Avertir le modérateur

lundi, 19 mars 2007

Bayrou, président suisse

À gauche comme à droite, il est un argument anti-Bayrou qui semble imparable (en tout cas pour ceux qui l’utilisent comme un miraculeux passe partout rhétorique):  on ne peut pas gouverner au centre. À l’UMP comme au PS, on est d’accord (pour une fois) : il ne sera pas question de collaborer avec le candidat UDF s’il est élu. Le gouvernement d’union nationale ne sera pas.

Pour le petit Suisse que je suis, ce discours a quelque chose d’incongru. Car, depuis 50 ans, le gouvernement helvétique est justement composé de sept ministres dont l’appartenance dépend des forces en présence au Parlement. Aujourd’hui, deux socialistes, un centriste, deux radicaux (droite libérale) et deux UDC (droite nationaliste). Bref, pratiquement tout le spectre des tendances politiques essayant de travailler ensemble pour, au bout du compte, gouverner de manière consensuelle, au centre. On appelle ça « la formule magique ».

La culture politique est différente en France, me direz-vous. Ok. La polarité inhérente au système et aux caractères rend, aujourd’hui, tout consensus impensable de ce côté-ci du Jura. Peut-être. Mais il faut admettre que si la formule est pratiquée à quelque kilomètre de chez vous, elle est envisageable ici, au prix d’un effort et d’une volonté de changement. De rupture comme ils disent.

medium_paul.jpg

lundi, 22 janvier 2007

je suis sympathisant de gauche...

Etudiant en droit de 21 ans, je suis sympathisant de gauche depuis presque dix ans. C’est la cohabitation de 1997 entre Jacques Chirac et Lionel Jospin qui commence à forger mes convictions politiques tant la période 1997-2002 permet la mise en place de réformes nécessaires (abaissement de la TVA à 19,6%, adoption du pacte civil de solidarité). Je me définis comme social-libéral, proche des conceptions de Dominique Strauss-Kahn sur la « social-démocratie » tout en m’intéressant aux idées du député-maire de Mulhouse, Jean-Marie Bockel. Je suis ainsi plutôt contre les 35 heures car j’estime que celui qui veut travailler davantage doit pouvoir gagner davantage.
 
N’ayant pas l’âge de voter en 2002 et attristé du résultat du 1er tour de l’élection présidentielle, j’ai attendu quelques années pour m’encarter dans un parti politique. Ce n’est que depuis mars 2006 que je suis militant au Parti socialiste, depuis le jour du lancement de la grande campagne d’adhésion initiée par François Hollande et Jack Lang. Ce fut une opportunité de comprendre le fonctionnement interne d’une formation politique tout en conjuguant mon intérêt pour les débats sur les questions locales et nationales. Ce fut également la concrétisation d’un engagement personnel de longue date, la volonté de participer aux débats sur le projet socialiste et à la désignation d’un candidat.
 
Originaire de Fontainebleau, j’ai toujours vécu en Seine-et-Marne et j’attends de cette campagne qu’elle sache porter l’intérêt général et non les intérêts particuliers, que la «démocratie participative», l’ «ordre juste» et la « sécurité durable » ne soient pas que de simples formules et prennent vie pour la XIIIème législature. Attachant une attention particulière aux réformes de nos voisins européens, notamment celles du président du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, j’ai ardemment défendu le traité établissant une Constitution pour l’Europe et espère un consensus sur le volet institutionnel avant tout débat de fond sur les politiques de l’Union. J’attends désormais que l’élection ne se fasse pas sur un débat contextuel mais sur une vraie perspective d’avenir.

medium_jeremy.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu