Avertir le modérateur

mercredi, 21 mars 2007

La réponse de Quitterie Delmas (UDF) à Laurent Wauquiez (UMP): Ah, ils ont bon dos les jeunes !

Tout d’abord, j’engage Monsieur Sarkozy à rencontrer des jeunes hors des meeting de son parti, en dehors de son bureau de la place Beauvau, et en dehors des plateaux des medias. Laurent, j’espère que vous plaisantez sur les rencontres des autres candidats avec les jeunes, et sur le discours “d’amour” de NS devant une salle acquise, quand on a pointé du doigt les “racailles”, quand on monte les Français les uns contre les autres, qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre. Mais bon, on règlera cela une autre fois. Parlons des jeunes en politique.

Quand il s’agit de faire la claque, de faire les supporter, d’aller coller des affiches, alors là oui, les partis politiques savent trouver les jeunes. Ils savent même les occuper : élections internes, formation aux argumentaires contre les autres partis. Ils jouent ensemble dans la cour des petits, comme cela ils foutent la paix aux aînés qui se partagent pour des concessions de 30 ans les mandats. Trop fort ! Et pendant ce temps-là, les jeunes s’épuisent dans des guerres dont ils ne bénéficient jamais.   En revanche, quand il s’agit d’investir des candidats, les jeunes, les représentants de la diversité ont disparu. Les états majors sont trop préoccupés à maintenir les troupes des parlementaires sortants bien au chaud. Et puis la crise de représentativité, c’est bien pour les discours. Le renouvellement se fait en général dans les circonscriptions ingagnables.


Nicolas Sarkozy parle du mérite. Mais qui sont les méritants ? La génération du dessus qui a laissé la France s’enfoncer, le gouvernement qui a creusé la dette, ou celui qui n’a pas fait les réformes qui s’imposaient, notamment des retraites. Ceux qui n’ont jamais eu le courage de nous dire la vérité, ceux qui déguisent les chiffres du chômage ? Ceux qui signent des chèques en blanc ? Quelle est la part de rêve, quelle est la quête que vous nous avez proposé ?
 
La génération qui se lève est méritante. Celles et ceux qui ont encore envie d’y croire. Celles et ceux qui s’engagent quelque soit le parti, quelle que soit l’idéologie, celles et ceux qui ont été cherchés leur carte d’électeur alors que tout les pousse à se désintéresser du spectacle politique pitoyable.
 
Spectacle politique pitoyable, je fais du populisme ? Alors je vais vous rafraîchir la mémoire : affaire Clearstream, 49.3, obstructions, passages en force à l’Assemblée, la gestion du CPE, 29 mai, loi DADVSI, le cirque des éléphants du PS, avec ou contre leur candidate, ça dépend des jours. Les ralliements sans une once de conviction de Messieurs Juppé, Raffarin, et tant d’autres. Franchement, on a vu mieux. On attend mieux. Et d’ailleurs on est en train de le construire ce mieux.
 
Messieurs les éléphants, les dinosaures, je crois que cette campagne remet en cause votre prédominance.
 
Parce que vous ne portez pas cette campagne, vous la freinez. Vous la rendez négative. Vous flinguez pour mieux vous protéger. Avec un peu de chance, vous allez vous paralyser.
 
Parce que tout ce je croise de positif dans cette campagne se situe en dessous de vous. Dans TOUS les partis, sur les blogs, dans les appareils et hors appareils. On est heureux, vous n’imaginez pas, de se connaître, on est là tous là pour se battre avec nos propres convictions, nos valeurs, nos couleurs pour construire l’avenir. Autant, j’ai la chance d’être dans une famille politique où la place est faite aux jeunes, par besoin, par nécessité, car l’UDF a joué sa survie en 2002. Autant quand je nous regarde, je suis profondément triste parce que j’ai l’impression qu’il va falloir 20 ans pour que nous émergions ensemble. Alors qu’il faudrait que ce soit maintenant, que nous devenions partie prenante de la société.
Ce n’est pas du jeunisme. C’est du bon sens. Rééquilibrer. Enfin.
Voilà, quelle est ma part de rêve et manifestement, ce n’est pas vous qui me l’offrez.
Et ce rêve va devenir réalité.

medium_medium_quitt.jpg

 

Commentaires

Je ne peux que vous féliciter, chère Quitterie, pour cette réponse et les jeunes UDF de Paris sont très bien représentés avec une jeune femme aussi dynamique et déterminée que vous, Bravo !

Je suis toujours très agréablement surpris de voir à chaque meeting, autant de jeunes très motivés et la qualité de leurs interventions me réjouis.

C'est très rassurant et tellement plus frais, plus vrai aussi .

Je suis certain que très prochainement, cet enthousiasme sera récompenssé.

Félicitations à vous toutes et tous les jeunes UDF de métropole, des dom tom et d'ailleurs.

Christophe

Écrit par : Christophe | mercredi, 21 mars 2007

Chère Quitterie, ni l'UMP, ni l'UDF n'ont le monopole de la jeunesse.
Quant aux éléphants, aux dinosaures (de tout bord), on est d'accord.
Vive le neuf.
Vive les alters.

Écrit par : Aetius | jeudi, 22 mars 2007

Lol, tu tiens la forme !
Le jeunisme... on dirait le nom d'une maladie anodine. On peut visiblement parler des "jeunes" en politique, si on n'en dit rien. Si on tente un discours avec du fond, c'est du "jeunisme", du clientélisme électoral, du populisme... Pas étonnant quand on voit qui tient les rênes, des appareils, des media.
Autant la questions des "jeunes" ne me semble pas tout le temps pertinente, ce n'est pas un groupe homogène, etc, autant, en terme générationnel, il y a évidemment des choses à dire. Tu as raison de le faire.
Les responsables politiques ont des comptes à rendre aux générations suivantes, c'est quand même incroyable d'être obligé de le dire. Les "jeunes" sont une partie de ces générations, ils sont aussi les porte-parole de celles à venir.

La luche sigue :)

Écrit par : charlie | jeudi, 22 mars 2007

Comment oser dire que les jeunes ne sont pas pris en compte dans la campagne politique alors le pacte présidentiel de S.ROYAL fait la part belle aux jeunes (éducation, formation, santé, etc...) et ne cesse de répéter que la jeunesse est l'avenir de notre pays, ce que je crois. Avant de stigmatiser les "anciens" ou les "carriéristes" de la politique, il faut se poser la question du statut de l'élu en France pour ouvrir les élections à des personnes issus du secteur privé et te tout age pour que nos instances soient représentatives de notre société. Il faut se demander si les électeurs feraient confiance à un jeune candidat à l'époque ou même les entreprises ne jurent que par des recrutements pour des personnes avec expérience. Est-ce que l'expérience est synonyme de compétence? Pourquoi pouvons nous tutoyer plus facilement, presque naturellement, un jeune et non pas le vovoyer? N'est ce pas un manque de respect pour cette génération? Nous sommes tous responsables de celà, dans nos choix, dans notre quotidien, dans notre job. Je dis toujours qu'avant de critiquer, il faut savoir montrer l'exemple.

Écrit par : BARBIER | jeudi, 22 mars 2007

Mais oui, bien sûr, tout va changer avec Bayrou......

En outre, ne vous en déplaise, la France a toujours fonctionné ainsi, ce n'est pas demain que cela sera modifié. Comme si les jeunes avaient LA solution à tous les problèmes et ne devaient pas faire leurs preuves.

Ce n'est pas un manque de respect de tutoyer, c'est juste établir une hiérarchie qui a toujours existé entre les anciens et les jeunes.

Par ailleurs, chère Quitterie, vous devriez vous rendre dans d'autres pays où vous n'imaginez à quel point le respect des anciens est pesant et facteur d'immobilisme. En France, nous sommes gâtés de ce point de vue....

Et les illusions de liberté, on a vu ce que ça a donné avec Mai 68. Très peu pour moi.

Et pourtant, j'ai moins de 25 ans.

Écrit par : Polydamas | jeudi, 22 mars 2007

Une façon de faire de la place aux jeunes: la limitation des mandats dans le temps cumul (2 mandats consécutifs maximum). Malheureusement, aucun des "grands" candidats n'y semble prêt...

Écrit par : G. | jeudi, 22 mars 2007

Réponse à G. :
Il y a peut être un problème de place, certe, mais il y surtout un problème de statut de l'élu qui permettrait une meilleure accession aux élections des jeunes mais également du potentiel humain issu du privé. Je suis contre le cumul des mandats dans un souci d'efficacité mais ne suis pas favorable à limiter dans le temps un mandat au risque de se priver d'une personne compétente. A ce moment, nous remarquerons, peut-être, une pénurie de candidat....

Écrit par : Jérôme BARBIER | jeudi, 22 mars 2007

Tandis que Nicolas Sarkozy réunissait plus de 10 000 jeunes au Zénith, la candidate socialiste s’est offerte un bain « de jeunes » à bon compte en rendant visite au salon de l’Etudiant, le seul problème c’est quel n’aime pas les étudiants. Interrogé par l’Express le patron du salon et du journal l’Etudiant, René Sylvestre raconte la visite de Ségolène Royal : « J’ai été surpris de son rapport peu naturel, presque agressif, à cette visite. Elle a été autoritaire, et pas seulement avec les membres de son équipe, avec moi également. Et avec les jeunes : ils lui étaient à priori favorables, ils étaient bien avec elle, elle ne leur a pas rendu. Elle n’y arrive pas. ». Le très socialiste responsable du salon ajoute même : « elle fait une erreur fondamental : elle pense probablement qu’en se montrant cassante, autoritaire, elle endosse les habits de Mitterrand(…), mais il était gentil avec les gens. Pendant la visite de François Mitterrand, j’ai été détendu pendant trois heures et demie. Pendant celle de Ségolène Royal, pas une minute. »

Écrit par : karl | jeudi, 22 mars 2007

Quitterie, je pense que la génération de jeunes actuels (mis à part quelques jeunes UDF / Jeunes Pop / MJS) est certes autant sur le terrain mais a une exigence d'arriver plus vite à une participation politique active.
Cela correspond à une exigence similaire qui s'exprime au sein des entreprises: être associé aux décisions qui les concerne.

Ensuite, je mettrais un bémol: la société française vieillit dans son ensemble et les générations "sacrifiées" (aka génération X entre 30 et 45 ans) veulent aussi leur part du gâteau qu'ils ont tant attendu.
Ceci explique que beaucoup de responsables "jeunes" des partis aient entre 25 et 35 ans plutot qu'entre 18 et 25 (ce qui serait plus cohérent).

Cordialement, Fabien

http://desirdentreprendre.over-blog.com/

Écrit par : Fabien-Pierre NICOLAS | jeudi, 22 mars 2007

Réponse à Karl: SEGOLENE ROYAL dérange à droite alors un coup de fil au patron de l'EXPRESS par l'équipe de SARKOZY, ou SARKOZY lui même, pour "dégueuler" ce genre de saloperie gratuite et bassement polémique. Dans le même genre, on pouvait lire aussi cette semaine sur le site du NOUVEL OBS les comportement de SARKOZY avant l'émission FRANCE EUROPE EXPRESS ou, sous pretexte de ne pas avoir été reçu comme un seigneur, il aurait menacé de virer cette équipe de FRANCE 3 une fois élu. Je suis pour SEGOLENE ROYAL mais je ne cotionne même pas ces propos sur SARKO. Soyez intelligent et discuter du projet de société plutôt que de la une de VOICI.

Écrit par : Jérôme BARBIER | vendredi, 23 mars 2007

Toujours pour KARL, autre sujet à polémique et d'une plus grande envergure: On peut lire sur 20 MINUTES.fr ce jour: «Sarkozy savait où se trouvait Battisti l’année dernière»

Très intéressant....

Écrit par : Jérôme BARBIER | vendredi, 23 mars 2007

Quitterie, la prochaine fois je vote pour toi.

Écrit par : petitjardin | dimanche, 25 mars 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu