Avertir le modérateur

samedi, 17 mars 2007

C'est parti !

Le dernier rendez-vous à la mode de la fin de semaine était le 2, rue Montpensier, dans le 1er arrondissement parisien. Un très beau quartier, Palais Royal, avec les colonnes de Buren dans une petite cour, des arcades rue de Rivoli... À cette adresse est sis le Conseil constitutionnel, où doivent être déposés les formulaires de présentation des candidats à la présidentielle. 500 au minimum sont nécessaires pour prétendre à la magistrature suprême, sans quoi...

Avec l'annonce de la liste officielle des candidats lundi 19 mars, par Jean-Louis Debré (il reste ce week-end le suspense autour de Bové), la campagne officielle va enfin démarrer. Le principal enjeu pour les "petits" candidats est l'égalité parfaite du temps de parole. Enfin les médias rendront compte de manière plus étendue des déplacements et réactions de tous les candidats, même Schivardi aura exactement le même temps télévisé que Sarkozy ou Royal. Évidemment, l'égalité du temps n'implique pas une égalité de traîtement! On n'en demande pas tant au Monde à propos de Voynet...

Pour ma part, en temps que salarié de l'équipe de campagne, les choses amusantes vont commencer. On est parti pour 5 semaines de véritable campagne, médiatique et de terrain. 5 semaines où les candidats pourront s'adresser aux Français, présenter leurs programmes. On espère qu'il y aura tout de même quelques débats entre candidats, en face à face ou en groupe. Ça changerait un peu de tous ces monologues...

La campagne militante, collage et diffusion de tracts, commence également. On laisse passer un samedi après-midi pour aller manifester contre l'EPR puis on s'y met à fond. Sans oublier que derrière, il y a une nouvelle campagne d'un mois et demi: celles des législatives.

 

medium_adri.4.jpg

 

Commentaires

Un exemple du courage et de l'inconséquence de Nicolas Sarkozy .Les média ont annoncé à corps et à cri que la consultation des médecins passerait dès maintenant à 23 euros.La CNAM avait pourtant fait savoir que cette augmentation n'était pas justifiée et était dangereuse pour l'équilibre des finances sociales.Elle refuse d'ailleurs à ce titre depuis des années et des années toute augmentation de l'acte infirmier(2.9 euros à comparer à 23 euros).Seulement voilà le gouvernement pense que les médecins constituent une catégorie socio professionnelle qui peut avoir de l'influence sur le vote des électeurs.Alors il ne faut surtout pas les mécontenter et le gouvernement fait pression en catastrophe sur la CNAM pour qu'elle cède à leurs revendications.Quitte à créér encore plus d'inégalités et en mettre en péril le budget de la sécu.Celui-ci est d'ailleurs toujours mis à contribution lorsque les politiques veulent faire croire qu'ils ne vont pas augmenter les dépenses de l'Etat mais qu'ils veulent malgré tout ,par manque de courage politique, satisfaire une clientèle ciblée.

Écrit par : roger.lux@wanadoo.fr | dimanche, 18 mars 2007

Oui, vous avez raison, cette augmentation annoncée des traifs des consultations est un véritable scandale, comme si on ne payait pas assez cher comme ça, alors que les frais de santé sont de moins en moins bien remboursés et que de plus en plus de medicaments sont déremboursés. Je rappel quand même qu'a cause du coût des soins et des deremboursements succesifs, de plus en plus de gens renoncent a se soigner !!! C'est INNACEPTABLE.

Après avoir inventé la machine à gaz du parcours de soin coordonné auquel personne de comprend rien tellement c'est complexe, la participation forfaitaire de 1 euro, la droite ose encore vouloir nous voler pour satisfaire sa clientèle electorale. Ces gens-là meritent de se prendre une bonne deculottée aux elections dont ils se souviendrons !!!

Bottons-leur le cul aux presidentielles et aux legislatives qu'ils degagent le plancher !!!

Écrit par : AUTEXIER | mardi, 20 mars 2007

L'AMF contre. G. Schivardi.
Je me souviens parfaitement d'un reportage TV lors du Congrès des Maires où on Voyait M. Schivardi distribuer un appel aux maire pour soutenir sa candidature ("candidat des Maires"). Il y a eu d'ailleurs quelques secondes de ce reportage sur Canal + aujourd'hui... Si la formulation était scandaleuse, alors le lieu, le moment et le public étaients idéals pour une "mise en garde" publique. Rien pendant pendant 5 mois.
Le choc émotionnel était-il donc si intense et le scandale si considérable qu'il ait provoqué un coma médiatique (de plusieurs mois) avec, au réveil, cette agitation fébrile? Dans ce cas l'administration d'un sédatif léger serait peut être bienvenu.

Écrit par : Villaume A-F | vendredi, 23 mars 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu