dans le vide. Je suis sur le point de la quitter et je lui lance :
- «Vous travaillez en poste à Toyota Onnaing?»
- «Oui»
- «Et si je vous proposais de travailler plus pour gagner plus, comme le propose M. Sarkozy et la droite, qu’est ce que vous en pensez?».
Elle tourne la tête alors vers moi, ouvre grand ses yeux comme si je l’avais blessée et me répond d’une voix tout d’un coup ferme et déterminée.
«Ah ça non. Je suis cassée par le travail. Je veux gagner plus, tout court. On n’est pas assez payé. Je veux que mon salaire augmente pour les heures que je fais parce que c’est dur et parce qu’on est sous payé!».

C’est à ce moment que j’ai ressenti quelque chose dans ses yeux. C’était de la colère. Tout simplement. Et elle avait raison d’être en colère. Nous avons pu ensuite discuter des élections.

medium_fabi.5.jpg

 

Commentaires

TRES BIEN MR ROUSSEL c'est un peu comme chez vos amis russes en moins pire alors s il vous plait ne vous occuppez surtout pas des francais ils vous remercient par avance!

Écrit par : franc | mercredi, 07 mars 2007

Bonjour,

Moi, ce qui me gêne quand j'entends M. SARKOSY asséner son "il faut travailler plus pour gagner plus" c'est qu'il n'a pas l'air de se rendre compte que pour certains, même en enlevant le "plus" cela serait déjà un énorme progrès !!!

Je suis originaire du Nord, du Valenciennois ; mon père travaillait à Usinor, j'ai un neveu qui travaille lui aussi à Toyota Onnaing et, depuis l'ouverture des premiers puits à Anzin, mes aïeux, et aïeules, étaient mineurs. J'ai eu la chance de quitter ma région très tôt et d'entrer dans la fonction publique.
Je ne suis pas communiste mais il faut reconnaître que par le passé, nombre de progrès sociaux l'ont été grâce au PC et ses alliés.

Je comprends tout à fait le sentiment de cette jeune femme, sa détresse devant ce pouvoir d'achat qui ne cesse de dégringoler, devant cet avenir, trop souvent lié à la fin d'un CDD ...

Et pourtant ! Mme BUFFET et ses camarades communistes se semblent pas se poser les bonnes questions :
- Pourquoi, dans une région comme le Nord-Pas de Calais, longtemps fiefs de gauche, le FN a t-il réussi une telle percée ?
- Pourquoi, en entendant la phrase de Sarko concernant le travailler plus, ne lui rétorquent-ils pas : chomage, délocalisation... ?

Le PC a perdu son âme. Comme d'autres partis, et, pour aller dans le sens de Franc, même si je le trouve quelque peu excessif, la lutte pour le pouvoir interne a totalement effacé l'autre lutte, la belle, la vraie, celle qui défendait au mieux les intérêts des classes populaires.

Écrit par : Chris56 | mardi, 13 mars 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu