Avertir le modérateur

mercredi, 04 avril 2007

Le refus du débat : stratégie vers la perdition

Alors que les électeurs n’ont jamais fait autant preuve d’intérêt pour une campagne électorale entre fringants quinquas – à l’exception notable du président du Front National – l’idée d’un débat Internet fait de plus en plus son chemin et semble être sur le point de naître. A l’initiative du candidat UDF, encouragé dans sa démarche par l’accord exprimé par la candidate socialiste, cette interaction entre les principaux candidats a été acceptée sans condition par François Bayrou, Ségolène Royal et… par Jean-Marie Le Pen. Nicolas Sarkozy a pour sa part exprimé qu’un tel débat ne devait nullement avoir lieu avant le premier tour d’une élection présidentielle et a décliné sèchement la proposition. Soit.

En refusant de confronter son programme avec ceux de ses adversaires, le candidat de l’UMP démontre-t-il son impossibilité d’accepter la contradiction et la contestation ? Cette attitude n’est-elle pas le paradigme d’une position qui consiste à imposer une vision unilatérale sans concertation ni écoute ? Force est de constater que ce refus ne grandit pas l’ancien ministre de l’Intérieur qui, non seulement se coupe d’une tribune sur un média non contrôlé par le CSA (Internet est – il est vrai – incontrôlable !), mais risque par là-même d’organiser une stratégie qui le mène vers la perdition. Nul besoin de citer à nouveau l’ensemble des remontrances adressées par le candidat aux rédactions des chaînes publiques, de Libération et de Paris Match…dans une France pluraliste dans ses opinions et son expression.

Je souhaite ce débat entre tous les candidats, si difficile soit-il à mettre en place, non pas pour me faire mon idée mais pour permettre d’éclairer certaines positions encore trop floues dans les différents projets. Tout un chacun pourrait se faire une idée et comparer ceux qui brassent de l’air sur des questions de forme et ceux qui proposent de vraies mesures. Fuir le débat comme le fait Nicolas Sarkozy est très contestable et c’est une position indigne d’un grand candidat à l’élection présidentielle. C’est la preuve incontestable qu’il craint de ne pas briller dans l’exercice. D’autres brilleront à sa place, « grands » ou « petits » candidats.

medium_medium_jeremy.jpg

 

Commentaires

Cela n'est pas acceptable, mais je pense qu'il n'y a pas vraiment de débat et que la France est en déclin et ne s'ouvre pas vraiment vers l'extérieur. (le fameux cocorico national qui pense toujours avoir raison et donne des leçons aux autres, il n'y a qu'à observer comment nos politiques s'enfoncent mutuellement). En attendant, les autres pays Européens avancent et la France stagne....

Écrit par : bohrer | mercredi, 04 avril 2007

Alors là, ils sont complètement kékés au PS. On a créé une institution, qui s'appelle le CSA et qui est là pour réglementer l'audiovisuel français et, particulièrement en période de campagne, pour obliger au respect de l'égalité de tous les candidats à la présidence de la république. En gros on a créé un outil démocratique qui permet aux petits candidats d'avoir accès à la télévision pour débattre et faire connaitre leur programme.

Et qu'est ce que viennent nous dire les militants du PS? "on s'en branle un peu des règles du CSA, on n'a qu'a utiliser une zone non réglementée pour passer outre et ne pas respecter les règles établis pour le bon fonctionnement démocratique".

Fabuleux! Magistrale démonstration!

Je croyais que c'était Nicolas Sarkozy qui menaçait notre démocratie (en tous cas c'est ce qu'on s'acharne à nous dire...), faut-il croire que nous nous trompions?

Écrit par : BendeParis | mercredi, 04 avril 2007

Si le programme socialiste était paru plus tôt, il y en aurait certainement eu, du débat et de la confrontation.
Deuxièmement, il est possible que le CSA mène quelques actions punitives sur ce genre d'initiative.
Notre Jeremy serait bien avisé de réfléchir un peu à ce qu'il dit : Villepin dirait qu'il s"ennuiera très vite dans le pré carré de ses idées reçues".

Écrit par : Eric | mercredi, 04 avril 2007

Il a raison "BendeParis" comment ne pas comprendre que le débat voulu a un seul but :créer la confusion et foutre la M.....C'est l'arme des faibles en perdition. Il n'y a qu'à voir Marie Ségoléne qui perd ses nerfs, ne se souvient plus des insultes de la veille, qui soutient les fraudeurs et maintenant les parents qui oublient de payer les repas de leurs enfants en accusant les enseignants et les élus responsables de prendre en ...otages..les enfants. Il est temps que la campagne se termine, on a tous compris quel est celui qui est le mieux préparé, qui a le programme pour relever la France. Il n'est pas utile d'amener la campagne dans les caniveaux par des débats inutiles.

Écrit par : Jean Charles | mercredi, 04 avril 2007

Tu veux un debat sur quoi exactement? La France connait des taux de croissance de 2%/an depuis quelques annees quand le reste du monde croit a 5% voire beaucoup plus. Les causes de cette stagnation, on les connait depuis longtemps, y'a pas besoin de debat. Maintenant il faut des actions, et il nous faut un president qui nous mette un bon coup de pied au cul pour nous remettre serieusement au boulot.

Écrit par : expat | mercredi, 04 avril 2007

Il y a toujours eu un débat télévisé en direct entre les candidats à la présidentielle, si mes souvenirs sont bons...
Ségonaze l'a d'emblée refusé à Sarko. Elle a bien trop peur de ne pas tenir la distance en face à face, car elle ne comprend rien à rien, & elle le sait, elle nous l'a déjà prouvé.

Écrit par : rigaud | mercredi, 04 avril 2007

Il a raison "BendeParis" comment ne pas comprendre que le débat voulu a un seul but :créer la confusion et foutre la M.....C'est l'arme des faibles en perdition. Il n'y a qu'à voir Marie Ségoléne qui perd ses nerfs, ne se souvient plus des insultes de la veille, qui soutient les fraudeurs et maintenant les parents qui oublient de payer les repas de leurs enfants en accusant les enseignants et les élus responsables de prendre en ...otages..les enfants. Il est temps que la campagne se termine, on a tous compris quel est celui qui est le mieux préparé, qui a le programme pour relever la France. Il n'est pas utile d'amener la campagne dans les caniveaux par des débats inutiles.

Écrit par : Jean Charles | mercredi, 04 avril 2007

LOL, "preuve incontestable"...

Ca faisait des semaines que Bayrou et Sarkozy demandaient un débat et que Royal refusait. Et maintenant qu'il faut respecter un temps de parole égal, Mme Royal se la joue Comtesse ?!?

T'as une idée du poulailler que ca peut être avec 12 candidats sur un plateau ? Prenons 15 minutes de temps de parole par candidat (ce qui est peu pour balayer tous les domaines importants (économie, social, défense, Europe, Environnement,... et ) proposer, défendre ses idées et attaquer les propositions des autres à coup de batailles de chiffres interprétés tous differemment), et on arrive à 12x15min +30min pour le(s) journaliste(s) pour calmer les extremistes, faire taire ceux qui coupent la parole, recadrer les questions,... et ca nous fait 3h30.

Ségolène aurait mieux fait d'accepter un débat avec les 3 principaux candidats quant il en était encore temps. Mais sans doute était-elle certaine de pouvoir débattre entre les 2 tours alors qu'aujourd'hui sa place au 2me tour est plus que compromis. Jospin pensait que ses 35 heures lui offriraient une place au 2nd tour, Ségolène pensait au soi-disant "vote utile" pour ne pas avoir à faire de propositions mais jamais comment faire confiance à un parti sclérosé pour réformer le pays alors qu'il n'a même pas été fichu de se réformer après la débacle de 2002 ??

Écrit par : Sarah | mercredi, 04 avril 2007

Sarkozy a bien raison de refuser ce débat sans intérêt avant le premier tour parce que:
ou bien il se fait avec les 4 principaux candidats et il sera contraire aux règles fixée par le Conseil Constitutionnel,
ou bien il se fait avec les 12 candidats et ce sera une foire d'empoigne.
On ne discute pas de choses sérieuses dans ces conditions.
Il est tout à fait normal que Bayrou souhaite ce débat puisque lui a enfin compris qu'il ne sera pas au deuxième tour.

Écrit par : sebastien | mercredi, 04 avril 2007

Débattre c'est foutre la merde et permettre la confusion? Mais pourquoi aller sur un blog? Vous n'avez qu'à parler tout seul comme ça vous ne serez pas contredits et aurez toujours raison. Débattre c'est accepter que tout le monde ne pense pas pareil et refuser la pensée unique. Un des principes de la démocratie c'est de ne pas être d'accord mais de tout faire pour que ses adversaires politiques puissent s'exprimer. Et puis faut arrêter de vouloir foutre des coups de pieds au cul des gens je ne suis pas sûr que l'on trouve quelqun qui accepte qu'on le traite de cette façon , un peu de respect.

Écrit par : antoine | mercredi, 04 avril 2007

D'excellents commentaires en réponse à mon post qui se voulait volontairement "incisif". Je ne fais que contester le refus non motivé de Sarkozy et j'admets que, si le débat serait une bonne chose, il est impossible à mettre en place si l'ensemble des candidats y participent. De plus, le CSA et le Conseil constitutionnel s'assurent de la régularité des temps de parole de l'élection mais... le CSA décompte aussi bien le temps de parole d'un(e) candidat(e) que de ses soutiens... Or, si l'autorité administrative audiovisuelle venait à comptabiliser tous les blogs ou sites favorables à tel ou tel candidat, on ne s'en sortirait plus... De plus, Karl Zéro ou le PoliticShow interviewent directement des candidats et il ne me semble pas que le CSA en fasse un décompte précis... C'est donc assez aléatoire et la domination d'Internet pose un réel problème du fait du phénomène des blogs et du partage de vidéo ou de podcasts (inexistants en 2002)...

@ Bohrer : Je partage ta pensée sur la tendance des gouvernants à favoriser les critiques de forme ou attaques personnelles sans rechercher les débats de fond.

@ BendeParis : Je ne fais pas l'éloge du débat sur Internet plus que sur les médias traditionnels (TV et radio) qui restent les meilleurs supports, accessibles au plus grand nombre. Je salue l'initiative de François Bayrou qui, diront certains, joue son va-tout sur cette proposition inédite. Je suis respectueux des règles démocratiques et des réglementations électorales. Le CSA et le Conseil constitutionnel sont, à juste titre, les meilleurs garants de l'égalité des chances de chacun et de chacune... Même si les médias et les instituts de sondages se sont bornés à imposer 4 candidats et que ce même CSA aurait dû intervenir beaucoup plus tôt...

@ Eric : Le "pré carré de mes idées reçues" est sans doute dû à ma "jeunesse" et mon militantisme récent. Je n'essaie en aucun cas de convaincre et d'asséner mes vérités (fort heureusement !) mais juste de débattre avec courtoisie. C'est donc un remerciement que je vous adresse pour cette envolée lyrique signée Dominique de Villepin, que j'estime par ailleurs.

@ Jean-Charles : Nul besoin d'appeler Ségolène Royal "Marie-Ségolène", je n'ai pas cité Nicolas Sarkozy en tant que "Nicolas Sarkozy Nagy de Bosca". Prenez son prénom usuel, ce sera moins long de le taper au clavier ;). Pour information, elle ne soutient pas la fraude et c'est un amalgame que vous faites. Tout est ultra-médiatisé et ultra-exploité jusqu'à la dernière goutte d'encre. Comme vous l'écrivez, ce genre de réflexion hâtive sur la fraude mène à ce type de débat.

@ Expat : Je crois que la candidate du PS s'inscrit justement en rupture de la politique d'assistanat, elle l'a elle-même décliné dans son pacte présidentiel sous la formule "donnant-donnant"... On peut être de centre gauche, socialiste, et croire dans la vertu du travail... Si tu peux préciser quelles causes tu vois dans la stagnation de la croissance à 2% et le candidat que tu trouves le plus pertinent dans son offre programmatique, n'hésite pas à l'écrire pour poursuivre éventuellement la discussion...

@ Rigaud : Je ne me souviens pas que Ségolène Royal ait fui le débat. Je veux bien vous croire mais, dans ce cas-là, je vous invite à poster le lien en réponse à ce commentaire, histoire d'apporter une contradiction argumentée à mon article. Quant à la faiblesse de la croissance, vous n'êtes pas sans savoir que la valeur actuelle de l'euro nous pénalise depuis déjà 3 ans...et qu'elle nous pénalise lourdement sur nos exportations...

@ Sarah : Même réponse que précédemment, cette information a dû m'échapper, quand bien même je suis l'actualité quotidiennement. Faut-il croire que je filtre mes sources... Pourtant je lis Libé, Le Monde et Le Figaro et je n'ai rien relevé en ce sens... Pareillement, si vous avez le moindre lien ou article, je suis preneur. Preuve que j'accepte bien volontiers la contradiction et le débat. Nous avons tous nos idéaux et nos propres raisons de choisir tel ou telle candidat(e) mais nous partageons au moins tous notre intérêt politique et notre attachement républicain et démocratique, ce qui n'est finalement pas si mal ;)

@ Sébastien : Les sondages ne sont jamais fiables et rien n'est joué... Le débat entre 12 candidats est en soit impossible puisque certains candidats ne se sont même pas positionnés sur des sujets essentiels comme l'économie, les institutions, l'éducation, l'emploi... Peut-être est-ce pour cela que la majorité des électeurs souhaite un débat entre ceux dont les programmes sont les plus exhaustifs et qui reprennent l'ensemble des thèmes qu'une campagne présidentielle doit traiter...

@ Antoine : Je partage ton commentaire en tous points. Comme tu l'exprimes parfaitement, échanger sur un blog, c'est déjà accepter la contradiction et accepter de se confronter à d'autres opinions que la sienne.

A tous, merci pour vos commentaires qui méritent de favoriser le débat. Chacun est libre de ses choix et vote en conscience, selon son libre-arbitre. C'est ainsi la preuve évidente du pluralisme et de l'expression citoyenne et démocratique. Bonne soirée ;)

Jérémy

Écrit par : Jérémy | mercredi, 04 avril 2007

10 propositions pour un débat d'un genre nouveau sur Internet !
Pour ou contre ?

http://www.isubway.fr/content/view/316/141/

Écrit par : Lancelot | mercredi, 04 avril 2007

De toute façon, internet est le médias.

Cette élection le montre, les médias traditionnels ne réussissent pas à faire bien leur travail. Ou ils tapent sur NS et sont associés du célèbre anti-sarkozyste, honte suprême ! Ou bien ils sont associés au, soi-disant, système sarkozien qui contrôle les médias.

On lit tellement plus de choses sur internet.
Et si rien qu'un dixième de se qui se raconte sur NS (c'est souvent lui le plus attaqué) est vrai, alors je crois qu'il y a un réel problème dans la politique française et notamment les médias traditionnels. En tout cas, c'est bien internet (les programmes, les vidéos, les blogs, les articles, les commentaires) qui m'a convaincu de m'investir dans la campagne d'un candidat et m'a fait réviser mon jugement sur l'ex-premier flic de France.

Écrit par : M4t | mercredi, 04 avril 2007

Un débat à 12 serait vraiment intéressant, mais à l'heure qu'il est est-ce réellement envisageable. Un débat avec les quatre principaux candidats serait sans doute plus utile, bien que injuste c'est vrai. Mais en même temps, je crois que si les prochaines semaines seront décisives pour ces 4 candidats, elles ne le sont plus maintenant pour les autres.
iSubway propose d'organiser un tel débat, en se ralliant à la blogosphère et aux sites professionnels ou non concernés. Pour le cadrer au mieux, nous avons établit une liste de dix points essentiels tels que un temps de parole égale pour les candidats ou encore une véritable confrontation entre eux, et pas un simple jeu de questions-réponses qui n'aurait aucun intérêt à l'heure actuelle.

Pour plus d'infos rdv ici : http://www.isubway.fr/content/view/316/141/

Écrit par : Claire (iSubway) | mercredi, 04 avril 2007

Jeremy, je te trouve vraiment courageux et d'un calme ahurissant face aux bêtises qu'on peut lire dans ces commentaires, bravo.
Pour ma part, pas une seule fois je n'ai entendu Ségolène Royal refuser un débat, une fois sa période d'écoute terminée. Pas une seule fois je ne l'ai entendu insulter quiconque, la première fois ayant été au Grand Journal, lorsqu'elle a qualifié Sarkozy de menteur, ce qui est, vous l'accorderez, un moindre mal au vu du détournement de paroles dont il a fait preuve, le tout en s'en gargarisant.
Quant au respect des règles constitutionnelles, vous louez un Sarkozy qui tient à éviter un débat à quatre parce que le CSA n'aimerait pas ça, mais que dites-vous d'un Sarkozy qui publie sa couverture de livre de campagne en bleu/blanc/rouge alors que c'est formellement interdit par la commission de contrôle des opérations électorales ? Décidément, lui, aussi bien que les fraudeurs, ne respecte que les règles qu'il veut bien respecter... quel exemple !

Écrit par : Ben | jeudi, 05 avril 2007

Bonjour Ben,

Un grand merci à toi pour ton commentaire que j'approuve complètement. Les agissements de certains candidats poussent nécessairement à réagir.

Quant au livre de Nicolas Sarkozy, la commission de contrôle des opérations électorales aurait dû le classer comme un outil de campagne qui ne peut arborer le drapeau tricolore. Certains sont d'ailleurs embarrassés et prétendent que l'agencement des couleurs fait davantage penser au drapeau néerlandais ou luxembourgeois, preuve - s'il en est - de la conscience d'un contournement illégal des dispositions électorales en vigueur. Cela peut prêter à sourire mais la règle est la même pour tous les candidats.

D'ailleurs, les affiches électorales ne peuvent elles-mêmes pas arborer les couleurs républicaines, à l'exception exclusive des emblèmes des partis. Souvent, la commission impose même d'unifier l'emblème dans une seule couleur sur les affiches pour ne pas induire l'électorat en erreur.

Excellente journée à toi Ben et encore merci.

Jérémy

Écrit par : Jérémy | jeudi, 05 avril 2007

Sarkozy aurait-il peur de ce qu'on évoque ici : http://sarkononmerci.fr/psychosondage/sarkozy.php ?

Écrit par : Dedalus | vendredi, 06 avril 2007

QUE REPOND CE JEUNE MILITANT SOCIALISTE SUR LES MENSONGES DE S.ROYAL
dont tous le monde voit la preuve VIDEO SUR TF1 ET sur ses 100 PROPOSITIONS?

S.ROYAL a été très claire le 26.10 2006 dans son interview à « 20 minutes PARIS » Interrogée sur le « poids » qu’auraient ces jurys citoyens, elle a répondu :
« ‘Le dernier mot restera toujours au politique. Il n'est pas question de surveiller ou de destituer qui que ce soit. Simplement, avec les jurys citoyens, l'avis du public aura été donné. »
Elle en a rajouté une couche le 29.10.2006 au « Grand rendez-vous d’Europe 1 » :
« J’aime bien quand chacun reste à sa place. »

Le public est depuis bien longtemps invité à donner son avis dans des commissions extramunicipales, des conseils de quartier obligatoires dans les villes de plus de 50.000 habitants, des conseil de développement, des commissions de débat public etc Mais tout cela est totalement bidon et un fiasco constaté.

En effet, les citoyens ne « participeront » pas à ces mascarades de « démocratie participative » avant l’instauration de procédures de référendums d’initiative citoyenne , (RIC)leur permettant, s’ils estiment ne pas avoir été suffisamment « entendus » dans leurs propositions par les « élus » d’en appeler à l’arbitrage de la population concernée à l’occasion d’un RIC.

Ce que veulent les Français on peut le lire dans les 100 propositions de S.ROYAL elle-même.

Ce n’est clairement pas donner simplement leur avis ! On peut lire en effet :



« La Présidente d'une République nouvelle
Remontée des débats
Les citoyens veulent prendre la parole plus souvent et plus directement pour décider eux-mêmes.(…) »



Pourtant en face de cette demande on trouve sa proposition N°73 :

« (…)Des citoyens ayant recueilli un million de signatures pourront demander au Parlement l'examen d'une proposition de loi. »

Ce qui d’abord veut dire en Français que la demande peut être refusée comme la « Consultation » communale ou régionale de la loi du 13.08.2004, sinon il aurait été écrit « pourront inscrire à l’ordre du jour du Parlement l’examen d’une proposition de loi. »
Mais surtout les citoyens ne décident pas eux-mêmes comme ils l’ont demandé dans les « débats participatifs ».



Pour décider soi-même « il faut et il suffit » de disposer du référendum d’initiative citoyenne à tous les niveaux territoriaux. Par cette voie en Suisse le peuple a par exemple refusé la privatisation de l’électricité en 2002,et voté un moratoire de 5ANS sur les OGM, en 2005.

- 82 % des Français sont POUR (sondage Sofres pour «Lire la politique» du 12 mars 2003).

- 88 % des Français pensent «qu’il faudrait faire un Référendum si un nombre élevé de gens le demandent»

page 112 dans «La Démocratie à l’épreuve» Gérard Grunberg (Presse de Sciences Po).



Le sujet étant extrêmement porteur S.ROYAL va jusqu’à mentir effrontément aux Français sur le sujet.



Vous pouvez vérifier sur http://www.yvanbachaud2007.info/entreznb.htm qu’à ’Emission de TF1 du 19.02.2007 vers la fin de la seconde Partie à la Question de M. Amaury d’Hauteville Paris 5ème



«(…) Proposez-vous le référendum d’initiative populaire OUI ou Non c’est cela la vraie démocratie », S.ROYAL a répondu après 3 relances de PPDA :

« Il y a le référendum d’initiative populaire en effet qui est prévu dans la réformes des institutions, puisque un million de personnes qui ont signé un texte de loi pourront obtenir le débat de ce texte de loi à l’Assemblée nationale. Donc la dessus vous voyez, vous avez satisfaction »



S.ROYAL qui est énarque ignore d’autant moins ce qu’est le référendum d’initiative populaire que le 10 mars 1993 elle était dans le gouvernement de M. Bérégovoy qui avait adopté- à la surprise générale - un projet de loi en faveur du référendum d’initiative populaire. Même si ce n’était qu’une manœuvre politicienne 4 jours avant la mise à la porte de la Gauche pour répondre à la promesse de F.Mitterand avait écrit en 1998 dans sa lettre à 40 millions de Français que le RIP était une « aspiration profonde des Français , qu’il allait saisir le légiste. »



S.ROYAL a rencontré les gens pour leur demander ce qu’ils souhaitaient ;ils le lui ont dit on ne peut plus clairement pour la « démocratie participative », thème dont elle a plein la bouche depuis sa campagne pour les Régionales.:

« Les citoyens veulent prendre la parole plus souvent et plus directement pour décider eux-mêmes.(…) »

S.ROYAL n’en a tenu aucun compte..ni dans ses promesses de 2007, ni lors de la discussion de la Loi sur la décentralisation du 13.08.2004 au cours de laquelle ni elle, ni aucun député socialiste, n’a déposé le moindre amendement en faveur du RIP pour que les citoyens puissent « décider eux-mêmes » comme plus de 80% le souhaitent depuis des décennies.

NON, Mme ROYAL, ce n’est pas : « Une autre façon de faire de la politique »

Une pétition est en ligne en faveur du RIC sur www.mesopinions.com rubrique politique.

Yvan Bachaud Porte-parole du Rassemblement pour l’Initiative Citoyenne www.rci-france.fr

Tel.04.72.24.65.02 E-mail : y.bachaud@ric-france.fr

Écrit par : BACHAUD | lundi, 09 avril 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu