Avertir le modérateur

vendredi, 23 février 2007

Le programme FN 2007, ruptures républicaines et continuité frontiste

C’est dimanche que Jean-Marie Le Pen se rend à Lille pour y présenter son programme électoral. Mais celui-ci est d’ores et déjà accessible sur le site internet de son parti. Petite fiche de lecture :

A première vue, ce document de 79 pages est tout ce qu’il y a de plus sérieux et «classique». Elaboré par vingt Commissions d’action présidentielle (CAP) thématiques, il décline pour chaque thème un grand A «constat» et un grand B «Mesures». Clair et efficace. Le ton est posé, les propositions sont exposées sans passion, presque de façon technocratique. Le document est rythmé par des «capsules» qui indiquent le gain estimé pour chaque mesure. A l’évidence, le Front national tente de concrétiser, à travers son programme, la respectabilité et la crédibilité qu’il recherche depuis plusieurs mois. Certains chapitres anodins, comme celui sur les transports, pourraient être dans les projets de l’UDF, du PS ou de l’UMP. Ainsi n’avait-on pas entendu souvent Jean-Marie Le Pen s’enflammer – c’est le cas de le dire – pour la «desserte de l’ensemble du territoire par la généralisation du couplage SNCF-autocars», la «limitation des élevages en batterie» (la patte – à nouveau le cas de le dire - de BB ?) ou «les procédures d’approche et d’attente des avions» dans les aéroports. Le Pen va même jusqu’à promettre des actions de prévention contre le Sida «en direction des communautés à risque». On est loin des déclarations de 1987 sur le «sidaïque» caricaturé en «espèce de lépreux». Après la vierge Jeanne d’Arc et l’orphelin, Le Le Pen 2007 serait-il devenu le défenseur de la prostituée africaine et de l’homo?

Mais regardons le programme dans le bleu-blanc-rouge des yeux. Le principal engagement de Le Pen reste «l’arrêt de l’immigration» déclinée dans chaque page du programme. Un leitmotiv noyé au milieu d’autres mesures. Ainsi entend-il plus que jamais mettre en œuvre la préférence nationale et l’inscrire dans le marbre de la Constitution. Les étrangers n’auraient plus le droit à aucune aide sociale ou allocation familiale. Quant au droit du sol, il serait remplacé par le droit du sang. Sous le verni du Le Pen light pointent donc de nombreuses propositions traditionnelles de l’extrême droite nationaliste et patriarcale. Entre autres mesures : -la sortie de la France de l’espace Schengen -le rétablissement de la peine de mort -la construction de 75.000 places de prison supplémentaires -la création d’une «présomption de légitime défense» pour les forces de l’ordre -la relance de la natalité française par la création d’un revenu parental qui permet à la femme au foyer de toucher le SMIC pendant trois ans pour le premier enfant (et renouveler la mise en développant la portée de têtes bien blondes) -le rétablissement de la liberté d’opinion et d’expression dans les universités (ben, à quoi peut-il bien penser ?)
-une «législation pour lutter contre les attaques médiatiques dont est victime l’Armée française.

Converti au républicanisme depuis son discours de Valmy en septembre, Le Pen prend bien soin de refuser «le communautarisme» et de réaffirmer le «principe de laïcité». Mais rassure aussitôt son électorat intégriste en s’affichant contre l’interdiction du clonage thérapeutique et en réaffirmant «le droit de la personne à être protégé par la loi de sa conception à sa mort naturelle».

Quant aux finances du pays, Le Pen est plus que jamais de «droite économiquement», comme il le répète à l’envie : baisse des impôts sur les particuliers, retraite à 65 ans, «desserrement de l’étau fiscal» sur les entreprises, suppression des 35 heures. Seul le patriotisme économique éloigne le Front national du libéralisme. Contre la BCE, les institutions internationales, l’Europe et «le capitalisme spéculatif et financier», l’économie frontiste redevient étatiste. A l’image de sa diplomatie farouchement anti-américaine qui préconise un retrait de la France de l’OTAN, «la dénonciation des nouveaux impérialismes» et la solidarité avec les patriotes africains ou sud-américains. Dans ce domaine, seule la volonté de renforcer les liens diplomatiques avec la Russie – «conformément à nos traditions» - rappelle qu’il ne s’agit pas d’un manifeste altermondialiste.

medium_signatureblog.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu