Avertir le modérateur

mardi, 17 avril 2007

La surprise, c’est qu’il n’y en aura pas

A la lumière des élections présidentielles passées, commentateurs, observateurs, politologues se sont longuement interrogés sur les surprises possibles que pouvait réserver le scrutin de 2007. A cinq jours du scrutin, les enquêtes d’opinion montrent qu’il n’y en aura pas: Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal devraient bien être au rendez-vous du second tour, comme prévu depuis de longs mois.

Nicolas Sarkozy est toujours en tête des intentions de vote et peut compter à la fois sur l’extrême mobilisation de son camp (plus de 80% des sympathisants UMP) et l’apport de voix frontistes dès le premier tour (il capte actuellement près du quart de l’électorat lepéniste de 2002). Ségolène Royal, malgré quelques turbulences, bénéficie ces derniers jours d’une dynamique favorable dans toutes les enquêtes. Portée par le vote utile et la mémoire du 21 avril (77% des sympathisants de gauche jugent que l’absence de la gauche au second tour serait une « événement grave » selon une enquête LH2/Libération publiée aujourd’hui), elle semble avoir creusé avec François Bayrou un écart conséquent en vue de la qualification au premier tour : 9 points à la SOFRES, 6,5 chez IPSOS, 6 chez CSA. Elle est également parvenue à limiter les effets d’éviction sur sa gauche.

Certes, les deux principaux candidats ont logiquement vu leurs intentions de vote s’éroder par rapport à l’automne 2006. Mais ils sont restés à des niveaux très largement supérieurs à ceux qu’enregistraient Lionel Jospin et Jacques Chirac à la même époque en 2002. La progression de François Bayrou est bien l’événement de campagne le plus important des derniers mois. Elle lui permet d’espérer un triplement de son score de 2002. Pour autant, elle ne semble pas suffire pour le faire passer du statut de troisième homme à celui de deuxième. Sa tendance est orientée à la baisse en cette dernière semaine : tout se passe comme si son projet de transgression du clivage gauche-droite se heurtait, dans les jours décisifs de l’élection, au plafond de verre des logiques politiques, celles qui conduisent, notamment à gauche, les électeurs un temps tentés par le candidat béarnais à rejoindre leur camp quand l’échéance arrive. Quant à Jean-Marie Le Pen, si tout indique qu’il peut rééditer un bon, voire très bon score, il devrait cependant se situer en dessous de seuils de qualification plus élevés qu’en 2002.  « Les Français veulent le match » : l’intuition de Nicolas Sarkozy du début de campagne devrait se confirmer dimanche soir.

 

medium_medium_medium_lefil.jpg

Commentaires

je ne parierai pas la dessus :)

Ainsi, aprés 7 semaines d'attaques massives de la part du PS et de l'UMP F bayrou est toujours a 19% (il sort en brut a 23%), si il capte seulement 20% des 20% d' indécis de royal et sarko qui hésitent entre lui et leur candidat déclaré et si il conserve 80% de ses intentions bruts...(soit 2.5% + 2.5% + 18.4% = 23.4%) il sort quasiment en tete au 1er tour :)

A j-5, alors qu'une trés large part des français refléchie a la proposition de "grand changement" de F bayrou dire que l'on peut exclure la surprise est ou au mieux un manque de discernement ou au pire une tentative d'intox de votre part.

Sachant que :

- sa proposition vient d'être renforcée par les appels de messieurs Rocard, Kouchner et Allegre,
- les français ne sont pas content de la situation de leur pays.
- 71% d'entre eux approuvent son idée d'alliance démocrate
- qu'il est le politique le plus populaire en ce moment
- que 58% prédisent sa présence au second tour (Ifop Fiducial) contre...9% il y a 1 mois

...je ne parierai pas la dessus :)

Laissons les français décider par eux même, a entendre les commentaires de la rue, F bayrou est plus que jamais la clés de cette éléction.

Écrit par : Max | mardi, 17 avril 2007

Les médias n'ont pas fourni de cette campagne électorale une couverture digne de ce nom, et le projet de faux débat à quatre sur internet qui ne s'est pas réalisé n'était pas de nature à changer les choses. Bien au contraire.

Quant à la propagande que reçoivent les Français avec les bulletin de vote, elle est singulièrement vide de contenu.

Par exemple, combien d'électeurs connaissent les prises de position atlantistes et euro-militatistes de François Bayrou? Voir:

http://www.bayrou.fr/propositions/defense.html

http://www.bayrou.fr/discours/bayrou-relationsinter-220606.html


Les candidats évitent le débat public sur ce genre de questions, et les médias les aident à noyer le poisson. Les gesticulations des Rocard et autres, c'est pour nous amuser. Lire entre autres :

"Après les présidentielles françaises, mine de rien, l’ « Europe militaire » " (1) et (2)

http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=118

http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=148

Écrit par : De ço qui calt ? | mardi, 17 avril 2007

je suis un electeur de droite, mais je voterais tout sauf sarkozy et je suis pas le seul.

Écrit par : electeur | mardi, 17 avril 2007

ma derniere vidéo coup de gueule avant les elections : rmi smic hypocrisie

http://www.dailymotion.com/patrickdu49/1

Écrit par : patdu49 | mardi, 17 avril 2007

A propos de l'euro-militarisme, ce que dit Bayrou n'est sans doute pas très différent de ce que pensent les lobbies "pro-européens" de l'UMP et du PS. Mais le candidat UDF va vraiment très loin, sans que le "grand public" en soit vraiment saisi :

http://www.bayrou.fr/propositions/defense.html

"Priorité à la recherche [militaire] : des moyens supplémentaires massifs doivent y être consacrés. Presque toujours, la recherche militaire a des applications civiles.

(...)

La France a besoin de combler son retard en matière d'observation et de renseignement...

(...)

Nous devons construire une défense européenne. Dès lors, l'Alliance atlantique aura un tout autre visage, et les réticences françaises à son égard s'effaceront...

(...)

Notre continent doit devenir capable de faire face aux crises qui nécessitent une intervention au loin...

(...) "

http://www.bayrou.fr/discours/bayrou-relationsinter-220606.html

" On a besoin d'ouvrir un chapitre nouveau dans le chapitre de l'observation et du renseignement...

(...)

Évidemment, dans mon esprit, c'est aussi une démarche européenne qui doit être construite.
Et évidemment, la clé, c'est la confiance entre les administrations des pays, et les services de renseignement.

(...)

La question n'est pas tant celle des armes [de destruction massive] que celle des détenteurs des armes, de la personnalité de ceux qui les détiennent, de leur caractère stable ou instable. Le droit d'ingérence se lit à l'aune de cette stabilité ou instabilité, qui pourraient être analysés par la communauté internationale.

(...) "

Écrit par : De ço qui calt ? | mardi, 17 avril 2007

Vous dîtes qu'il n'y aura pas de susprise, mais il faut rappeler qu'en 2002, il y avait plus de 5 points d'écart dans les sondages entre Le Pen et les deux autres candidats. De plus, les sondeurs ont du mal à contacter les gens en ce moment, à cause des vacances, ce qui tend à fausser un peu plus les résultats.
Enfin, des enquêtes de journalistes montrent que les sondeurs ont de plus en plus de mal à obtenir des réponses sérieuses ou sincères de la part de certains (une bonne partie en fait) de sondés : il s'en est trouvés pour dire : "vous nous avez manipulés avec vos sondages, c'est à nous de vous manipuler".
Je crois qu'on doit prendre avec beaucoup de pincettes ces enquêtes qui, en plus, sont très redressées : les scores passent parfois du simple au triple pour certains candidats.

Écrit par : Benji | mardi, 17 avril 2007

Ca fait tant et tant d'années que l'on fait le constat désespérant des puissances de presse et d'opinion barbouillant le nez des gens, au point que beaucoup ont fini par se détourner de la vie du pays, et vous en remettez une couche. S'il vous plaît, laissez la sphère blog libre de tous vos antiennes ressassées et dépassées, et vous finirez par faire grossir les rangs des citoyens qui seraient susceptibles de s'intéresser à la vie démocratique.
Merci pour eux.

Écrit par : Mediaphobe | mardi, 17 avril 2007

Moi je suis de droite et je voterais Sarko, il est de loin le moins mauvais choix parmis les candidats à la présidence de la République ! N'en déplaise aux cons !

Écrit par : Alexis | mardi, 17 avril 2007

50/50 : égalité parfaite entre Nicolas Sarkozy et Segolene Royal dans les sondages pour le deuxième tour ! Les français se rendent enfin compte des compétences de ségolène royal.

Écrit par : raxi | mardi, 17 avril 2007

en 2002 le Pen a créé la surprise battant jospin , cette année 2007 nous allons assister à la métarmorphose de la vie politique , au coup de pied dans la fourmilière ....! et au duo
FrançoisBAYROU / Nicolas SARKOSY et ....nous savons tous qui franchira la ligne droite . 30 ans de
manipulations mitterandiennes /chiraquiennes , la coupe est pleine , si on veut redonner du crédit à
la politique et à ses représentants il faut impérativement se donner de nouvelles orientations , en liant
à la Démocratie autant de doses de libéralisme que des actions sociales , en exprimant cette
conviction , je résume trés brièvement ce qu'est l'état d'esprit de la société , du citoyen d'hier et d'aujourd'hui .A/G

Écrit par : ghaleb albert | mardi, 17 avril 2007

en 2002 le Pen a créé la surprise battant jospin , cette année 2007 nous allons assister à la métarmorphose de la vie politique , au coup de pied dans la fourmilière ....! et au duo
FrançoisBAYROU / Nicolas SARKOSY et ....nous savons tous qui franchira la ligne droite . 30 ans de
manipulations mitterandiennes /chiraquiennes , la coupe est pleine , si on veut redonner du crédit à
la politique et à ses représentants il faut impérativement se donner de nouvelles orientations , en liant
à la Démocratie autant de doses de libéralisme que des actions sociales , en exprimant cette
conviction , je résume trés brièvement ce qu'est l'état d'esprit de la société , du citoyen d'hier et d'aujourd'hui .A/G

Écrit par : ghaleb albert | mardi, 17 avril 2007

en 2002 le Pen a créé la surprise battant jospin , cette année 2007 nous allons assister à la métarmorphose de la vie politique , au coup de pied dans la fourmilière ....! et au duo
FrançoisBAYROU / Nicolas SARKOSY et ....nous savons tous qui franchira la ligne droite . 30 ans de
manipulations mitterandiennes /chiraquiennes , la coupe est pleine , si on veut redonner du crédit à
la politique et à ses représentants il faut impérativement se donner de nouvelles orientations , en liant
à la Démocratie autant de doses de libéralisme que des actions sociales , en exprimant cette
conviction , je résume trés brièvement ce qu'est l'état d'esprit de la société , du citoyen d'hier et d'aujourd'hui .A/G

Écrit par : ghaleb albert | mardi, 17 avril 2007

en 2002 le Pen a créé la surprise battant jospin , cette année 2007 nous allons assister à la métarmorphose de la vie politique , au coup de pied dans la fourmilière ....! et au duo
FrançoisBAYROU / Nicolas SARKOSY et ....nous savons tous qui franchira la ligne droite . 30 ans de
manipulations mitterandiennes /chiraquiennes , la coupe est pleine , si on veut redonner du crédit à
la politique et à ses représentants il faut impérativement se donner de nouvelles orientations , en liant
à la Démocratie autant de doses de libéralisme que des actions sociales , en exprimant cette
conviction , je résume trés brièvement ce qu'est l'état d'esprit de la société , du citoyen d'hier et d'aujourd'hui .A/G

Écrit par : ghaleb albert | mardi, 17 avril 2007

En réponse à Alexi qui dit , je cite : "Moi je suis de droite et je voterais Sarko, il est de loin le moins mauvais choix parmis les candidats à la présidence de la République ! N'en déplaise aux cons !"
Voilà bien résumé l'état d'esprit d'ouverture des Sarkosistes, Je suis le seul à détenir la vérité et tous les autres sont des cons.
N'oubliez pas que vous ne représentez que 20% de la population française, et je ne crois pas qu'elle soit composée de 80% de cons.
Alors respectez un peu la différence et le droit de penser autrement, ça s'appelle la DEMOCRATIE

Écrit par : Gérard | mardi, 17 avril 2007

La responsabilité des médias dans cette campagne électorale est très lourde, car pendant des mois ils n'ont rien fait pour poser les vraies questions devant la grande majorité des citoyens, et maintenant les électeurs reçoivent un matériel avec pratiquement rien dedans.

Pire encore, cette tentative récente de marchandiser le débat électoral sur la Toile et d'en exclure les "petits candidats". Je l'évoque dans un article intitulé: "Qui contrôle les débats électoraux sur la Toile ? " à l'adresse:

http://fr.blog.360.yahoo.com/blog-57ABH50kfLRheGdMlyU-?cq=1&p=22

Écrit par : Usager-administré | mardi, 17 avril 2007

L'impensable n'existerai pas si on le concevais avant l'échéance d'un événement

Écrit par : Also Loups | mercredi, 18 avril 2007

Que celui qui est réellement "vrai" soit élu. Mais qui après toutes ces embroulles, ces attaques les uns contre les autres, dont nous sommes les tristes spectateurs et auditeurs ? Qui peut faire respecter la loi pour la liberté de chacun sans créer de heurts après avoir monté en épingle un mot sorti de son contexte ? Qui peut avoir assez d'autorité pour défendre sincèrement ceux qui manquent du nécessaire ? Qui sera assez honnête pour empêcher la démolition d'immeubles HLM rénovés et reconnus pour être confortables ? une folie, un gaspillage de l'argent des contribuables, privant "les plus modestes" de quelque chose de bien avec des arguments injustifiés, rien de semblable ne sera rebâtit... Quand c'est insalubre d'accord ! mais quand ça scandalise il y a bien un problème quelque part. Où est le bon sens à ce jour ? "on" ne comprend plus.
Pour qui voter ? C'est la question que beaucoup se posent à tous les niveaux. La grande misère est réellement à notre porte. La machine s'est mise en marche, qui l'arrêtera ? Certainement pas les promesses impossibles à tenir. Pas besoin d'avoir fait Polytechnique ni Saint Cyr ni l'E.N.A.pour le comprendre et l'entrevoir. La réalité est là, elle fait peur. Que sera demain ?... Qu'est-ce que la Paix ? la Liberté ? la Démocratie ? après toutes ses manipulations médiatiques, et puisqu'il a été mentionné, même le Pape ne peut rien !

Écrit par : Stuart | mercredi, 18 avril 2007

Que celui qui est réellement "vrai" soit élu. Mais qui après toutes ces embroulles, ces attaques les uns contre les autres, dont nous sommes les tristes spectateurs et auditeurs ? Qui peut faire respecter la loi pour la liberté de chacun sans créer de heurts après avoir monté en épingle un mot sorti de son contexte ? Qui peut avoir assez d'autorité pour défendre sincèrement ceux qui manquent du nécessaire ? Qui sera assez honnête pour empêcher la démolition d'immeubles HLM rénovés et reconnus pour être confortables ? une folie, un gaspillage de l'argent des contribuables, privant "les plus modestes" de quelque chose de bien avec des arguments injustifiés, rien de semblable ne sera rebâtit... Quand c'est insalubre d'accord ! mais quand ça scandalise il y a bien un problème quelque part. Où est le bon sens à ce jour ? "on" ne comprend plus.
Pour qui voter ? C'est la question que beaucoup se posent à tous les niveaux. La grande misère est réellement à notre porte. La machine s'est mise en marche, qui l'arrêtera ? Certainement pas les promesses impossibles à tenir. Pas besoin d'avoir fait Polytechnique ni Saint Cyr ni l'E.N.A.pour le comprendre et l'entrevoir. La réalité est là, elle fait peur. Que sera demain ?... Qu'est-ce que la Paix ? la Liberté ? la Démocratie ? après toutes ses manipulations médiatiques, et puisqu'il a été mentionné, même le Pape ne peut rien !

Écrit par : Stuart | mercredi, 18 avril 2007

Je suis d'accord sur un point.
Il ne devrait pas y avoir de second tour Sarko Le Pen : ils sont trop proche politiquement.

Écrit par : borneo | mercredi, 18 avril 2007

une chose m'inquiète. la politique aujourd'hui se résume à faire croire aux citoyens qu'on partage leur préoccupations...mais il n'en est rien... comment des gens qui n'ont JAMAIS été confronté au monde du travail, au secteur privé, au libéralisme et à la libre concurrence peuvent disserter dessus. Les candidats nous disent ce que l'on veut entendre, ce n'est pas de la democratie, c'est de la demagogie!
Le vrai sujet est la course au pouvoir! Quand on regarde le train de vie de l'etat, il s'agit même d'une course aux privilèges et à l'argent!
A quand un candidat qui annoncera une baisse du train de vie de l'etat sur le modèle nordique (voiture de fonction: 106!! 7,5€ pour le repas du midi et tous les citoyens sont en mesure de demander les comptes pour vérifier les dépenses!!).
Entre Sarko et Ségo, aucun ne me semble sincère! Ayant plutot mon coeur à gauche mais sans souhaiter un Etat assistanat, je ne peux me contraindre à voter Ségo! Ayant des attentes dans ma vie professionnelle d'ordre libérale sans souhaiter la création d'un esclavage moderne, d'une toute puissance du patronat (pourquoi faire... on ne travaille pas mieux avec des gens soumis!)et encore moins créer des privilèges aux actionnaires (qui sont contre productifs, de veritables sangsues!!) je ne peux me contraindre à voter Sarko!!! Le seul qui me semble sincère, qui me semble à l'écoute, est F. Bayrou, même s'il y a un an, je le connaissais à peine! Il me semble le seul à pouvoir stabiliser le jeux et à créer qque chose de nouveau! un monde cohérent et respectueux de tous.

Écrit par : nico | mercredi, 18 avril 2007

l'intoxication de 2002 n'était apparemment pas suffisante:

"Bayrou peut terminer entre 12 et 29%"

Dans un entretien au Parisien Dimanche, Roland Cayrol, directeur général de l'institut CSA, explique que la proportion d'indécis est plus élevée chez les électeurs du candidat centriste car François Bayrou "est le réceptacle des déçus, provisoires de Ségolène et de Sarko. Ses électeurs ne se sont pas complètement identifiés à leur nouveau choix. Ils se demandent s'ils vont aller jusque-là."
"La marge de progression -ou de régression- de Bayrou est la plus forte de tous les candidats. Il peut terminer entre 12 et 29%", affirme Roland Cayrol. (avec AP)

Écrit par : PF | mercredi, 18 avril 2007

Jean MOLO, élu local par indavertance, n'arrive pas à dormir lui non plus. Les sondages lui font mal à la tête. Voici ses analyses des reports du 2e tour, selon 2 cas de figure :

1/ BAYROU est de gauche : alors SARKOZY gagne contre ROYAL à 55/45

c'est ici en vidéo : http://www.dailymotion.com/vasimolo/video/x1qrlm_bayrou-gauche-2

2/ BAYROU est de droite : alors ROYAL gagne contre SARKOZY à 52/48

c'est ici en vidéo : http://www.dailymotion.com/vasimolo/video/x1qrcn_bayrou-droite-1/1

Écrit par : Jean MOLO | mercredi, 18 avril 2007

Selon un institut anglais ( 17-04-2007 ), repris en belgique, le score au 1° tour de l'election serait le suivant:
Royal 24%
Le Pen et Sarkozy à 22%
Bayrou 18%

le score de le Pen en forte hausse ces derniers jours au détriment de celui de Sarkozy

Écrit par : denis | mercredi, 18 avril 2007

il ne faut plus faire semblant. le dernier sondage BVA du 19 avril donne Royal avec 10 points d'avance sur Bayrou, en chute de 3 points à 15% d'intentions de vote. c'est bien au-delà de la marge d'erreur. à quatre jour du scrutin, nous le savons tous, Bayrou ne sera pas au second tour et sera même probablement derrière Jean-Marie Le Pen. Les courbes en marges d'erreur sont à ce titre tout à fait édifiantes : http://www.tousmenteurs.fr/files/analyse%20resultats%20dernier%20sondage.html

au premier comme au second tour, la question posée est maintenant tout à fait claire : qui souhaitez-vous comme président jusqu'en 2012, Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal ?

la dynamique qui s'engagera en faveur de l'un ou de l'autre le 22 avril sera à ce titre déterminante !

Écrit par : dedalus | jeudi, 19 avril 2007

Ma part de vérité
- lettre ouverte d'un homme de gauche à ses concitoyens -

http://sarkononmerci.fr/files/conviction%20et%20vigilance.html


A quelques jours du 22 avril, je ressens comme beaucoup l’importance de ce qui va s’y dérouler et le besoin de dire quelques dernières petites choses pour tenter de convaincre, de convaincre encore, c’est-à-dire de faire partager, ou du moins entendre cette conviction qui est la mienne.

Dimanche prochain, chacun d’entre nous sera appelé à se rendre aux urnes pour, au terme d’une longue campagne, exprimer son choix et faire entendre sa voix. Ce jour-là, le pouvoir sera effectivement entre les mains du peuple et il nous faut, chacun, avoir conscience de cette part de pouvoir que nous détiendrons alors et dont nous aurons le devoir citoyen d’user en conscience, c’est-à-dire conscient de la responsabilité qui nous incombe.

A quelques poignées d’heure de ce moment important dans la vie de notre démocratie, voici ce que signifie, pour ma part, cette responsabilité :

En premier lieu, je n’oublie pas que s’il y a deux tours de scrutin, il n’y a qu’une élection. Il s’agira dimanche prochain autant que deux semaine plus tard d’élire le Président de la République Française. Dès le 22 avril, il s’agira de cela et uniquement de cela. De quoi d’autre ?

Parmi les trois candidats susceptibles de l’emporter, ma préférence d’homme de gauche va sans l’ombre d’un doute à Ségolène Royal - mais n’entre pas dans le cadre de cet article de dire pourquoi. Il s’agira pour moi d’user de ma part de ce pouvoir électoral afin de favoriser son élection. Pourquoi sinon mettre un bulletin dans l’urne ? Dans quel objectif ?

Or je sais la chose suivante : c’est au premier tour, aussi au premier tour, que se gagne ou se perd une élection. Dimanche prochain, il ne s’agira donc pas seulement que Ségolène Royal soit au second tour, il faudra encore qu’elle y parvienne dans les meilleures conditions afin d’amorcer une dynamique qui puisse être victorieuse.

J’irai donc voter pour Ségolène Royal dès le 22 avril parce que j’ai conscience que Sarkozy à 26% et Royal à 22% n’est pas du tout équivalent à Sarkozy à 26% et Royal à 26%, même dans l’hypothèse où dans les deux cas ces deux-là arriveraient en tête.

J’irai voter pour Ségolène Royal dès le 22 avril parce que j’ai conscience qu’au soir du 6 mai, soit la droite sera au pouvoir pour les cinq ans qui viennent, soit ce sera la gauche, et que ça fait une sacré différence. Et j’ai conscience qu’une bonne part de ce résultat se jouera le 22 avril.

J’irai voter pour Ségolène Royal dès le 22 avril parce que j’ai également conscience que des élections législatives se dérouleront à l’issue de ces présidentielles. Si Ségolène Royal l’emporte, ce pourra alors avoir un sens de voter Verts ou PC ou ailleurs... afin de peser sur le gouvernement que la Présidente aura mis en place et orienter la politique qu’elle devra mettre en oeuvre. Sarkozy président, non seulement mon vote du 22 avril aurait été vain, mais celui des législatives le serait tout autant.

J’irai voter pour Ségolène Royal dès le 22 avril parce que j’ai conscience que, si en sport l’important est de participer, voire de se faire plaisir, lors d’une élection - et surtout à l’occasion de celle-ci - l’essentiel est d’abord de ne pas perdre, ensuite de gagner.

J’irai voter pour Ségolène Royal dès le 22 avril parce que j’ai conscience qu’on ne vote pas pour ses idées, mais qu’on vote pour que ses idées puissent progresser, afin qu’une orientation politique soit prise plutôt qu’une autre, afin qu’on puisse aller de l’avant - et ce même si ce n’est pas y aller aussi vite que l’on voudrait. Et donc, oui, et quoi qu’on en dise, et même si ce n’est pas satisfaisant, un vote aura été utile à la victoire ou bien il ne l’aura pas été.

Je vais voter pour Ségolène Royal et ce dès le 22 avril... et si ce n’est pas elle qui l’emporte le 6 mai, mon vote aura été inutile parce que je pense que les français les plus défavorisés le seront alors encore davantage. Or c’est bien de cela qu’il s’agit. Oui, en réalité, uniquement de cela élire un(e) président(e) avec l’espoir que cela aille mieux pour ceux pour qui cela va mal.

Le 22 avril, j’irai voter pour Ségolène Royal parce que je refuse de renoncer à espérer en la gauche et en ce qu’elle porte d’espérance. Et la gauche ce n’est pas le PS ou le PC, ce n’est pas les Verts ou les trotskistes, et ce n’est pas non plus davantage les uns que les autres. La gauche ce sont avant tout les hommes et les femmes qui composent ce peuple de gauche, des hommes et des femmes héritiers d’une histoire et porteurs de valeurs et d’espérance en un monde meilleur. La gauche, c’est cette longue marche en avant à travers l’Histoire vers le progrès social et le désir d’un vivre mieux ensemble - désir d’égalité et de liberté, désir de fraternité et de solidarité, et désir de lutter pour y parvenir. On ne doit jamais renoncer à cela, et certainement pas au moment de voter.

Alors je vais apporter ma voix à Ségolène Royal parce que la réalité est qu’à cette élection elle et nul autre qu’elle est en position de nous faire reprendre cette marche en avant après cinq années où déjà beaucoup de chemin a été perdu, ouvrant sous nos pieds un gouffre social où les plus fragiles d’entre nous n’ont cessé de s’enfoncer. Nos libertés ont reculé. L’égalité des chances a été baffouée. Les solidarités ont été démolies. Et il n’y a plus guère d’espace non plus pour fraterniser quand la droite n’a de cesse que de nous diviser, d’opposer les uns aux autres et d’exacerber les tensions.

Et puis, enfin, je vais voter Ségolène Royal, et ce dès le 22 avril, parce que je perçois en Nicolas Sarkozy une menace bien plus importante que celle que représente habituellement la droite, parce que je vois avec lui venir ce quelque chose d’inimaginable et dont on préfère toujours penser que cela n’arrivera pas... Et c’est justement pour cette raison que chaque fois c’est arrivé, et pour cette raison que cela arrivera encore.

Je perçois ce qui pourrait survenir, je sens le danger qu’il y aurait à confier le destin d’un pays à un homme tel que lui, qui semble réinventer la démagogie en chaque mot qu’il prononce, un homme en lequel on devine une faille effroyable, une folie contenue, si difficilement contenue... et dissimulée avec tant d’habileté qu’elle en devient d’autant plus effrayante. Et si même j’étais dans l’erreur, ce doute suffit à m’effrayer et à me mobiliser tout entier. Et à me mobiliser maintenant, afin d’éviter d’avoir à le faire trop tard. L’Histoire de la démocratie nous apprend qu’il est des diables à ne pas tenter, et qu’il vaut mieux parfois miser pour ne pas voir.

Voilà ce que j’avais envie de partager avec vous, en toute sincérité. Ce que j’avais sur le coeur à la veille d’une élection où les enjeux sont sans doute plus importants et plus graves que l’on ne voudrait le penser. Mais peut-être aussi plus chargés d’espoir.

Cela ne dépend que de nous.

Écrit par : dedalus | jeudi, 19 avril 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu