Avertir le modérateur

mardi, 03 avril 2007

Ils nous emmerdent avec leurs obsessions anti-vertes!

Jeunes écologistes, nous nous battons depuis des mois, sur le terrain, dans tous les coins de la France, aux côtés de Dominique Voynet, pour une écologie concrète et utile. Pour une écologie qui change la vie des gens. Pour une écologie qui ne s'adresse pas seulement aux classes moyennes mais à toutes celles et tous ceux qui en ont le plus besoin. Pour que l'écologie ne soit pas une promesse mais une réalité. Pour que cet enjeu ne soit pas expédié en un clic ou en une belle parole. Pour que l'écologie ne soit pasoubliée après le 22 avril 2007.

Jeunes écologistes, nous sommes révoltés par la partialité des principaux médias français, par l'obstination avec laquelle les grands journaux dits "de gauche" cherchent, à l'aide de la petite phrase, à démolir la seule candidate de l'écologie et tous ceux qui se battent à ses côtés.

Nous pouvons faire écho au titre du papier du Monde daté du 3 avril.Nous aurions pu le faire à celui de Libération du 31 mars ou aux articles de Sylvia Zappi. Nous étions au Zénith et au Trocadéro à l'appel de la fondation Nicolas Hulot et de l'Alliance pour la Planète. Nous sommes révoltés que ces deux journaux se soient finalement trèspeu intéressés à l'objet écologique de ces manifestations pour centrer leur attention sur les travers supposés et réels des Verts et de leur candidate. Cela au prix d'une mauvaise foi évidente qui nous conduit à nous demander si nous sommes allés au même Trocadéro qu'Elise Vincent,l'auteure de l'article du Monde.


Le 1er avril au Trocadéro, nous avons distribué plusieurs milliers d'exemplaires du Contrat écologique de Dominique Voynet en nerencontrant que le meilleur accueil. Nous avons entendu le cordial "salut aux amis verts" de Nicolas Hulot à la fin de son intervention sans observer la moindre réprobation, bien au contraire. Nous nous sommes réjouis et congratulés avec nos amis associatifs, militants detous les combats écologiques, sans ressentir l'ostracisme suggéré dans
ces papiers. Nous avons vu Dominique Voynet saluée, encouragée, empêchée de quitter les lieux avant 19 heures, par les innombrables participants qui ont également apprécié le concert de la batucada offert par les Verts.

Même si nous peinons à comprendre à quels objectifs obéissent ces choix éditoriaux, nous les acceptons sans broncher depuis des mois.Libre à eux de s'employer à convaincre que la planète, l'écologie etla gauche se porteraient mieux sans les Verts... Nous, nous resterons convaincus du contraire et nous espérons que les milliers de lecteurssauront distinguer le leurre de la réalité.

Nous ne vous demandons rien d'autre que le respect de nos engagementsde citoyens… et de lecteurs. Vous vous en écartez chaque jour un peu plus.

Révolution écolo – les jeunes écologistes avec la candidate des Verts, Dominique Voynet

 

medium_adri.7.jpg

mardi, 20 mars 2007

Le tuning, les poupées en porcelaine et Nadine Morano

Le web pour contrer les oukazes sarkozystes. Vue sur l’Internet, notamment ici ou , cette initiative d’un «collectif de Jeunes Pop qui voulons le retour de Nadine Morano» : le blog «Nadine revient», en hommage à la députée de Meurthe-et-Moselle passée de l’omniprésente et médiatique lumière au déprimant et solitaire oubli, par la volonté du candidat UMP. Au début, on croit à une blague, tant les centres d’intérêts des pro-Morano figurent un alliage détonant : tuning, porcelaine et UMP. Un sentiment qui s’accroît à la vue de la pétition mise en ligne sur le site lapetition.be. Le texte un brin parano, qui expliquerait la «sanction» par l’emballement contre la championne de «la meute gauchiste» sur d’obscurs forums, n’a été signé en tout et pour tout que par 15 personnes. 

Mais, au vu du cri de victoire prononcé le 9 mars dernier, l'on pense qu'il s’agit bien d’un blog au premier degré, se targuant de 10.000 visites. Et de se féliciter: «Grâce à notre mobilisation, Nicolas a enfin compris qu'il devait reprendre Nadine Morano dans son équipe! Bravo!» Effectivement, depuis quelques jours, nous assistons au retour sur les écrans médiatiques de la sémillante députée.

Coup de théâtre, Nadine Morano est totalement furax de l’initiative. Contactée, elle dit «avoir été mise au courant récemment». «J’ai tout de suite prévenu la Cnil et envoyé un fax à Google en Californie [propriétaire de  Blogspot, l’hébergeur de «Nadine revient»]. Je leur ai envoyé un message et on ne m’a jamais répondu. C’est n’importe quoi! Je me demande si ce n’est pas un ennemi qui est l’auteur de tout ça».

 

medium_medium_medium_medium_stephane.2.2.jpg

jeudi, 15 février 2007

Duhamel, première victime des blogs

C’est l’épitaphe qu’on pourra graver sur la tombe médiatique du chroniqueur multi-cartes. Après avoir annoncé fin novembre, lors d’une rencontre avec des étudiants parisiens de Sciences Po et des jeunes UDF de Paris qu’il avait l’intention de voter François Bayrou, Alain Duhamel a donc été suspendu « jusqu'à la fin de la campagne électorale » par France Televisions aujourd’hui, alors qu’il devait ce soir même, interviewer le candidat UDF à la présidentielle dans l’émission « A vous de juger » sur France 2.

L’affaire en elle-même est aussi étonnante que la manière dont elle a explosé médiatiquement. C’est Guy Birenbaum qui en est en partie à l’origine après une note publiée sur son blog jeudi matin. « La vidéo que vous allez voir m'a été signalée hier soir, explique le journaliste-éditeur. Elle aurait été déposée il y a une semaine sur Dailymotion par les jeunes UDF de Paris. » (NDLR : elle se trouvait sur le blog des jeunes UDF depuis le 5 février). Guy Birenbaum signale qu’au moment où il publie la vidéo en question, elle n’a été vue que 265 fois sur Dailymotion alors qu'elle se trouvait. Une dizaine d’heures plus tard, elle a été regardée à plus de 11000 reprises.

Mais surtout, elle est arrivée jusqu’aux pontes de France Televisions qui ont préféré prendre des sanctions dans la journée. Du jamais vu. On attendait aussi jeudi soir des réactions du côté de RTL, où Alain Duhamel officie. Et Guy Birenbaum aussi. Ambiance.

Le célèbre chroniqueur aura à peu près tout raté dans cette campagne électorale. Après avoir sorti un livre en janvier 2006 sur les prétendants à l’Elysée dans lequel il avait oublié volontairement de citer Ségolène Royal - il l'a ajoutée dans la version poche sortie le mois dernier - le voilà éjecté de la scène médiatique pour avoir soutenu un candidat. On appelle cela l’élection de trop.

Dernière minute : RTL et Duhamel ont décidé d'un commun accord d'interrompre, pendant le temps de la campagne présidentielle, l'éditorial quotidien du journaliste.

medium_medium_carzon.4.jpg

Voici la vidéo en question

 

 

lundi, 29 janvier 2007

Y a t-il une taupe dans la rédaction?

Les journalistes politiques doivent-ils se retrancher dans le secret de leur trois-pièces pour gratter copie sur Sarkozy ?  A lire le journal suisse Le Matin, édition du 27.01.07, on est en droit de se poser la question : Le Figaro, Le Parisien et d’autres deviendraient des Pravda du XXIe siècle.

 

« Sarkozy s’est constitué une cour de sans-grade qui espionnent pour lui à l’intérieur des rédactions, recevant en compensation des informations exclusives ou des promesses de promotion », assène Ian Hamel dans cet article intitulé « Mainmise sur la presse tricolore ».

 

Le Matin est ce tabloïd suisse qui se repaît du moindre déboire sarkoïde. En mai 2005, il avait drainé une foule d’intenautes français sur son site en racontant par le menu l’escapade de Cécilia Sarkozy avec le publicitaire Richard Attias. « si Johnny achète une montre suisse demain, ils en feront la Une après-demain » plaisante un confrère de l’Hebdo de Lausanne qui parle de « méthodes limites ». Autre précision à apporter pour planter le décor : le sulfureux journaliste auteur de l’article Ian Hamel a écrit un livre, « La vérité sur Tariq Ramadan » qui dément les liens entre l’universitaire et l’islamisme radical.

Ceci précisé, rien ne permet de dire que certaines infos de Ian Hamel ne sont pas le reflet d’une certaine vérité. L’intéressé veut convaincre du sérieux de son article :

 

« J’ai appelé les rédactions. Au Figaro, un journaliste m’a dit qu’il était obligé de se planquer pour enquêter sur le ministre, parce qu’il savait que ses faits et gestes seraient répétés par d’autres de la rédac’. Au Parisien, un autre m’a certifié qu’il avait reçu un coup de fil désagréable d’un proche de Sarko, qui savait déjà que le rédacteur préparait un papier peu laudatif. ».

 

Hamel ne veut préciser ni le nom de ces journalistes terrorisés, ni celui de leurs confrères prompts à passer des coups de fil place Beauvau. « Loi du off », assure t-il.

Tout aussi pointilleux sur le off, un nom de la presse l'assure:

 
« les murs des rédactions ont de plus en plus d’oreilles à l’approche de l’élection présidentielle. Certains journalistes essaient de se placer en vue d’une victoire de tel ou tel. Par exemple, il n’est pas rare que le staff de Nicolas Sarkozy sache, avant même publication du moindre communiqué de presse, le déroulement de telle ou telle émission. Par quel mystère, si ce n’est grâce à des informateurs situés à l’intérieur même des rédactions ? »


Peut-être suffit-il de lire la prose de Sarkozy lui-même pour se rendre compte de l’ampleur des dégâts. Comme le rappellent Véronique Groussard et Claude Soula dans le Nouvel Obs, le champion de l’UMP a déjà théorisé sa stratégie de pieuvre journalistique. Sous pseudo, il écrivait dans un feuilleton estival de 1995 des Echos :

 
« Privilégiez [les journalistes] les plus jeunes et les moins titrés […], vous les formerez à votre main et vous bénéficierez d’un réseau qui vous sera acquis ».
 
 
medium_raphaelle.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu