Avertir le modérateur

jeudi, 08 mars 2007

Un phénomène pas encore remarqué par les médias classiques, c'est via le web que la nouvelle génération d'intellectuels s'engagent dans la campagne

Difficilement et lentement, une nouvelle génération d'intellectuels, plutôt de gauche, est en train de percer. L’atelier intellectuel et surtout la collection La Republique des idées leur a donné une certaine visibilité. Les travaux de d’Eric Maurin sur les nouveaux ghettos, de Philippe Askenazy sur les conditions de travail, de Thomas Piketty sur l'Impôt sur le revenu à travers le 20e siècle ou encore de Louis Chauvel sur la dérive des classes moyennes sont maintenant connus et largement relayés. Le colloque de Grenoble de mai dernier avait un petit côté événement fondateur générationnel. Même si tous n’ont pas la même inclinaison politique, une nouvelle pensée de gauche semblait émerger.

Pourtant en début de campagne, cette nouvelle génération intellectuelle ne s’est pas manifestée. Plusieurs observateurs l’ont souligné avec des explications différentes : volonté de nourrir le débat politique mais aussi de rester à sa périphérie, réticences supposées envers Ségolène Royal... Cela a été vrai un temps. Cela ne l'est plus.
Ce qui est étonnant, c'est que c'est par le web et de manière individuelle qu'ils ont pris position. Alors que les colonnes des grands journaux leur sont ouvertes, ils ont choisi une autre voie. Thomas Piketty, la même semaine où Le Monde lui consacre une pleine page, passe par le site reconnu mais assez confidentiel antisarko pour prendre position. Il est suivi quelques jours après par Thierry Pech, secrétaire général de la République des Idées qui s'exprime sur le même site. Depuis, le mouvement s'amplifie. Philippe Askenazi s'exprime sur un blog provisoire. Ils utilisent les blogs de Libé, du Nouvel Obs ou sont accueillis par l'agence intellectuelle en ligne Telos...

Cet engagement se fait non seulement via le web, mais aussi à gauche et notamment contre Bayrou. C'est notable.  Au moment où les médias classiques se font échos de la supposée percée de François Bayrou chez les blogueurs et dans certains milieux intellectuels, ils ne relèvent pas ce phénomène, à mes yeux, bien plus marquant. Car c'est aussi là que le nouveau stimulus intellectuel se trouve vraiment. La comparaison est alors rude : d’un côté les posts de Loic Le Meur, pape des blogueurs de droite, sur ses performances de joggeur, les analyses pas toujours passionnantes de plusieurs blogueurs assez médiatisés et les billets des intellectuels que je viens de citer.  

Voici, quelques liens mettant en exergue ce phénomène:


medium_vin.jpg

Commentaires

Bonjour,
je reste étonné après lecture de votre post. J'ai du mal à considérer un économiste comme un intellectuel. Je suis peut-être décalé direz vous, sûrement. Mais l'analyse des chiffres n'est en rien la conceptualisation de faits. Il n'y a pas forcément de réflexion à faire, enfin, si, il y en a une. Cependant elle n'est pas du même type. Il n'y a pas à trouver, il y a décortiquer. Oui, l'on peut considérer ces gens comme des personnes intelligentes, mais peut-on pour autant les considérer comme intellectuel? Le mot est fort.

Écrit par : Ellaurenzovfoot | jeudi, 08 mars 2007

Oui, on peut effectivement analyser les prises de position des phares de la blogosphère. De mon côté, je note que Versac, Eolas ou Jean Véronis on exprimé plus ou moins clairement leur position en faveur de F. Bayrou (parfois en commentaires d'autres notes, comme Eolas). Quand je lis certains billets de D. Abiker sur le Big bang Blog, je me pose des questions.
Vous parlez d'intellectuels, et je me demande bien ce que vous entendez par là. Un intellectuel, c'est quelqu'un qui vit des productions de son esprit. C'est quelque chose de très large. Si vous voulez, on peut limiter cette notion aux écrivains et enseignants. Vous avez fait une étude de qui se prononce en faveur de qui parmi tous les blogs en présence? il est certain que toute une génération de jeunes trouve un moyen d'expression sur les blogs, et parmi eux des gens qui ont un niveau d'expertise élevé dans des domaines précis.
Parmi eux, certains se prononcent pour un candidat, de façon plus ou moins claire, et d'autres préfèrent garder leur réserve. Comme dans la société civile finalement.
Je ne vois pas comment on pourrait se réclamer de deux ou trois prises de position pour tirer des conclusions aussi définitives.
Si vous préférez pensez que le "phénomène Bayrou" est surévalué dans les sondages, libre à vous. Si vous pensez que ce type de remarque vous dispense d'analyser les raisons du si bas de la gauche traditionnelle dans les sondages actuellement, libre à vous. Certains de vos militants rejoignent F. Bayrou précisément à cause de l'incapacité de PS à se renouveler.

Écrit par : lisette | vendredi, 09 mars 2007

Ces économistes sont, oui, de sacrés intellectuels. C'est invraissemblable de préférer des bloggeurs "d'humeurs" comme Versac à des analystes compétents en économie.

Le renouvellement que représente Bayrou, lisette, c'est le "on ne change rien".

Écrit par : Orange | dimanche, 11 mars 2007

quelle compétence ont ils de plus pour nous dire que voter?

Écrit par : madavege | dimanche, 11 mars 2007

Très juste billet, Vincent, sur le choix, pour se positionner, de blogs, d'espaces jugés comme libres par ces intellectuels brillants, que, pour ma part, j'admire particulièrement. Il y a vraiment un fait nouveau dans cette pratique (même si Piketty avait déjà émis de fortes critiques du programme de Sarkozy dans Libé).

La critique de Pech sur Bayrou est très bonne, celle d'Askenazy assez sélective, mais touche assez juste aussi : une inspiration de centre droit, compatible, en soft, avec des éléments modérés de l'UMP. Ceci-dit, on pourrait aussi noter une relative compatibilité avec des éléments de centre gauche, sur d'autres aspects du programme, en mode mineur. Le projet du candidat a été fait pour être "compatible", avec un tropisme dqui tient à l'origine du candidat.

Je note quand même que les gars de la République des Idées, s'ils critiquent Sarkozy ou la stratégie de Bayrou, n'ont toujours pas pris position de manière nette en faveur de S. Royal. La ligne de l'indépendance est dure à tenir, à un moment où l'on est sommé de se positionner, ce qui n'est pas tellement dans la culture de Repid, qui a plutôt comme ambition d'éclairer par une meilleure compréhension de la réalité que d'influer directement des choix politiques des citoyens (enfin, de ce que j'en connais). Je note aussi que certains auteurs de Repid ont aussi apporté leur soutien à Bayrou, notamment Jean Peyrelevade, qui n'est évidemment pas un de ces 'nouveaux intellectuels' de la galaxie Rosanvallon.

Ces soutiens, ces discussions, sont assez intéressantes, marquantes, dans le débat, et nettement plus profondes que de nombreuses autres. De la matière à réfléchir...

Enfin, en guise de NB, pour les deux commentateurs ci-dessus : je n'ai exprimé nulle part mon choix en faveur de Bayrou. Eolas non plus. Pour Véronis, je n'ai pas suivi récemment. J'ai indiqué récemment que je penchais un peu pour lui, sans avoir fait mon choix, et avec toujours de sérieuses réserves. C'est une tentation, qui se pèse, qui comporte beaucoup de risques, d'incertitudes. Tentation, car c'est un jeu de concurrence entre personnes, aussi, et chacun des trois principaux candidats porte beaucoup d'incertitudes et d'éléments repoussoirs. Je n'ai jamais été aussi indécis que cette année. Comme pas mal de monde, j'ai l'impression. Ce n'est pas une indécision feinte.

Et, à destination d'Orange : oui, je suis un simple blogueur d'humeur.

Écrit par : versac | dimanche, 11 mars 2007

@Orange : je ne "préfère" pas des blogueurs à des intellos. Je souligne que la remarque portait sur internet. A mon avis, il est un peu court de dire que "les intellos d'internet se prononcent pour S. Royal". De la même façon qu'il est un peu court de dire : "les intellos (tout court) se prononcent pour S. Royal. Chaque candidat a son staff d'intellos, et l'engagement public relève d'une tradition pour les intellos de gauche, qui expriment beaucoup plus facilement leur choix politique en public que d'autres.
Enfin, je ne sais pas si les prises de position de l'intelligentsia permettent vraiment de se faire une idée de l'évolution du vote de la population... Même si ces débats permettent de débattre sur le fond.

Écrit par : Lisette | lundi, 12 mars 2007

Quelques réactions aux réactions.
- Sur la définition de l'intellectuel, quitte à sembler prédant, je resterais très classique et repomperai outraguesement la définition quasi commune aux Sirinelli, Ory, Wunock et Julliard. Un intellectuel serait une personne produisant du contenu intellectuel dans un domaine et se servant de sa notoriété pour aller sur le terrain des débats de société et de débats poltiiques. Cette définition n'implique pas que les dites personnes sonty compétentes pour aller sur ces dits débats.
- Sur cette nouvelle génération intellectuelle, elle me paraît assez évidente. Elle est quelque part de génération de la nouvelle mondialisation et comprend des personnes ayant entre 35 et 45 ans. je prend le pari que ces noms vont occuper le devant de la scène pour un petit bout de temps.
- Ensuite, ce que je voulais montrer, ce sont 2 phénomènes: alors qu'on disait que les intellos étaient attirés par NS, finalement beaucoup de déclarent pour SR. Ensuite, qu'ils le font par le web alors que les tribunes du Monde, de Libé, du Nouvel Obs leurs sont grandes ouvertes.

Écrit par : Vincent Feltesse | mardi, 13 mars 2007

SARKO est représenté en Allemagne par l actrice Dianna Frank, ayant jouée dans "LE CLOWN", un film d' action très riche en explosions:

http://www.clown-derfilm.de/
http://www.sarkozy.fr/video/index.php?intChannelId=19&intVideoId=582
http://www.diana-frank.info/

Honni soit qui mal y pense

Écrit par : unionsbuerger | mercredi, 21 mars 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu