Avertir le modérateur

mercredi, 21 mars 2007

La réponse de Quitterie Delmas (UDF) à Laurent Wauquiez (UMP): Ah, ils ont bon dos les jeunes !

Tout d’abord, j’engage Monsieur Sarkozy à rencontrer des jeunes hors des meeting de son parti, en dehors de son bureau de la place Beauvau, et en dehors des plateaux des medias. Laurent, j’espère que vous plaisantez sur les rencontres des autres candidats avec les jeunes, et sur le discours “d’amour” de NS devant une salle acquise, quand on a pointé du doigt les “racailles”, quand on monte les Français les uns contre les autres, qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre. Mais bon, on règlera cela une autre fois. Parlons des jeunes en politique.

Quand il s’agit de faire la claque, de faire les supporter, d’aller coller des affiches, alors là oui, les partis politiques savent trouver les jeunes. Ils savent même les occuper : élections internes, formation aux argumentaires contre les autres partis. Ils jouent ensemble dans la cour des petits, comme cela ils foutent la paix aux aînés qui se partagent pour des concessions de 30 ans les mandats. Trop fort ! Et pendant ce temps-là, les jeunes s’épuisent dans des guerres dont ils ne bénéficient jamais.   En revanche, quand il s’agit d’investir des candidats, les jeunes, les représentants de la diversité ont disparu. Les états majors sont trop préoccupés à maintenir les troupes des parlementaires sortants bien au chaud. Et puis la crise de représentativité, c’est bien pour les discours. Le renouvellement se fait en général dans les circonscriptions ingagnables.


Nicolas Sarkozy parle du mérite. Mais qui sont les méritants ? La génération du dessus qui a laissé la France s’enfoncer, le gouvernement qui a creusé la dette, ou celui qui n’a pas fait les réformes qui s’imposaient, notamment des retraites. Ceux qui n’ont jamais eu le courage de nous dire la vérité, ceux qui déguisent les chiffres du chômage ? Ceux qui signent des chèques en blanc ? Quelle est la part de rêve, quelle est la quête que vous nous avez proposé ?
 
La génération qui se lève est méritante. Celles et ceux qui ont encore envie d’y croire. Celles et ceux qui s’engagent quelque soit le parti, quelle que soit l’idéologie, celles et ceux qui ont été cherchés leur carte d’électeur alors que tout les pousse à se désintéresser du spectacle politique pitoyable.
 
Spectacle politique pitoyable, je fais du populisme ? Alors je vais vous rafraîchir la mémoire : affaire Clearstream, 49.3, obstructions, passages en force à l’Assemblée, la gestion du CPE, 29 mai, loi DADVSI, le cirque des éléphants du PS, avec ou contre leur candidate, ça dépend des jours. Les ralliements sans une once de conviction de Messieurs Juppé, Raffarin, et tant d’autres. Franchement, on a vu mieux. On attend mieux. Et d’ailleurs on est en train de le construire ce mieux.
 
Messieurs les éléphants, les dinosaures, je crois que cette campagne remet en cause votre prédominance.
 
Parce que vous ne portez pas cette campagne, vous la freinez. Vous la rendez négative. Vous flinguez pour mieux vous protéger. Avec un peu de chance, vous allez vous paralyser.
 
Parce que tout ce je croise de positif dans cette campagne se situe en dessous de vous. Dans TOUS les partis, sur les blogs, dans les appareils et hors appareils. On est heureux, vous n’imaginez pas, de se connaître, on est là tous là pour se battre avec nos propres convictions, nos valeurs, nos couleurs pour construire l’avenir. Autant, j’ai la chance d’être dans une famille politique où la place est faite aux jeunes, par besoin, par nécessité, car l’UDF a joué sa survie en 2002. Autant quand je nous regarde, je suis profondément triste parce que j’ai l’impression qu’il va falloir 20 ans pour que nous émergions ensemble. Alors qu’il faudrait que ce soit maintenant, que nous devenions partie prenante de la société.
Ce n’est pas du jeunisme. C’est du bon sens. Rééquilibrer. Enfin.
Voilà, quelle est ma part de rêve et manifestement, ce n’est pas vous qui me l’offrez.
Et ce rêve va devenir réalité.

medium_medium_quitt.jpg

 

lundi, 19 mars 2007

Moi, jeune sarkozyste


Au Zénith, Nicolas Sarkozy s’est exprimé devant 10 000 jeunes mais s’adressait personnellement à chacun d’entre-nous et à moi en particulier.Enfin un discours qui n’est pas clientéliste, dans lequel on ne me promet pas la lune, mais où on me considère comme acteur de ma vie et français à part entière.
À force, je pensais qu’être « jeune » c’était demander, demander encore et toujours. Demander pour obtenir toujours plus mais pas par ma créativité, mon travail ou mon mérite. Le culte de l’enfant roi n’a décidemment épargné personne pas même les politiques. Il faut dire qu’il est difficile de s’élever au dessus de la mêlée quand même nos profs, pour des raisons catégorielles, préfèrent manifester dans la rue plutôt que de nous faire passer nos bacs blancs. Etre jeune aujourd’hui c’est un statut ou on m’enferme, on m’apprend à avoir et pas à être, comme le voudrait Ségolène Royal.
Nicolas Sarkozy, au Zénith, a pris le contre pied du discours habituel sur la jeunesse. Il ne m’a pas détaillé une nouvelle liste d’avantages et d’acquis à venir, mais m’a dit, chiche, «bouge-toi» ! C’est la première fois dans cette campagne qu’un candidat à l’élection présidentielle me considère comme une personne et pas comme une catégorie de français dont le dynamisme ne s’exprimerait qu’à l’occasion de manifestations pour demander qui un salaire étudiant, qui des diplômes sans effort. Pour le coup, il y a une vraie différence entre le discours des autres candidats et celui de Nicolas Sarkozy quand il parle à la jeunesse. Il ne veut pas m’aider à rester jeune, à devenir un assisté ou pire un « ça me suffit », mais m’aider à devenir adulte et à prendre en main mon destin, parce que personne ne le fera à ma place. Finalement celui qui synthétise le mieux ce qu’à déclaré Nicolas Sarkozy et ce que je veux entendre, c’est Faudel : "Tu as donné envie aux jeunes d'écouter les politiques (...) Tu n'as pas eu peur d'exposer les vraies vérités. On connaît ton franc-parler. J'espère qu'avec ton énergie, tu pourras redonner aux jeunes l'envie de poursuivre leurs rêves."

medium_medium_laurent.2.jpg

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu