Avertir le modérateur

lundi, 19 mars 2007

Bayrou, président suisse

À gauche comme à droite, il est un argument anti-Bayrou qui semble imparable (en tout cas pour ceux qui l’utilisent comme un miraculeux passe partout rhétorique):  on ne peut pas gouverner au centre. À l’UMP comme au PS, on est d’accord (pour une fois) : il ne sera pas question de collaborer avec le candidat UDF s’il est élu. Le gouvernement d’union nationale ne sera pas.

Pour le petit Suisse que je suis, ce discours a quelque chose d’incongru. Car, depuis 50 ans, le gouvernement helvétique est justement composé de sept ministres dont l’appartenance dépend des forces en présence au Parlement. Aujourd’hui, deux socialistes, un centriste, deux radicaux (droite libérale) et deux UDC (droite nationaliste). Bref, pratiquement tout le spectre des tendances politiques essayant de travailler ensemble pour, au bout du compte, gouverner de manière consensuelle, au centre. On appelle ça « la formule magique ».

La culture politique est différente en France, me direz-vous. Ok. La polarité inhérente au système et aux caractères rend, aujourd’hui, tout consensus impensable de ce côté-ci du Jura. Peut-être. Mais il faut admettre que si la formule est pratiquée à quelque kilomètre de chez vous, elle est envisageable ici, au prix d’un effort et d’une volonté de changement. De rupture comme ils disent.

medium_paul.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu